Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 1er décembre 2020
Antananarivo | 20h50
 

Santé

Madagascar

Zéro cas de lèpre avant 2012

lundi 7 mai 2007 | Herimanda R.

Un grand défi. Le pays à travers le ministère de la Santé, du Planning familial et de la Protection sociale (MSPFPS) s’engage à éradiquer entièrement la lèpre avant 2012 soit zéro cas de lèpre enregistré à terme. C’est ce qu’on a appris samedi dernier à Antaninarenina lors de la conférence de presse.

Selon le ministre Jean Louis Robinson, le MSPFPS a élaboré déjà son plan stratégique qui se fixe comme objectif d’améliorer la qualité des prises en charge des cas de lèpre dans les districts les plus touchés, de renforcer les suivis des malades, de renforcer les mobilisations sociales.

Vu les résultats obtenus jusqu’ici, Madagascar a fait des grands pas dans la lutte contre la lèpre. (Voir Tableau). Le Pr Sasakawa, président de la Foundation Nippon, au cours de cette conférence en est convaincu et a félicité les autorités malagasy d’avoir atteint le seuil d’élimination de moins d’un cas sur 10.000 habitants fixés par l’OMS (Organisation mondiale de la Santé). De 2002 à 2006, le taux de prévalence de la maladie est passé de 6,90 à 0,89 pour 10.000 habitants. En 2006, 1 561 nouveaux cas ont été enregistrés contre 5.582 en 2002.


Un besoin de 517 500 USD par an

« Il nous faut 517.500 dollars américains par an pour bien lutter contre la lèpre. L’OMS et les autres bailleurs de fonds ont déjà respectivement octroyé 100.000 dollars et 200.000 dollars. Il nous manque encore un peu plus de 200.000 dollars ». Le ministre Jean Louis Robinson l’a fait savoir dans une de conférence de presse. Les malades atteints de la lèpre sont pris en charge. Le dépistage, le traitement de la maladie et les médicaments sont entièrement gratuits. Mais au niveau du ministère, tout cela a des coûts.

« Non à l’exclusion sociale des lépreux »

Mais la grande bataille à laquelle fait face notre pays est surtout la réintégration des lépreux dans la société. Selon le Pr Sasakawa, c’est ce côté social qu’il faut maintenant combattre et déployer des grands efforts. Il a lancé un appel pour mettre fin à la stigmatisation associée à la lèpre et à la discrimination contre les personnes atteintes de la maladie. « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits », a-t-il dit dans son message.

A Madagascar, nombreux ont encore une vision négative à l’égard des lépreux. Ceci s’explique par le fait que la maladie est non seulement contagieuse mais aussi elle fait honte. Or, l’avis des spécialistes en la matière est bien clair. « Le malade ne transmet plus le bacille tuberculeux un mois après son traitement. Cette maladie peut arriver à tout le monde, donc, elle n’est pas honteuse ».

Il reste maintenant à faire passer ce message. Et la lèpre ne serait plus qu’un mauvais cauchemar pour nous.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 

Archives