Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 20 septembre 2019
Antananarivo | 13h39
 

Répondre à un commentaire

8 août à 11:28 | Vohitra (#7654)

Bonjour à tous,

La décision est pris après une réunion en conseil des ministres, ainsi l’assainissement de la situation de la JIRAMA serait au rendez-vous dans deux ans, et cela après huit mois d’exercice du pouvoir.

Et pendant ces huit mois, MGA 30 milliards de créances non recouvrées de la JIRAMA rien que pour le premier semestre de l’année en cours, sans qu’il y ait de délais annoncés pour le recouvrement et on se targue d’annoncer des mesures de redressement ferme…est-ce qu’il y aurait encore des consultations à mener pour s’y faire ?

Et ce n’est que maintenant qu’on aborde la nécessité de la réalisation régulière d’un audit organisationnel et financier de la société alors que cette société avait déjà pu bénéficier d’une colossale subvention étatique de MGA 400 milliards auparavant, en fait depuis toujours alors, l’Etat y avait injecté des sous sans connaître la situation et la qualité de gestion et management au sein de ladite société d’Etat. Il est bien légitime de se poser la question là où en est actuellement, à quoi ce monumental financement avait bien pu servir auparavant eu égard à la mauvaise qualité de service offert et la situation critique permanente de ladite société ?

Face à cette situation, on ose encore créer une structure à côté qui peut faire du surplace, à quoi pourrait servir un comité de pilotage alors qu’il existe déjà un conseil d’administration qui supervise les actions de la Direction Générale en place ?

Et ce qui est surprenant dans tout cela, et oui pendant la campagne pour l’élection présidentielle, un sujet abordé à maintes reprises et qui avait même crée des polémiques, c’est la fourniture d’électricité de la situation de la JIRAMA, et ces contrats qualifiés de léonins passés entre ladite société et ses partenaires issus du secteur privé, et là ce n’est qu’au bout de huit mois d’exercice de pouvoir qu’on va prévoir de s’en occuper sans aucune précision sur les modalités ni démarches pour s’y faire et sans même annoncer de deadline pour l’aborder. Et oui, pendant de longues années, la JIRAMA fait une vente à perte d’électricité et cela au profit de ses partenaires…comme si on veut faire trainer la situation pour un objectif inavoué mais précis…

Depuis sa création, du temps de la révolution socialiste dirigé par l’Amiral, et c’est devenu une tradition pour les régimes successifs au pouvoir, on veut toujours placer à la présidence du Conseil d’administration et à la Direction Générale des personnalités politiques bien placés et ayant leurs entrées dans les coulisses du pouvoir, et cette société est renommé comme pourvoyeuse de liquidités en cas de besoin immédiat, et la satisfaction de ces besoins sont devenus fréquents et la règle…en somme une mise en coupe réglée en bonne et due forme. Et le PCA de cette société d’habitude cumule toujours des fonctions politiques à la magistrature suprême…

Bref, compte tenu de cette situation, il est impératif de mener un audit indépendant sur la situation de la dette et l’usage des subventions allouées par l’Etat au sein de la JIRAMA, tout au moins pour les vingt dernières années et de faire des investigations sur les responsables à l’origine des mauvaises gestions et utilisations inefficientes des finances publiques, et à la suite desquelles des sanctions fermes seraient prononcées.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS