Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 20 septembre 2019
Antananarivo | 13h01
 

Répondre à un commentaire

14 août à 21:26 | diego (#531)

Bonjour FINENGO,

Vous êtes comique. Quand on espère rien, on ne dit rien, à mon sens.

Vous parlez d’un pays, indépendant depuis 1960, donc, Souverain, dans lequel il y a bien les trois pouvoirs, Exécutif, Législatif et Judiciaire, exactement comme dans tous les pays modernes, riches et démocratiques, et de plus, il y a régulièrement des élections et c’est à travers ces élections que les électeurs malgaches choisissent leurs dirigeants.

Autrement dit, Madagascar a tous les outils nécessaire, un, pour retrouver une stabilité politique et constitutionnelle, deux, pour sortir de la pauvreté et trois, pour assurer un développement à moins et sur le long terme.

Il ne faut pas, à mon sens, prendre de haut les Malgaches, les élus,
l’Etat et les Institutions d’un pays indépendant :

- tout n’est pas pourri à Madagascar.

Et on peut parfaitement bien gouverner ce pays. Il faut mettre de l’ordre à la tête de l’Etat et des Institutions et encourager la Société Civile à prendre un peu plus des initiatives, reprendre en mains les calendriers électoraux et les financements des élections.

Avec tous les outils à la disposition du pays, après seulement 50 ans et plus d’indépendance, il ne faut pas mille ans pour développer raisonnablement Madagascar.

Je ne me reconnais pas dans ce que vous racontez. Il est important de critiquer, mais il faut être capable aussi et surtout, proposer quelque chose.

je ne suis pas Juge pour tenter de faire un quelconque procès aux élus et dirigeants malgaches, mais en tant qu’hommes publics et donc responsables des affaires de l’Etat, il faut à mon sens les prendre entièrement responsables de ce qui se arrive au pays et à sa population :

- cela ne veut absolument pas dire, comme beaucoup pensent, qu’ils sont tous pourris.

Aujourd’hui, la CI et les pays étrangers détiennent presque la totalité des pouvoirs à Madagascar :

- taper sur les élus et les dirigeants malgaches, matin midi soir, ne changera rien.

Ce qui veut dire, le changement commence par respecter le droit malgache, avant tout, c’est de la responsabilité de l’assemble des Institutions Judiciaires, de facto, des femmes et des hommes des lois, de faire respecter les lois :

- la HCC peut bien être la solution, sans faire de la politique, donc tenter de faire un coup d’Etat Constitutionnelle à la moindre crise politique.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS