Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 19 octobre 2021
Antananarivo | 18h12
 

Santé

Ministère de la Défense

Un autre pas pour renforcer la lutte contre le sida

mercredi 18 juillet 2007 | Volana R.

D’abord, les IST (Infections sexuellement transmissibles). D’après les enquêtes sur la prévalence du VIH/SIDA, il s’est avéré que la prévalence des IST dans les milieux des Forces armées est nettement plus élevée que celle de la population en général. Un constat qui a poussé le ministère de la Défense Nationale (MDN) et le Secrétariat Exécutif du Comité national de lutte contre le Vih/Sida (SE/CNLS) à prendre en charge les IST (sensibilisation, dépistage, traitement), porte d’entrée du virus. Une prévention primaire, en quelque sorte. 20. 000 forces de l’ordre en seront bénéficiaires, 50.000 à peu près avec leur famille .Un projet qui s’étale sur deux ans vient d’être signé entre les deux entités, hier, pour un montant total de 885.066.000 Ariary. Il aura deux volets, dont la communication et la technique.

16 % syphilitiques

Selon les statistiques, 16% des 1000 militaires dépistés portent la syphilis. La communication servira alors à renforcer et à compléter la sensibilisation, surtout chez les jeunes. « Il s’agit en effet, non seulement d’une action inter-Forces Armées, mais aussi auprès de la population entière », explique le directeur de cabinet du MDN, le Général de division Randriantseva. Ce volet est financé par l’UNFPA. Côté technique, à savoir le dépistage des IST, le secrétaire exécutif, Fenosoa Ratsimanetrimanana souligne que le projet s’efforcera de dépister 80% des syphilis, et à peu près 25% du VIH. « La prise en charge, que ce soit en syphilis ou en VIH, est de 100% », ajoute-t-il.

Loin des centres de santé

Le ministère a défini une approche encore plus précise en faveur de la lutte. Il y a un an, le CNLS avait remis, en effet, des outils et supports d’IEC auprès de la MDN.

Aujourd’hui, la lutte s’intensifie et le ministère réitère sa mission de maintenir, plus, de réduire le taux de prévalence du VIH/SIDA de –1% du VIH/SIDA. Le directeur de Cabinet ajoute que le taux de prévalence élevé des IST chez les Forces armées est détecté sévèrement chez les détachements, loin des centres de santé. Il a cité entre autres Fort-Dauphin où le taux est de plus 30%, en général.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS