Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 15 juin 2021
Antananarivo | 16h39
 

Divers

110 ans de l’école Bernard Canut

Vestige du passé, formateur de l’avenir

vendredi 24 mai 2013
1955 - Bernard Canut cours élémentaire.

Avec les 110 ans de L’Ecole Primaire Publique (EPP) sise à Faravohitra, en face de l’EKAR Catholique que l’on fêtera en 2014, il est plus que temps de faire une petite note du passé.

Elle fut crée en 1904, sous le nom de Ecole Primaire Européenne Mixte de Faravohitra. Au début l’école était destinée à des élèves de citoyenneté française. Ce qui n’empêchait pas la présence de certains enfants des Malagasy privilégiés de l’époque coloniale.

Le 06 Juin 1949, elle change de nom. A la mémoire de Bernard Canut, enseignant et aviateur français, mort pour la France au cours de la deuxième guerre mondiale, les français ont décidé de donner son nom à l’école. A partir de cette époque elle est devenue « Ecole Bernard Canut ».
Puis surviennent des évènements qui ont marqué l’histoire de Madagascar. En 1960, l’indépendance est revenue aux mains des Malagasy. Par accord, tout ce qui se trouvait en territoire malagasy revenait de plein droit au peuple malagasy, y compris l’école Bernard Canut.

De plus il y eut également le soulèvement des étudiants lors du fameux 13 Mai 1972, qui avait pour but d’améliorer la situation de leurs études. A partir de ces deux évènements, l’école a non seulement changé de nom, mais aussi de mode de vie. En effet depuis, la langue malagasy y est entièrement utilisée.

A dater de 1960 jusqu’en 2013, 5 directeurs de nationalité Malagasy s’y sont succédé, soit : Bertrand, Jean Clin RAZAFINDRAMANANA, Marie Jacqueline RASOLOARISA, Alice RAZANAJATOVO et Ariette RANOROARISOA. Et l’école a pris le nom d’EPP Bernard Canut.

Tout au long de son existence, l’école a formé de nombreux enfants. Parmi ses anciens, nous pouvons trouver les noms d’illustres personnages. A savoir le Pasteur Lala RASENDRAHASINA, président de la FJKM, le Général Jacques RAKOTOMALALA, ancien directeur du conseil d’administration de l’HOMI, le Général Richard ANDRIAMAHOLISON, ancien premier ministre datant de 1997-1998 et le Pasteur Nirina RABARY, premier responsable du centre de formation d’Andasibe.

Notons donc que l’EPP Bernard Canut a pu former jusqu’ici des dirigeants et cadres du pays. A l’avenir, elle espère encore voir sortir de ses rangs d’autres personnes qui se chargeront de prendre en main l’avenir de Madagascar.

N.Z.L (Stagiaire)

4 commentaires

Vos commentaires

  • 24 mai 2013 à 13:21 | Rakotoasitera Fidy (#2760)

    Que MT.com nous envoie d’autres news comme celui ci

    Y en a marre de la politika gasy

  • 25 mai 2013 à 00:29 | rabri (#2507)

    Je suis personnellement intéressé par des EPP qui produiront plus tard des bons entrepreneurs et des bons agriculteurs, piliers du développement de Madagascar, mais pas de pasteurs ni de généraux de l’armée. J’ai l’une des recettes : pratiquer un mode d’enseignement qui favorise la réflexion et l’esprit critique et non plus la capacité de restitution et l’utilisation de la langue malagasy comme langue de transmission est PRIMORDIALE car cela facilite aussi la participation des parents et d’autres personnes ressources dans l’encadrement des enfants.
    Ce mode d’enseignement devrait s’appuyer davantage sur des éléments de l’environnement géographique proche des élèves ( éléments historiques, culturels, économiques, environnementaux, ...), bases de confection de moyens didactiques adaptés , et non pas courir à tout prix comme jusqu’ici à des moyens didactiques coûteux et de portée culturelle loin de l’imagination des élèves ( importés généralement de France)

    • 25 mai 2013 à 09:42 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à rabri

      rabri

      Pourquoi dès le départ dire ceci et pas cela

      une EPP par définition est destinée à tous , par conséquent qu’ils deviennent après , entrepreneurs , agriculteurs , pasteurs ou généraux c’est la preuve
      d’une réussite

      Sa ahoana ?

    • 28 mai 2013 à 23:33 | hmmm (#7432) répond à rabri

      rabri
      vous avez raison de vouloir connaitre des bons entrepreneurs ou de bons agriculeurs. ce sont des gens qui nous font vivre,qui vivent de leur sueur. Malheureusement, on reconnait les valeurs des gens selon leur grande gueule et leur exploit politique(je parle de notre pays).
      quant à trouver des enseignants capables d’appliquer votre recette,je crains que ce sont des gens que le pauvre salaire des instituteurs du public n’interesserons pas. C’est malheureux mais. . . .

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS