Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 17 septembre 2019
Antananarivo | 23h44
 

Société

Fianarantsoa et Antsirabe II

Trois personnes en prison pour corruption flagrante

lundi 24 juin | Arena R.

De plus en plus de cas de cas de corruption sont actuellement dénoncés auprès du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco). La semaine dernière, trois personnes ont été mis en détention après leur présentation devant les juges pour des affaires de corruption flagrante. Le premier, est un agent pénitencier de la maison d’arrêt d’Ankazondrano, à Fianarantsoa. Les deux autres, un responsable de la circonscription scolaire (CISCO) d’Antsirabe II et son complice.

Le 15 juin dernier, la branche territoriale du Bianco de Fianarantsoa a été saisie d’une plainte concernant la sollicitation par un agent de l’établissement pénitentiaire d’Ankazondrano, à Fianarantsoa d’une somme de 500 000 ariary pour faire recouvrer la liberté à un détenu. Aussitôt informés, les investigateurs du Bianco se sont rendus sur les lieux pour constater l’infraction. Devant les faits avérés, l’agent pénitencier a été arrêté. Après l’interrogatoire, il a été déféré au parquet d’Ihosy la semaine dernière. Les juges ont alors décidé de placer l’agent pénitencier sous mandat de dépôt pour corruption passive.

Le 12 juin, la branche d’Antananarivo du Bianco a également été saisie d’une doléance anonyme par téléphone, concernant la corruption qui entoure le recrutement et l’ affectation des institutrices par le chef de circonscription scolaire d’Antsirabe II. Les enquêtes ont permis de constater un flagrant délit de corruption par ledit responsable.
Après leur déferrements auprès du Pôle anti-corruption (PAC), la semaine dernière, le prévenu et son intermédiaire ont également été placés sous mandat de dépôt.

La célérité du traitement de ces deux faits de corruption flagrante est encourageante pour les plaignants. D’autant plus que récemment le Bianco a mis en place une plateforme en ligne de dénonciation des cas de corruption dénommée « i-Toroka ». Cette institution sensibilise ainsi les citoyens à dénoncer tout fait de corruption susceptible de poursuite.

5 commentaires

Vos commentaires

  • 24 juin à 10:59 | Isandra (#7070)

    C’est un signal fort pour avertir tout le monde que le temps de récré a déjà sonné, on ne plaisante plus,...

    Pourvu que le zatra ny lalan-dririnina ne disent encore, c’est un coup politique, les frustrés arrêtent leur moquerie quotidienne,...!

    • 24 juin à 11:52 | dahalo (#8794) répond à Isandra

      Ho hitantsika eo ary izany vita izany ny recrea. Enga anie mba tsy ho an’ny cour des petits ihany fa mba ho an’ny cours des grands ihany koa

  • 24 juin à 15:34 | Jipo (#4988)

    Bonjour .
    Quid des personnes non flagrantes ?
    Arrêter un gardien de prison pour qu’ il retourne au travail : cocasse la blague, même les Belges ne l’ avaient pas trouvée 🤣 .

  • 24 juin à 15:35 | Milaza (#10526)

    Tany tandalana i Madagasikara ary hanarina ny fiainam-bahoaka no fanamby nataon’ny filoha Andry RAJOELINA ka rariny raha hamafisina tsara tahak’izao ny ady @ kolikoly zay tena mambotry ny firenena ary tsy asiana ankanavaka fa izay rehetra mandika lalana dia mendrika hisazy avokoa na iza na iza

  • 25 juin à 13:00 | olivier3 (#9833)

    "corruption flagrante"

    WOW

    La corruption est tellement généralisée dans ce pays, qu’il a fallu créer la notion de "corruption flagrante"...par opposition avec les autres corruptions..

    LOL

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS