Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 28 février 2021
Antananarivo | 01h23
 

Economie

Carburant Galana

Un important détournement de livraison mis à jour

mardi 25 mars 2008 | Gilbert R.

Le samedi 15 mars 2008, un chauffeur livreur de la Galana s’est présenté à la Brigade de la Sécurité Routière de gendarmerie de Birckaville. Il se plaignait d’avoir été spolié de toute la cargaison de son camion-citerne, soit 36 000 litres de gaz oil. Il s’était réveillé enfermé dans la cabine de son camion qui se tenait en équilibre instable sur la paroi de ravin dont le camion n’avait pas touché le fond, retenu par un buisson. S’étant tiré d’affaire tant bien que mal, il s’aperçut, a-t-il raconté, que la citerne était complètement vide et n’avait visiblement pas subi le moindre dégradation.

L’enquête allait permettre de dévoiler qu’il s’agissait d’un détournement de livraison tout-à-fait volontaire. Le camion s’était présenté à la station Jovenna de Moramanga le mercredi 12 mars dernier, comme prévu. C’était le but de son voyage. Mais sa cargaison fut refoulée pour n’être pas conforme aux normes Jovenna. Le chauffeur fut alors ferré par le grappin d’un revendeur véreux bien connu pour être un pourvoyeur au noir des principaux gros consommateurs de Moramanga. Le couple prit la RN 2 vers Toamasina après avoir tourné dans Moramanga. Leur passage est signalé jusqu’à Antsampanana vers midi le jeudi suivant. Ensuite des traces sont signalées à Vatomandry en fin d’après-midi de ce jeudi. Le vendredi suivant, la citerne fut vue à l’aérodrome de Vatomandry.

L’enquête a donc confondu le chauffeur véreux et tout son stratagème dans cette affaire. Mais elle a également montré que le camion-citerne n’a pas été le premier impliqué dans ce genre de trafic. En fait la plupart des camions-citernes qui font la relation Toamasina – RN 2 vers Tana trempent dans le même manège. Ces citernes comporteraient dessus une sorte de soupape d’évacuation de leur cargaison alors que toutes les vannes de sortie sont fermées hermétiquement. Les chauffeurs-livreurs se font prélever un ou deux seaux à divers points de cache qu’ils entretiennent le long de la RN 2. Nous supposons que les caches du chauffeur qui vient de se faire épingler dans l’affaire présente se trouvent au-delà d’Antsirakambo vers Brickaville et même derrière Brickaville vers Moramanga. En effet, la mise en scène du camion dans le ravin a été montée à hauteur d’Antsirakambo.

Nous nous reconnaissons être redevable d’un grand bravo à la gendarmerie de l’Antsinanana. C’est l’un des fers de lance de la sécurité de la Région. En tout cas, une telle performance, à la fois rapide et globalisante (destruction de tout un réseau de malfaisance économique), sied bien à la gendarmerie d’une région siège de la capitale économique nationale. D’ailleurs le Chef de Région, chef de l’EMOREG, donc premier responsable de la sécurité publique, vient de décréter le samedi 22 mars, veille de Pâques, une opération « coup de poing de sécurité » pour prendre le taureau par les cornes. En effet, les câbles en aluminium pur de la poste, les fils de cuivre de la Jirama, les rails de chemin de fer et même les parapets de pont sont ces derniers temps volés par tonnes entières. Le ramassage et l’exportation de ferrailles sont désormais interdits. Le FIP, le soir du dimanche de Pâques, a mis le grappin sur un groupe de 10 grands bandits en train d’attaquer le station d’essence Jovenna d’Ambalamanasy.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS