Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 19 septembre 2020
Antananarivo | 19h06
 

Reportage

Briques hydra-forme

Un concurrent sérieux des briqueteries traditionnelles

vendredi 3 octobre 2008 | Manjaka Hery
Les briques hydra-forme.

L’usage des briques hydra-forme est entraîné prendre de la place dans les nouvelles constructions à Madagascar, surtout à Antananarivo. Cette nouvelle forme de brique constitue alors un concurrent sérieux des briqueteries traditionnelles. Tel est notre constat lorsque nous sommes passés du côté de l’Université d’Antananarivo, à Ankatso. En effet, en bas de la Faculté des Droits, de l’Economie, de Gestion, et de la Sociologie (DEGS), un nouveau chantier a attiré notre attention. Ce chantier applique l’usage des briques hydra-forme. Un procédé que les malgaches n’ont pas l’habitude de voir dans un chantier de construction de bâtiment.

Cette brique coûte 850 ariary la pièce, selon des responsables que nous avons rencontré sur place. Il faut 40 pièces de brique hydra-forme par un mettre carré. Mais il est possible aussi de la fabriquer sur le chantier de la construction même. Elle peut être fabriquée avec des matériaux extraits sur le site de la construction. Dans ce cas, pas besoin de faire un commande au préalable, comme c’est l’habitude dans l’usage des briques ordinaires de fabrication locale.

Pour cela, il suffit d’acheter les machines qui permettent de les fabriquer. Ces machines coûtent 60 000 000 arirary, selon toujours les responsables de chantier. Son procédé de fabrication est plus scientifique, et exige des précisions. Il faut faire une analyse sédimento-métrique. En effet, il faut mesurer la composition des éléments qui compose le sol sur lequel le chantier est érigé. Cette analyse est nécessaire pour calculer la composition des éléments à mélanger. En général, les matériaux nécessaires à sa fabrication est composés à 75% de latérite, extrait sur le chantier de construction. Il faut bien la tamiser avec un maille de 10 millimètre, selon les indications prescrites par les architectes à Ankatso. La latérite est ensuite mélangée avec du ciment, du sable et de l’eau. En tout, les éléments à composer sont constitués à 75% de latérite, 12% d’eau, 8% de sable, et 5% de ciment.

Il faut une teneur en eau optimum, selon les explications fournie. Il faut passer par un tamisage, puis un mixage avec de l’eau, avant la mise en œuvre. Les briques hydra-forme n’ont pas besoin de cuisson. Après le moulage de chaque brique, il suffit de la mettre sous couvert d’une bâche, sur une surface libre pendant sept à dix jours. Il faut mettre les briques à l’abri du soleil. Les briques ont besoin d’être arrosées deux fois par jour : le matin et le soir. Après la période de séchage, il faut passer les briques à un test de résistance. Un échantillon sera mis dans une machine pour être soumis à une pression allant jusqu’à 100 bars.

Si les briques ordinaires cèdent au-delà de 3 bars, une brique hydra-forme cède au-delà de 10 bars. A ce rythme, il est possible de produire huit cents block par jours, ce qui équivaut à 21m² de mur. Ce procédé a été découvert en 1988 par le professeur Morris de l’Université de construction et d’Architecture de Witwatersrand, à Johannesburg, en Afrique du Sud. Une brique hydra-forme est plus économique qu’une brique ordinaire, selon l’avis de ses inventeurs. Elle peut être produite avec une main d’œuvre peu qualifié, voire un main d’œuvre non qualifié. A cause de sa forme, cette brique n’a pas besoin de mortier. Ce genre de brique est conservateur de chaleur. Ce qui permet d’économiser de l’énergie. Une maison construite avec des briques hydra-forme n’a plus besoin de trop de chauffage. La plupart des pays en développement utilise déjà ce procédé pour économiser de l’énergie. Il y a ainsi un aspect protection de l’environnement. La résistance d’une brique hydra-forme est supérieure à un bloc de ciment. Sans parler de l’élégance de sa finition. Pour plus d’information, voir le site www.hydraforme.fr

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS