Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 25 février 2020
Antananarivo | 18h33
 

Culturel

Madajazzcar à Ambohijatovo

Un spectacle électrique !

lundi 13 octobre 2008 | Daddy R.
Evanoui durant quelques secondes, il fait signe à ses « potes » qu’il est parmi les vivants.

Le premier concert gratuit ouvert au grand public, pour cette 19è édition du festival international Madajazzacar s’est terminé sur une situation malheureuse, samedi dernier au jardin d’Ambohijatovo, suite à l’électrocution d’un des musiciens du groupe américain Ozomatli, ainsi qu’une panne au niveau de l’ampli de sonorisation. Le professionnalisme est encore une fois remis en question.

Avec tous les efforts fournis par l’équipe du comité d’organisation de ce festival international Madajazzcar, il suffit de la moindre erreur pour tout chambouler. Des détails à ne pas négliger qui peuvent ternir l’image du monde de l’organisation à Madagascar. Et ce qui devait arriver arriva !
Vers 15h, alors que du monde a envahi le jardin d’Ambohijatovo afin de revivre une atmosphère plus électrique que d’habitude, car, une formation américaine serait dans la place et aurait mis le feu durant sa prestation au Carlton Madagascar, le spectacle a pu démarrer à temps.

La cata…

Première intervention du groupe allemand Furiopolis, suivie par le trio Maloya Blues de La Réunion, le public a apprécié les prestations, , plutôt “soft” et plutôt “folk” des deux groupes. Puis, on annonce la participation de Ozomatli. Il a fallu quelques minutes de préparation pour les membres, le temps d’installer tous les “matos”, avant de donner le ton. Des bruits gênants sont déjà sortis dans les façades durant ces minutes d’installation, mais les techniciens n’ont pas trop réagi par rapport à la situation.
1,2,3,4,… et c’est parti. Soudain, le guitariste a couru jusqu’à l’aile gauche de la scène, en fauchant les éléments du percussionniste, installé derrière lui, avant d’aboutir finalement sous le trépied où repose le clavier, à l’extrême gauche de la scène. Tout le monde s’est précipité vers lui pour savoir ce qui s’est passé, alors qu’il est encore resté au sol, évanoui durant quelques secondes avant de faire signe à ses “potes” qu’il est parmi les vivants. Et lui d’expliquer qu’il a été victime d’une électrocution à travers son micro ainsi que de sa guitare. Sans attendre, les autres membres ont tout de suite débranché tout leur matériel et ont désisté quant à la suite du programme.

Et l’on a annoncé la formation composée de 8 bassistes malgaches rendant hommage au grand Tôty, dénommée “Tribute To Tôty”. Pire encore, le temps de tout remettre en ordre sur scène, une fumée est sortie de l’ampli, située en bas des façades gauches de la scène. Panique générale à Ambohijatovo ! Et la fête a tourné au vinaigre. Déception totale pour quelques centaines de personnes voulant assister à un spectacle très électrique.

“Professionnel” dites-vous !

Quoi qu’on dise, avoir l’honneur d’accueillir des groupes de grande taille, tels, Furiopolis, Ozomatli, Tarika Bé, Africa Jazz Pionneer’s, même pour un concert gratuit, Madajazzcar ne doit pas avoir droit à l’erreur. A part le fait d’honorer la convenance de la fiche technique selon les besoins des artistes, le suivi de ces exigences devrait aller de soi. Car, à voir les “fils” qui se baladent à “nus” aux alentours de la scène, il est clair que la négligence est flagrante. En ce troisième millénaire, au temps du “HF”, où les “sans fils” sont au top, le “bricolage” serait-il encore acceptable ? Des propriétaires de sonorisation qui se déclarent “prêts” à tout moment, sans penser aux conséquences de la “gestion des contrats”, en proposant des “matos” d’une qualité méprisable méritent-ils encore d’être sollicité pour assurer la sonorisation d’une manifestation de cette envergure ? Certainement le tarif y est pour beaucoup de chose, mais ne serait-il pas possible de modifier le budget, car le coût d’une telle erreur serait incalculable.

Encore une fois, il faut oser le dire qu’il n’y plus de place pour les “amateurs ”si on veut vraiment avancer, surtout que ce festival est d’une envergure internationale, et actuellement à sa 19è édition.

Il reste encore une semaine. Le public, amateurs et “badauds”, espèrent quand même passer des agréables moments en compagnie des groupes restants qui vont prendre part à ce festival ayant déjà fait du chemin. Que ceux qui ne sont pas à la hauteur se reconnaissent. A bon entendeur !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS