Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 16 avril 2021
Antananarivo | 22h37
 

Editorial

Situation dans la capitale

Un calme précaire

jeudi 29 janvier 2009 | Valis

Le rendez-vous de la Place 13 Mai a certes eu lieu. Le mouvement populaire conduit par le Maire Andry Rajoelina se poursuit.

Toutefois l’affluence a beaucoup diminué. Les actes de vandalisme de lundi soir et mardi derniers ont fait mal au moral des partisans du mouvement de revendication. A cela s’ajoutent l’attentisme manifeste des responsables de l’ordre public et le désarroi des organisateurs du mouvement populaire qui ont été dépassé par des groupes de brigands. Il faut reconnaître que c’est à la suite des appels des habitants de la capitale pour un couvre-feu que le Maire et l’Etat major mixte opérationnel national (EMMONat) ont mis en œuvre les opérations de chasse des brigands et la veille active nocturne.

Après une nuit à moitié blanche, les habitants d’Antananarivo ne sentent pas encore sereins. Ils sont de plus en plus préoccupés par les menus fretins quotidiens, les factures à régler, le boulot, les écolages et la scolarité des enfants. Surtout que les fonctionnaires n’ont pas encore été payés pour le mois de janvier alors que la durée de cette crise est incertaine.

Quoi qu’il en soit, les rues ne sont pas animées comme d’habitude, les magasins ont fermé et les bureaux administratifs ont fermé très tôt, déjà avec le peu de fonctionnaires qui ont rejoint le lieu de travail. Bref, c’est un flottement qui ne rassure pas.

Un retour en force apparent

D’autant plus que, en visitant les ruines de la TVM et de la RNM, le chef de l’Etat a exprimé sa détermination, à tenir encore la barre du navire Madagascar car le Maire Andry Rajoelina lui a posé un lapin alors qu’il était prêt au dialogue : le représentant des Nations unies et lui, ont vainement attendu le Maire, a-t-il déclaré ;«  dès lors, l’heure est maintenant à la reconstruction » a-t-il réitéré.

Or, sur la Place 13 Mai, le Maire a maintes fois déclaré qu’il ne reculera plus et que l’objectif est de prendre le pouvoir pour rétablir la démocratie. La suspension du meeting de mardi a certainement été pour quelque chose dans la tiédeur du rassemblement d’hier. Mais la ville morte de ce jour présage d’un recul stratégique pour mieux sauter demain.

Car il faut avouer que petit à petit le camp Andry Rajoelina marque des points. La radio VIVA émet de nouveau même si le ton et la vigueur n’y sont pas encore. Les trois étudiants appréhendés et écroués ont été libérés. Et puis l’accès à la Place 13 Mai n’est pratiquement plus interdit ; des forces de l’ordre ont veillé pour le bon déroulement du meeting. Le mouvement de revendication ne peut toutefois pas s’arrêter en si bon chemin : il a gagné et logiquement il ne peut que demander et réclamer davantage jusqu’à ce qu’il emporte tout. Ce scénario inquiète plus d’un.

La France est toujours là

Mais plus inquiétant encore est ce lien qui attache les deux protagonistes à la France. Aussi bien le Maire que le chef de l’Etat se réfèrent au Quai d’Orsay. La nation malgache est-elle souveraine ? Ces deux élus ont-ils confiance en leurs électeurs et en leur peuple ? Quand le chef de l’Etat accuse publiquement un chef de parti tout en faisant comprendre qu’il a appris des informations auprès du ministre français des Affaires étrangères, on reste pantois.

Demain sera-t-il mondialisé avec la France ? En fait la boucle est bouclée car cette affaire a commencé avec la diffusion intégrale des déclarations faites à Paris par l’ancien président Didier Ratsiraka sur la chaîne VIVA TV. Et aujourd’hui, le ministère français des Affaires étrangères parle par la bouche des deux protagonistes.

Comme les interprétations sont contradictoires, un communiqué officiel du Quai d’Orsay est rendu public pour dire que la France tient à la paix, à la légalité et à ses liens d’amitié avec Madagascar. Le communiqué souligne que le ministre Kouchner s’est entretenu hier matin avec Roland Ratsiraka, Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS