Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 17 juin 2024
Antananarivo | 02h49
 

Politique

Hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona

Visite de Andry Rajoelina

dimanche 8 février 2009 |  5149 visites  | Rakotoarilala Ninaivo

Andry Rajoelina a rendu visite aux blessés victimes des tirs de la Garde Présidentielle à Ambohitsorohitra.

La visite a été effectuée ce dimanche après-midi à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) à Ampefiloha.

Le décompte effectué par la HJRA recense 172 blessés, dont 102 ont dû être hospitalisés. Andry Rajoelina, accompagné de son premier ministre, Monja Roindefo Zafitsimivalo, a rendu visite à ces 102 blessés hospitalisés à la HJRA.

Le « Président de la Haute Autorité de la Transition », et son Premier ministre ont fait part aux blessés et à leur famille, de leur profonde tristesse suite à la situation à Ambohitsorohitra samedi dernier.

« C’était une population sans arme qui est venue à Ambohitsirohitra, et les militaires sur place les ont accueilli avec des tirs à balle réelle. Ils n’ont fait ni demande de dispersion, ni tirs de sommation ». C’est l’affirmation de Andry Rajoelina hier, devant la foule au service des urgences de l’HJRA Ampefiloha.

Durant ses visites dans cet hôpital, il a été acclamé par des groupes de personnes, faisant de leur main le signe de ralliement en V. Il a promis de juger les auteurs et les commanditaires des tirs de samedi dernier.

Bilan

40 morts, telles sont les statistiques annoncées à la radio à Antananarivo depuis samedi. Mais la HJRA affirmait ce dimanche n’avoir que 27 corps sans vie dans sa morgue.

La mort d’au moins 13 personnes reste donc à vérifier. Des personnes rencontrées à l’HJRA affirmaient encore ce dimanche n’avoir reçu aucune nouvelle de leurs proches depuis samedi. Elles ne les retrouvent ni à l’HJRA, ni à Befelatanana, ni dans d’autres endroits.

Des rumeurs ont alors circulé sur un ramassage de cadavres par des militaires à Ambohitsorohitra. Des responsables de l’armée affirment n’avoir pris connaissance d’aucun élément des forces de l’ordre ayant récupéré des corps sur le lieu des événements. Par contre, ils affirment que la présidence possède aussi des véhicules militaires et laissent entendre que ceux-ci auraient pu ramasser des personnes décédées.

Publicité




Newsletter

[ Flux RSS ]

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS