Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 29 février 2024
Antananarivo | 21h13
 

Société

Délestage à Toamasina

Une morte au service PPH de l’Hopitaly Be

jeudi 27 décembre 2007 | Gilbert R.

La coupure de courant a été particulièrement longue le mercredi 19 décembre 2007. Elle s’est étalée de 9 h et quelques minutes dans la matinée jusqu’à 17h45. Comme le Service de Pneumo-Phtisiologie (PPH) n’est plus branché au groupe de relais installé depuis belle lurette à l’Hopitaly Be (Hôpital de Référence Régionale de Toamasina, les cinq extracteurs d’oxygène qui sont en service au PPH sont tombés en panne pendant environ huit heures. Au grand dam des grands malades du service et notamment des asthmatiques et des tuberculeux. Leur service respiratoire dépend plus ou moins du bon fonctionnement de l’appareil extracteur d’oxygène auquel ils sont connectés.

Jeune femme de 32 ans

C’est ainsi qu’une jeune femme de 32 ans fut morte par asphyxie. Au dire du personnel soignant, elle est morte environ une demi-heure après la coupure du courant et la panne de l’extracteur. Pour relativiser cependant la part de responsabilités de la panne de courant dans le décès de cette jeune femme, quelques précisions nous ont été données par le personnel soignant. La victime était arrivée, il y a une semaine, à l’hôpital dans un état avancé de sa maladie. Elle habitait une contrée pas trop loin de Toamasina mais très enclavée, dans la basse campagne de Fotsimavo/Andondabe. Et son traitement n’a commencé que lundi 17 décembre dernier, après les analyses et radio préalables. Et pendant tout ce temps, sa survie dépendait complètement de l’apport artificiel en oxygène. La panne due au « délestage » aurait donc accéléré de façon décisive sa mort. L’ensemble du personnel du PPH, lui, est monté au créneau en dénonçant la situation prévalant au sein de ce service : deux médecins seulement, cinq infirmiers de service dirigés par deux infirmiers majors (une pour le service des malades, un responsable du CTV) qui se paient 24 heures de garde à tour de rôle pour surveiller une centaine de malades, deux servants, un secrétaire, et un seul gardien sur un domaine assez grand pratiquement sans clôture.

Et l’un des deux seuls robinets Jirama installés dans la cour, depuis plusieurs années, coule 24 heures sur 24, ce qui profite à la Jirama sous forme de factures correspondant au moins à 3 ou 4 m3 d’eaux perdues par mois : il n’y aurait même pas assez d’argent pour remplacer le joint du robinet. Tout cela n’est encore qu’un petit aperçu de la réalité au sein du PPH.

Publicité




Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

[ Flux RSS ]

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS