Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 27 juin 2022
Antananarivo | 11h39
 

Politique

Nomination de Cécile Manorohanta

Un sujet à polémique

mardi 30 octobre 2007 | Alphonse M.

La nomination de l’ex-ministre de l’Education nationale, Cécile Manorohanta, à la tête du ministère de la Défense continue à alimenter les discussions. En fait, c’est la première fois que l’armée malgache est dirigée par un civil et à la fois une dame. Cette décision du chef de l’Etat a provoqué des commentaires, non seulement au sein de l’armée mais dans l’ensemble de la classe politique. Les avis divergent, même au sein des hommes en uniformes. La plupart des généraux n’ont pas tellement apprécié cette nomination de Manorohanta à Ampahibe, tandis que les jeunes militaires attendent une réforme en profondeur de l’armée de la part de cette Dame. Plus d’un ont remarqué que l’armée malgache traverse une crise grave depuis l’événement de 2002. Les séquelles de la fracture suite aux conflits politiques ne sont pas encore cicatrisées. Du côté des contribuables, on réclame toujours la réorganisation et la réorientation de l’armée en fonction des besoins du pays. Ainsi, l’absence d’une nouvelle politique en matière de l’armée a eu des impacts au niveau du moral de l’ensemble des troupes. Sans conteste, l’armée malgache devrait tourner vers le développement et la restauration de la paix sociale. Bon nombre des militaires sont cantonnés dans les grands centres urbains alors que la population des zones rurales est victime des attaques fréquentes des dahalo. La question est de savoir si Mme Manorohanta va rencontrer des résistances ou non à l’intérieur même de l’armée ? D’autres ont avancé que le pays s’achemine vers la féminisation de cette institution, jusque-là réservée au « sexe fort ». À noter que la police nationale a déjà brisé ce tabou depuis des années. Mme Denise Fisher est la première dame ayant accédé au grade de général au sein de la police nationale. Se référant à l’histoire de Madagascar, les femmes avaient toujours joué un rôle non négligeable dans la gestion des affaires nationales. A ne citer que les Ranavalona en Imerina, Rasalimo dans les pays Sakalava, Ravolabolakatsy chez les Zafindravola, Gisèle Rabesahala durant la lutte contre la colonisation...

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS