Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 21 mai 2022
Antananarivo | 02h23
 

Répondre à un commentaire

15 janvier à 10:09 | Dadabe (#9116)

La fange des lâches...

Un virus peut en cacher un autre ! Hier soir, cherchant une fois encore à ferrailler (!), ’’olivier2’’ a cru utile d’envoyer ce post ridicule (17h35). Ridicule mais vulgaire et odieux : ’’Les meilleurs amis de dadabe ne lui ont pas avoué l’inavouable : 1- sa femme baise avec son gardien depuis longtemps (oui mais c’est un bon coup) 2- l’argent investi pour la belle famille a été détourné par de braves gens. la bises aux pu-puces’’. Faut tout de même oser l’écrire ! Et je vous passe naturellement le style et l’orthographe. La semaine passée, ce goujat sans éducation disait ainsi ’’pallier à ’’, ce qui est très révélateur de son niveau. Bref, l’élégance même, surtout avec les femmes !
Alors qu’il venait d’affirmer qu’il admirait la ’’bravoure’’, le voilà qui s’est donc roulé une fois encore dans la fange des lâches, celle de la médisance uniquement destinée à blesser. Car, si chacun sait bien que tout cela est faux, cela blesse tout de même. Et alors ? Il se sent mieux après ? Il s’imagine moins khon ? Bref, encore un jeanfoutre sans grand intérêt et qui ne prête même plus à sourire. Avec un beau-frère exhibant une croix gammée tatouée sur le bras, la vie n’a sans doute pas été un long fleuve tranquille, même pour un nazillon masqué... Mais, tout de même !
Au fait, et si l’expat n’était en réalité qu’un affabulateur ? Et si c’était bel et bien lui qui s’était fait ’’piller’’ par sa propre belle-famille ? Après tout, on ne parle bien que de ce qu’on connaît bien et cela revient souvent dans ses propos vengeurs. Et si, carte Vitale oblige, il s’était retiré en banlieue française, là où tout se dilue dans la misère, la violence, la drogue et l’alcool ? Et si, réfugié dans cette France qu’il ne connaît plus, il se raccrochait avec l’énergie du désespoir au ’’sauveur’’ Zemmour malmené par la Marine nationale ? Sinon, pourquoi s’y intéresser à 10.000 km de là au point d’évoquer une ’’guerre’’ prochaine qui ne lui ferait pas peur...?
Alors oui, là je pourrais comprendre son aigreur. Oublié donc le fringant quinqua chef d’entreprise qui dépenserait chaque mois en connexion internet deux, trois ou quatre salaires de ses hypothétiques et nombreux employés qui refusent d’être vaccinés (encore un endémisme, sans doute...). Oui, oublié le bellâtre qui se la pétait au Glacier, autrefois, et qui voici peu aurait parcouru des ’’milliers de kilomètres sur les routes défoncées’’ de Madagascar au lieu de passer Noël en famille.
Place, donc, au petit vieux transi de honte, de peur et de rancoeur, n’ayant plus que l’alcool et un clavier pour tenter d’exister encore un peu. Que voulez-vous, c’est un classique bien connu : chez l’expat revenu au pays, il y a une aigreur toute tropicale qui promet une vieillesse désagréable, dans la solitude et la gêne. La lèpre, la peste et les grandes fièvres paludéennes ne sont rien en comparaison de ce dégoût de soi-même qu’on maquille en haine des autres, pour se rassurer. Et l’abus de ’’beaujolpif’’ tiède n’arrange rien, faut bien l’avouer. A suivre...

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS