Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 12 août 2022
Antananarivo | 15h32
 

Politique

Parti politique TIM

Vers l’apaisement de la dissension ?

samedi 23 juin 2007 | Eugène R.

Le consensus a été finalement trouvé entre les deux camps protagonistes du TIM. Hier, à l’issue d’une réunion que le camp Ranjivason a tenue au Restaurant « Tropical Yland » à Tsimbazaza, les Joseph Yoland et consorts ont décidé de se conformer à la décision de l’autre camp sur le report du Conseil national prévu avant la fin de la session parlementaire en cours. « Si ce report permettra de bien préparer ce conseil national, nous ne trouvons pas où est le problème », a expliqué le sénateur Joseph Yoland. Par contre, l’aile contestataire du TIM suggère que le comité préparatoire de ce Conseil national doit être mis sur pied avant la clôture de la session parlementaire en cours.

Hier, un déjeuner de réconciliation s’est tenu au Restaurant « Tropical Ylang ». Un déjeuner auquel ont participé tous les membres du bureau politique du TIM dirigé par Mahafaritsy Samuël Razakanirina (Razoarimihaja a été excusé). A l’issue de ce déjeuner, ces dirigeants TIM ont reconnu qu’ils se sont trompés d’adversaire. Désormais, le TIM « réunifié » se constitue en bloc contre un projet qui consisterait à mieux organiser l’IMMR (« Isika Miasa Miaraka amin’i Ravalomanana ») pour prendre la place du TIM comme parti au pouvoir. D’après nos sources, le président Marc Ravalomanana aurait (le conditionnel est de rigueur) confié cette mission au ministre Yvan Randriasandratriniony qui collaborerait discrètement avec des ministres et les 22 chefs de région.

Les réponses du fondateur

Dans un procès-verbal de la rencontre du président national du TIM, Solofonantenaina Razoarimihaja avec le président Marc Ravalomanana qui a eu lieu le 14 juin dernier, ce dernier a livré quelques éléments de réponses aux inquiétudes des membres du parti. A la question de savoir s’il a encore besoin du TIM, le président de la République n’a pas compliqué sa réponse en soulignant qu’il a fondé ce parti, donc il en a toujours besoin. Mais il a demandé s’il peut encore avoir confiance aux parlementaires suite au vote du Sénat qui a rejeté la loi de règlement pour 2004 .

Une autre question a été posée au président Marc Ravalomanana comme suit : Est-il vrai que vous confiez aux membres du gouvernement et aux chefs de région la mission consistant à identifier déjà les candidats que vous présenteriez aux prochaines élections ? La réponse du président de la République fut claire : Les membres du gouvernement et les chefs de région ne sont pas là pour cette mission. D’ailleurs, le moment n’est pas opportun pour en parler. Il faut attendre le décret relatif à la délimitation des circonscriptions administratives et électorales. Bref, des éléments de réponses qui ne rassurent pas certains dirigeants du TIM.

En tout cas, force est de constater qu’on tend vers l’apaisement au sein du TIM. 

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS