Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 20 juillet 2018
Antananarivo | 22h48
 

Répondre à un commentaire

26 novembre 2017 à 15:59 | tsimahafotsy (#6734)

Bonjour à tous !
Les débats en dessous de la ceinture et les âneries débitées à longueur de journée par les trolls m’ont refroidi de venir sur MT.
Mais quand il m’arrive de réfléchir un peu, je refuse de me complaire dans l’indifférence.
Je refuse d’entrer dans le jeu de l’antagonisme merina-côtier, ex-colons et ex-colonisés des guignols Isandra et A.P.
Je refuse la haine et le rejet de notre histoire et de notre culture qu’essaient de nous imposer les bâtards créationnistes descendants des Andriana et le rejeton par l’escalier de service de la noblesse celte-toscano-lombard.
Je me dis donc qu’au lieu de se replier sur soi, toute personne disposant d’une tribune et n’étant pas atteinte du cancer foza a le devoir et l’obligation de s’exprimer pour faire avancer le schmilblick.
C’est donc dans ce cadre que je me permets de partager un article que j’ai piqué dans L’Express et écrit par Jacques Attali.
C’est aussi dans l’espérance que les forumistes de qualité reviennent à l’exemple de Voltaire, que je salue amicalement, pour qu’on puisse vraiment débattre des enjeux à Madagascar.
Une piste de réflexion pour une possible sortie de l’abîme.
/ Le livre libère.
/Je ne connais guère de plaisirs plus grands que celui de découvrir un nouvel auteur, une nouvelle pensée, un nouveau texte. Et, plus encore, de faire partager ses découvertes à d’autres. Prêter, offrir, conseiller un livre, en discuter après... quelle joie !
/ Et aujourd’hui, plus que jamais, lire, faire lire sont des enjeux majeurs dans nos civilisations de l’impatience et de l’image impatiente.
/ Depuis près de 3000 ans, la pensée fait avancer le monde et se transmet par les livres...
/ Ce sont les livres qui forment le cadre de la réflexion, de la pensée active, créative, critique. Pas de réflexion, d’innovation, de progrès sans livre...
/ Aujourd’hui, savoir lire reste la clef du pouvoir. Donner à lire reste la clef de l’influence. La lecture est une arme donnée par les adultes aux nouvelles générations sans craindre qu’elles s’émancipent de leurs aînés...
/ Dans les plus avancées des civilisations anciennes, l’ Obligation de Savoir Lire et Ecrire était inscrite au cœur du devoir familiale et du DEVOIR d’ETAT.
/ C’est en particulier cette obligation qui a structuré, depuis 2000 ans l’identité juive et qui a permis la survie de ce peuple, malgré sa dispersion.
/ C’est aussi cette obligation qui a façonné, depuis la même époque, la société impériale chinoise et y a fait régner une méritocratie d’où sont sortis d’immenses penseurs./ Jacques Attali.

Nous Malagasy, nous faisons les singes savants, tout le temps en allant chercher, plagier, copier, imiter, mendier ailleurs des solutions à nos maux.
Le socialisme ratsirakien-nord-coréen, le modéle anglo-saxon du développement économique et social à la sauce HVM et Banque mondiale, ont fait et font le bonheur de quelques milliers de personnes et le malheur de 22 millions de Malagasy que les églises et le pouvoir politique confinent exprès dans l’ignorance.
Eve a été conçue à partir d’une côtelette masculine, le nucléaire et Dieu sont la solution à nos problèmes et si les bailleurs nous prêtent 95 milliards, nous sommes sauvés ! lol !
Bref, à Madagascar, la lecture n’est pas un enjeu. C’est voulu.
Un peuple qui ne lit pas n’a pas de grille d’analyse de son enfermement, et çà arrange très bien le pouvoir.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 189