Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 22 janvier 2021
Antananarivo | 10h11
 

Politique

Des « révolutionnaires » au sein du TIM

Une seule sanction possible !

mercredi 4 juillet 2007 | Eugène R.

Rien ne peut jusqu’à présent empêcher l’aile frondeuse du TIM d’organiser le 12 juillet prochain « son » conseil national pour la restructuration du parti. D’ailleurs, tout marche bien, rassure le sénateur Joseph Yoland, quant aux préparatifs de ce rendez-vous. De l’autre côté, le bureau politique dirigé par le président national Razoarimihaja Solofonantenaina prend son temps pour étudier minutieusement la stratégie à mettre en oeuvre pour mater ce mouvement qui ambitionne, selon les dires de ses meneurs, de redynamiser le TIM. On chuchote actuellement que cette stratégie consistera à sanctionner d’abord les meneurs du mouvement, et ensuite les parlementaires (députés et sénateurs) qui y adhèrent. S’agira-t-il de la radiation comme le bureau politique du parti avait decidé contre l’ancien président de l’Assemblée nationale Jean Lahiniriko ?

ZJuge et partie

En optant pour cette sanction prevue par le règlement intérieur du parti, il faudra que le bureau politique du TIM passe par le sénateur Joseph Yoland, président de la commission des affaires internes du parti. Dans ce cas, ce dernier aura à présider une réunion de commission qui tranchera sur son cas et celui de ses co-militants au sein du CRT. Conscients de l’impossibilité de cette demarche (à moins d’un forcing), des membres du bureau politique du TIM seraient depuis hier en train d’étudier une autre possibilité de sanction qui permettrait en même temps d’attenuer le choc du clash. Il s’agit de les priver de l’investiture du TIM lors des prochaines élections.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS