Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 23 janvier 2022
Antananarivo | 21h44
 

Opinions

10 milliards d’ariary pour 192 fokontany de la capitale

Y a-t-il des priorités ?

samedi 6 octobre 2012 | Valis

10 milliards d’ariary soit 50 milliards de Fmg pour les fokontany de la capitale de Madagascar sont annoncés par le président de la Transition. Certes les autres fokontany d’ailleurs n’ont pas été complètement omis, mais toujours est-il qu’une telle somme est ainsi débloquée en faveur de la capitale. Quid et à quand le tour des autres fokontany des autres régions de l’île ? Quid des Communes et des Régions ? Ces collectivités ne sont-elles pas dans le besoin elles aussi ? Et pourquoi précisément les 192 fokontany de la commune urbaine d’Antananarivo ? Avec ce qu’a déjà fait et continue d’effectuer Hajo Andrianainarivelo, vice Premier ministre en charge du Développement et de l’Aménagement du Territoire dans les divers quartiers de la capitale, on ne peut qu’être perplexe avec le déblocage d’une telle somme en faveur de la capitale.

Sans méconnaître les problèmes des fokontany et des chefs fokontany mais aussi leur force dans l’opinion car ces chefs fokontany sont des leaders dans leur fokontany, est-ce qu’il n’y a pas d’autres urgences ou d’autres priorités dans le pays pour se concentrer uniquement sur les problèmes des fokontany de la capitale ? Et puis, d’où exactement viennent-ils, ces 10 milliards d’ariary, car apparemment, ils ne sont pas inscrits dans le budget national. Doit-on admettre que cette somme provient du budget de la vice Primature en charge du Développement et de l’Aménagement du Territoire ? Ou du budget de la Présidence de la Transition ? Avec les problèmes des maîtres Fram et les charges que doivent supporter les parents d’élèves des écoles primaires publiques et des CEG, on s’interroge si l’éducation constitue réellement pour ce régime qui ne dit pas son nom, la priorité des priorités, alors que les droits de l’enfant et les droits de l’homme sont clamés à tout bout de champ partout ? Dans le même registre, quid des bourses des étudiants de la faculté DEGS et de l’école de Médecine qui ont déjà depuis 4 mois, commencé leur année universitaire 2012 ? Ne sont-ils pas dans le besoin ? Et que devra-t-on dire des étudiants malgaches boursiers qui étudient à l’étranger ? Quand on parle de fierté et de souveraineté nationale alors même que ces jeunes ambassadeurs doivent se réfugier dans les foyers des églises ou faire des petits boulots clandestins pour survivre, l’éducation et la formation de nos jeunes intellectuels sont-ils moins importants que les projets des fokontany ? Ces jeunes ne seront-ils pas nos premières richesses et nos premières ressources s’ils étaient bien éduqués, bien instruits et bien formés aux normes universellement reconnues ?

On laisse entendre que, la semaine prochaine, le président de la Transition va effectuer des descentes dans quelques fokontany avec le président de la Délégation spéciale de la CUA. Dès lors, qu’en est-il des six caballeros que certains analystes situent en face du PDS comme concurrents potentiels si on parle de politique et d’élection ou de propagande avant la lettre ? Doit-on chercher à comprendre ce qui se passe ou se laisser emporter par les soucis du quotidien ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS