Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 3 décembre 2020
Antananarivo | 10h57
 

Société

Violence à l’égard des femmes

Un centre d’accueil pour les victimes

lundi 30 décembre 2013 | Haingo

En vue d’aider les femmes victimes de violence de la part de leur mari, l’Ong
Enda OI prévoit ce mois d’avril prochain d’ouvrir un centre
d’accueil pour ces femmes. Ce centre pourra recevoir près de vingt
femmes selon les explications du responsable de ce projet.
Actuellement la majorité des femmes vivant dans cette situation
préfère souffrir en supportant la violence plutôt que de quitter leur
foyer tandis que les autres choisissent de retourner chez des parents ou d’aller vers des personnes
proches. En plus, selon la loi, quitter le foyer peut desservir les femmes.

C’est l’une des raisons pour lesquelles cette ONG initie ce projet. Même si ce projet est encore en cours de réalisation, les organisations pour la gestion du centre ont été déjà
élaborées. En effet, ces femmes auront tous les soutiens nécessaires
pendant les deux mois où elles auront le droit d’y rester. Leurs enfants
de moins de cinq ans pourront les accompagner, selon toujours les
explications du responsable. Tous les services du centre seront
gratuits. En revanche, celles qui ont besoin de ce centre devraient avoir
des autorisations du fokontany, de la police et de la justice,
autorisant ces femmes à déloger leur foyer.

Des personnels formés et compétents les recevront afin de les aider à préparer l’avenir, qu’il s’agisse de retourner chez leur mari ou de rompre
définitivement.

5 commentaires

Vos commentaires

  • 30 décembre 2013 à 15:07 | KARIBO (#7602)

    Belle initiative, dommage que les conditions pour y accéder soient soumises à des conditions, dignes du parcours du combattant, en plus de leur mari.
    Les membres de ce Centre ne risquent pas d’ etre débordés par la tâche et devraient etre payés au prorata des actions dénouées et services rendus , puisqu’ ils sont au départ dans un dynamique altruiste et humanitaire .
    Comment ignorer qu’ une femme victime de sévices, entame une procédure en justice, aille à la police, au fokontany demander une autorisation !
    Une autorisation pour cesser d’ être humiliée , battue ?
    Sans ignorer les conséquences de telles démarches et en attendant ces autorisations, elle va crécher ou dehors : pour avoir peut-etre une autorisation ?
    Si ce n’ est une blague de premier avril , ça y ressemble .
    On va vous envoyer le spécialiste ramahefarisoa il va vous arrangez ça en 2 temps 3 mouvements : " les femmes Malgaches aux fourneaux . / "

  • 30 décembre 2013 à 17:51 | Jipo (#4988)

    Etonnant qu’ il n’ y ait pas plus de réaction de la gente féminine à cette initiative ?
    Comme le dit si bien Karibo , en plus d’ avoir à subir les machos, ces pauvres femmes doivent encore se taper de s’ afficher dans toutes ces institutions, sans en avoir les moyens financiers , jetant dans "l’ bord chemin " ce qui peut leur rester de dignité, pour une issue provisoire, et totalement incertaine .
    Une initiative plombée dès le départ par les conditions administratives, de ces parasites qui vivent / la misère des pauvres .
    Faute de pain / la planche, ce n’ est pas le riz / le taf : qui manque .

  • 30 décembre 2013 à 19:15 | Marina (#140)

    Cette initiative est certes insatisfaisante sur certains points mais elle a le mérite d’exister. Je fais confiance à l’équipe qui ne manquera pas de réajuster leur organisation en fonction de la réalité quotidienne du centre.
    En tout cas merci à cette ONG qui pense enfin à ces femmes victimes invisibles dans notre société.

  • 30 décembre 2013 à 20:45 | Isambilo (#4541)

    Je suis d’accord avec Karibo et Jipo. C’est une initiative qui bénéficie uniquement aux salariés de cette structure.
    Comment peut-on être aussi stupide et ne pas avoir honte de l’afficher ???
    Mais est-ce que certains Malgaches sont arrivés à un point tel qu’ils ne se rendent même pas compte de ce qu’ils font ???

  • 30 décembre 2013 à 22:18 | Rakotomenatra (#6912)

    Sans connaître trop la matière :

    Est-ce possible qu’on veut éviter des retombées négatives juridiques pour ces femmes, parce qu’elles s’éloignent de leur foyer ? Je crois avoir entendu que la Loi malgache a des sanctions très sévères pour le cas où une femme quitte son foyer. Et si un mari malveillant en profite pour la traîner devant la justice, ce serait fatal !

    En tout cas un grand BRAVO à enda OI pour offrir un refuge à ces femmes ; il serait souhaitable en plus de les renforcer et les encourager à sortir de la cage.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS