Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 13 décembre 2019
Antananarivo | 07h56
 

Société

Prise en charge des démunis

Un fonds de 100 417 dollars par an au moins

mardi 22 mai 2007 | Herimanda R.

Il faut annuellement 100 417 de dollars pour assurer la prise en charge de 1 % de la population la plus pauvre à Madagascar. 500 000 dollars sont nécessaires pour une couverture de 5 % de la population. 1 million de dollars pour toucher 10% de la population. C’est ce qu’a rapporté les études effectuées par la Banque mondiale dans son Document « Analyse de la pauvreté et de l’impact social - Les soins de santé et les pauvres ».

Depuis quelques années, le gouvernement malagasy à travers le ministère de la Santé, du Planning familial et de la Protection sociale s’engage à prendre en charge les plus démunis. Ces derniers devraient bénéficier gratuitement des soins et des médicaments s’ils se font consulter aux Centres de santé de base (CSB) publics ou autres formations sanitaires. Au niveau de l’Etat, cela a un coût. C’est bien l’idée de base d’un fonds d’équité (FE) qui se fixe comme objectif d’offrir aux couches les plus pauvres de la population un accès gratuit aux médicaments.

Trois provinces en difficulté

Le Fonds d’Equité (FE) est alimenté par une contribution mensuelle de 2,2 % prélevée sur les ventes de médicaments à l’ensemble de la population qui fréquente les CSB. « Jusqu’à présent, le système fonctionne bien. Mais là où l’adhésion est élevée comme c’est le cas à Mahajanga et à Toliara, le FE connaît un déficit de contributions. On commence à épuiser les stocks de médicament initiaux », précise le Rapport de la Banque mondiale. Le même document a bien mentionné qu’avec le niveau actuel des contributions, 3 des 6 provinces (Antsiranana, Mahajanga et Toamasina) ne seraient pas en mesure de couvrir une consultation des démunis.

Face à cette situation, il recommande l’amélioration de la vente des médicaments dans des formations sanitaires, qui est pour le moment la source principale d’argents du FE. Pour cela, il faut attirer les patients à fréquenter les CSB en améliorant la qualité de service et les soins, en renforçant le personnel de santé.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS