Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 26 juin 2019
Antananarivo | 05h04
 

Portrait

Andri Joël Harison

Un pèlerin entre tous les genres musicaux

samedi 5 avril 2014
JPEG - 92.6 ko

Les talents en musique sont innombrables, c’est certain. Rares sont cependant les musiciens au génie persévérant en plusieurs genres tout azimuts. L‘une de ces rares exceptions est par exemple le talent d’Andri Joël Harison. Que ce soit du jazz ou les œuvres de la musique classique en passant par la musique contemporaine, ce jeune viennois de 18 ans réussit toujours à ravir son public, tout en sachant au même titre convaincre un jury international ou local, devant lequel il se présente soit comme pianiste, soit comme chanteur, comme arrangeur, chef d’orchestre ou improvisateur.

Issu d’une famille d’organistes et de compositeurs de chef d´œuvres uniques de la musique sacrale à Madagascar, Andri Joël Harison semble avoir hérité à la fois de son père, un organiste et musicologue spécialisé dans le domaine de la musique sacrale autrichienne, et de sa mère pianiste et violoniste par passion.

Une oreille musicale précoce

JPEG - 71.5 ko

Déjà dès sa plus jeune enfance, à l’âge de treize mois, assis sur les genoux de sa maman, Andri Joël Harison fit percevoir des airs harmonieux en jouant du keyboard. À la maternelle, ensuite, sa passion pour la musique prit lentement forme, en ce qu’il essaya de rejouer les chansons entendues en classe. À l’occasion des fêtes scolaires, son indéniable talent entra en jeu lorsqu’il joua du keyboard et à l´âge de quatre ans, il joua à l´oreille l’ “Ave Maria” de Charles Gounod, qui lui avait servi d’abord comme simple musique de fond des computer games. Depuis et toujours, il éprouve un plaisir particulier à rejouer des airs connus même sans partitions, tout en y retrouvant un thème à ses improvisations.

JPEG - 77.7 ko

Andri Joël Harison excella très tôt à partir d’autres instruments comme l’orgue et la guitare. Puis, il découvrit le piano, l’instrument qui l’accompagna vers ses plus grands succès. Ainsi, à l’occasion de la fête solennelle de la première communion, cet enfant de sept ans enchanta son auditoire d’une interprétation sans pareil de la “Toccata en ré mineur” pour orgue de Jean Sébastien Bach. Ensuite, il accompagna l’office scolaire tout au long du primaire.

À l’école musicale autrichienne,… un parcours exceptionnel

JPEG - 88.7 ko

Dès l’âge de dix ans, Andri Joël Harison subit une formation à la musique classique et aux motifs modernes à l´école de musique (Musikschule Simmering) du 11ème arrondissement de Vienne en Autriche. La toute première leçon de piano fut prise avec Silvia Pereyra de Geberovich. L’année prochaine, il ira en terminale pour faire son bac au lycée de musique (Musikgymnasium Wien) au 7e arrondissement de Vienne.

Depuis 2011 il prend des leçons de chant avec Mme Christine Wagner. Ses débuts de soliste furent en juin 2012 avec le Chœur de Chambre du Lycée musical à Vienne (Kammerchor des Wiener Musikgymnasiums). Ce fut aussi l’année où il fonda son ensemble Vocaholix A-Cappella Ensemble. Le 28 février 2014, il a participé à la compétition de chant « prima la musica » de Vienne pour la première fois et a remporté avec sa propre chanson « Rêve d’amour", etc. le premier prix.

JPEG - 68.5 ko

De 2007 à 2014 à l’exception de 2011 où il ne participa pas en raison des effets d’une blessure de sport, Andri Joël Harison prit la première place six fois de suite au Concours de musique jeunesse « rima la musica » aussi bien en soliste qu’accompagné de son ensemble de musique de chambre. En mars 2010 Andri Joël Harison fut représentant de la jeunesse musicale autrichienne à l’occasion du 65e Festival de Chopin à Duszniki Zdroj en Pologne. La même année il se vit candidat du 7e Concours International pour piano, six mains et huit mains, à l’Académie de Musique Bavaroise (Bayrische Musikakademie) à Marktoberdorf en Allemagne, et fut deuxième place en interprétant le célèbre morceau de piano “Valse et Romance” de Sergueï Rachmaninoff avec le soutien de son groupe “Trio Appassionato” nouvellement fondé, ainsi que “Revancha”, l’œuvre expérimentale certes la plus remarquable d’Alejandro Geberovich.

Si Andri Joël Harison est désormais devenu musicien de profession, c’est qu’il a trouvé sa voie en passionné de la musique par vocation et par amour, comme son curriculum exceptionnel nous en fait témoignage de manière impressionnante.


Le berceau musical d´Andri Joël Harison

Andri Joël Harison est né à Vienne en Autriche - la capitale de la musique d´où le génie de Wolfgang A. Mozart, Ludwig van Beethoven, Franz Schubert, Joseph Haydn, Johann Strauss entre autres, a débuté pour s´épanouir dans le monde entier.

Les parents de Andri Joël Harison sont nés à Madagascar. Sa mère, assistante sociale de formation, joue du violon et du piano. Son père a fait la connaissance d´un spécialiste autrichien ethnologue en musique à Madagascar. C’est avec l´aide de ce chercheur qu´il est arrivé à Vienne à la fin des années 1980. Un an après il a commencé ses études de musique au conservatoire de musique d´église du diocèse de Vienne. Après les études de musique religieuse, il a fait des études de Musicologie et des Sciences politiques à l´Université de Vienne où il enseigne d´ailleurs actuellement. Il enseigne également l´allemand comme langue étrangère et est examinateur pour les certificats allemand A1, A2, B1, B2 et C1.

En ce qui concerne la musique : depuis son arrivée en Autriche en 1989, le père d´Andri Joël Harison joue de l´orgue durant les offices français à l’église St. Ruprecht de Vienne, puis il devient organiste principal de l’église St. Lukas de Vienne depuis 23 ans.

Recueilli par Valis

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS