Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 12 décembre 2019
Antananarivo | 14h26
 

Culturel

Artisanat Malagasy

Vers un avenir équivoque

jeudi 16 mai 2013

L’art fait partie de la culture à Madagascar, il l’enrichit et la valorise. Ce sont surtout les artistes et les étrangers qui y sont intéressés. Les Malgaches sont rares à être captivés, ils trouvent que le coût est trop élevé, les produits importés les attirent davantage. Pourtant les artisans locaux sont ingénieux et créatifs, ils trouvent toujours mille et une façons d’améliorer les produits en utilisant différentes techniques et en usant de diverses matières comme le raphia, les feuilles d’arbre, les cornes, les bois et les cuirasses d’animaux…etc.…On ne cesse de découvrir de nouveaux articles, tel est le cas des œuvres de Baholy, confectionnéEs à partir des bandes magnétiques.

Recyclage des bandes magnétiques

C’est un jour de fête à Ambohijatovo que nous avons rencontré Baholy, une mère de famille vendant des chapeaux et des petits sacs. Des produits qui s’avèrent particuliers car ils sont fabriqués à partir de bandes magnétiques des vieilles cassettes.

Mme Baholy

Baholy a commencé à utiliser cette matière depuis quatre ans déjà : « ma vraie passion, c’est le crochet mais un jour j’ai trouvé que les bandes des cassettes étaient également souples à tricoter, je l’ai essayé et ça a marché » nous explique-t-elle. Dans la famille, elles sont trois à exercer cette activité. Les cassettes sont fournies par des personnes qui les collectent, elles se vendent à 200 ou 400 ariary par pièce. Baholy vend ensuite un chapeau ou un sac environ à 1000 ariary. Par rapport aux autres articles d’artisanat Malagasy, ce prix est plutôt abordable. « Avant, j’ai pu en vendre jusqu’à huit par jour et maintenant ça s’est réduit à deux ou trois par jour » continue-t-elle. La dame ne vient travailler au marché que chaque dimanche, car ce métier est seulement une passion mais pas une activité de subsistance. Elle nous confie que « si j’avais consacré ma vie à cet art, je produirais quatre chapeaux, je serais au marché tout le temps ». Par ailleurs, il y avait une personne qui lui avait fait des commandes et les a exportées. C’était la seule fois où elle avait eu un coup d’espoir mais la personne est partie pour de bon à l’étranger.

Il est clair, ce n’est pas le talent qui manque aux Malgaches. En plus, Madagascar est un pays riche en matières, le problème c’est que l’exportation et l’exploitation abusives de ces ressources commencent à nuire aux artisans même si la pratique écologique est déjà discutée dans les médias. Quant à certains artisans, ils ignorent l’importance de leur œuvre et négligent la concurrence sur le marché. De leur côté, les consommateurs Malgaches ont des préjugés négatifs sur la qualité des produits locaux. Si cette situation persiste, bientôt l’art Malagasy aura un avenir sombre.

Randria M. (Stagiaire)

4 commentaires

Vos commentaires

  • 16 mai 2013 à 15:24 | Turping (#1235)

    L’artisanat malgache est un avenir et intéressant à l’exportation.
    Surtout le prix de départ est multiplié par 10 voir par 15 à la revente.
    Il n’y a que les étrangers qui s’y intéressent mais aussi les malgaches mêmes vivants en Europe.
    Le coût d’investissement au départ est assez élevé mais il faut savoir gérer s’y prendre.
    Avoir des partenariats pour les revendre en gros et aussi dans les marchés pendant la période saisonnière du mois de Mai à Septembre seulement.
    S’inscrire auprès de la CCI en prenant le régime micro ou auto-entrepreneur.
    Un complément de ressources cumulé avec le travail salarié possible.
    Les charges sont élevés si les nouveaux entrepreneurs ne savent pas s’auto-gérer.

  • 16 mai 2013 à 18:32 | Jipo (#4988)

    Désolé de vous dire que lorsqu’ on veut crever la dalle, on fait soit de l’ artisanat, soit de l’ agriculture .
    l’ activité émergente actuellement serait plutôt le pillage en règle des ressources , élégamment affublée, pour rester dans le correct , (& non crédible) , de : " politique " ...

  • 16 mai 2013 à 18:35 | Sally (#7366)

    Vers un avenir problématique oui,
    moi je pense que les bandes magnétiques sont matières rares,aussi ce ne sont pas des matières locaux,
    mais bon, c’est créatif comme vous le dites de la part de la dame.
    Merci !

  • 16 mai 2013 à 20:10 | Stomato (#3476)

    >>L’art fait partie de la culture à Madagascar, il l’enrichit et la valorise. Ce sont surtout les artistes et les étrangers qui y sont intéressés. Les Malgaches sont rares à être captivés, ils trouvent que le coût est trop élevé, les produits importés les attirent davantage. Pourtant les artisans locaux sont ingénieux et créatifs, ils trouvent toujours mille et une façons d’améliorer les produits en utilisant différentes techniques et en usant de diverses matières comme le raphia, les feuilles d’arbre, les cornes, les bois et les cuirasses d’animaux…etc.<<

    L’artisanat Malgache est, ou plutôt était intéressant.
    Les artisans étaient imaginatifs et faisaient du bon et beau travail.
    Les sculptures sur ébène ou palissandre étaient de pures merveilles.
    Aujourd’hui il n’y a plus d’ébène, mais un vulgaire acacia passé au cirage noir.
    La plupart des autres objets sont des ramasse poussière que des étrangers achètent souvent pour avoir la paix et jettent au premier tournant pour éviter excédent de bagage et racket à Ivato.

    Il en est de l’artisanat Malgache comme beaucoup d’autres choses, les vrais artisans qui ont du succès avec leurs œuvres d’art se font copier par des sagouins qui pourrissent le "marché" avec des détritus... et personne ne trouve à redire !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS