Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 28 janvier 2020
Antananarivo | 07h22
 

Répondre à un commentaire

1er décembre 2019 à 17:47 | diego (#531)

Bonjour,

Idéalement, les dirigeants, l’élites du pays et la population et les Bailleurs des Fonds doivent discuter de développement. Malheureusement, le pays semble incapable de surmonter les problèmes politiques qui le pénalisent depuis 17 ans.

La politique divise, c’est très bien connu, mais pas le « droit ». Les citoyennes et les citoyens sont égaux devant la Loi, et la Constitution du pays. L’immunité parlementaire, en principe, ne doit constituer aucun blocage à l’Assemblée, car tout le monde doit la connaître et savoir les prérogatives parlementaires.

La Justice doit savoir tenir à distance des élus nationaux, le contraire ce n’est plus ni moins que la politique, autrement dit, une perversion des Institutions Judiciaires, dont les trois des conséquences néfastes pour le pays sont :

- un, la faiblesse des pouvoir Exécutif, et Législatif, deux, la dépendance des Institutions politiques et économiques aux institutions internationales, et enfin, le Pouvoir sans limite de la HCC et ses membres.

Il n’y a pas de secret, les discussions et les coopérations pour le développement sont conduits sur trois fronts, que les dirigeants, les élites et les responsables politiques et aussi des partis politiques du pays doivent absolument connaître et maîtriser les processus, par conséquent, ils doivent se faire entourer des spécialistes, des experts et des gens d’expériences :

- un Politique, deux, Économiques et trois, Juridiques.

Les citoyens et les dirigeants malgaches doivent se parler, discuter.

Comment faire pour mettre fin définitivement la crise politique, et ne pas tripoter la Constitution du pays ?

Quels sont les projets économiques viables pour le pays, à moyen, et à long terme pour sortir de la pauvreté ?

Et quelles réformes s’imposent, c’est à dire, en tenant bien compte de l’évolution dans le monde, pour moderniser et rendre efficace le pouvoir Judiciaire ?

Au milieu de tout cela, variana ny olona et beaucoup des choses, qui vont avoir des répercussions en bien ou en mal sur leur avenir leur échappent.

Les citoyens malgaches doivent s’interroger et s’inquiéter de leur avenir et celui de leurs progénitures quand ils entendent le gouvernement malgache annoncer, d’un côté, une grande coopération de développement avec la Chine, un pays totalitaire, avec un système politique dictatorial, et à un parti unique, sur des domaines sensibles comme l’Education et la Jeunesse, la Sécurité, l’Energie, l’Economie, et les Infrastructures. Et de l’autre, il veut engager le pays à une confrontation territoriale avec la France, un pays ami, avec lequel Madagascar partage presque tout, le « droit », l’histoire, la culture, la civilisation, le système politique, à travers les Îles Éparses.

C’est à se demander si Madagascar n’était pas devenu le vassal de la Chine et de la Russie, car Madagascar n’a pas un intérêt économique sur ces Îles et n’a aucun moyen militaire pour en assurer la souveraineté.

Et enfin, les dirigeants malgaches doivent tout de même savoir que l’Armée Française et l’Armée Américaine sont présentes et pour toujours dans l’Ocean Indien. Pourquoi inviter dans l’Ocean Indien la Chine et la Russie, deux pays qui ne cessent de menacer déjà la sécurité de leurs voisins respectifs en Asie du Sud Est et en Europe ?

Rajoelina et Ntsay et les élus aujourd’hui ne seront pas les derniers dirigeants malgaches. Il faut inviter les gens à penser plus loin, très loin dans l’avenir !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS