Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 24 octobre 2021
Antananarivo | 06h00
 

Politique

Vie de parti

Trois maux gangrènent le TIM !

vendredi 15 juin 2007 | Eugène R.

Quoi qu’on dise, le TIM se trouve au bord d’un clash. L’intervention du président Marc Ravalomanana, fondateur du parti, est actuellement sollicitée par les simples militants pour éviter le pire.

Quoi qu’on dise, le TIM se trouve au bord d’un clash. L’intervention du président Marc Ravalomanana, fondateur du parti, est actuellement sollicitée par les simples militants pour éviter le pire.

Gestion de carrière, conflit de leadership et problème managérial. Tels sont les trois « cancers » qui gangrènent actuellement le parti Tiako I Madagascar. Gestion de carrière car des membres de ce parti au pouvoir sont inquiets de leur avenir politique après les Législatives et les Sénatoriales. Conflit de leadership car des parlementaires et simples membres du parti veulent propulser une personnalité à la présidence du TIM. Et problème managérial car le président national Razoarimihaja Solofonantenaina n’a pas géré le parti conformément au statut et au règlement intérieur du parti. Le sénateur Joseph Yoland (membre du bureau politique en tant que vice-président du parti pour la province d’Antsiranana) et consorts, qui ont lu devant la presse avant-hier à l’hôtel « Le Glacier » la résolution du conseil national renforcé qui s’est tenu le mardi 12 juin 2007 à Andohanimandroseza, se cachent derrière ce dernier « constat » pour revendiquer la restructuration du parti qui, d’après eux, s’impose avec la Constitution révisée.

Tandem Rajemison - Ranjivason

Mais, derrière cette façade, c’est la haute politique. C’est le duel à distance entre le président national du parti Razoarimihaja Solofonantenaina et le président du Sénat Rajemison Rakotomaharo. Si le premier se croit être le « protegé » du président de la République, fondateur du parti, le second, fort du soutien indéfectible des parlementaires, voudrait prendre la direction du parti pour pouvoir s’imposer au président Marc Ravalomanana qui semble ne plus avoir confiance en lui. Ce pendant, ni Razoarimihaja, ni Rajemison ne peuvent prétendre avoir la confiance de la base du parti. Cette base serait jusqu’à présent acquise au fondateur.

Par contre, du point de vue soutien, tant au sein du Parlement (Assemblée nationale et Sénat) qu’au niveau régional, Rajemison Rakotomaharo devance Razoarimihaja Solofonantenaina. La preuve, aucun parlementaire n’ose jusqu’à présent afficher son soutien à ce dernier qui risque de perdre son titre si le fondateur du parti tarde à intervenir. Par ailleurs, le tandem Rajemison-Ranjivason commence à obtenir la légitimité au sein du TIM. L’objectif de l’ancien ministre de la Fonction Publique est clair : écarter Razoarimihaja Solofonantenaina de la présidence du parti pour pouvoir s’imposer comme candidat du TIM à Ambatondrazaka. D’ailleurs cette fois-ci, chaque district n’aurait droit qu’à un seul député quel que soit le nombre de ses habitants.

En tout cas, force est de constater que le silence d’autres grosses pointures du TIM devant cette situation qui met en danger la crédibilité du parti intriguent les observateurs. Pour qui roulent les Mahafaritsy Samuël Razakanirina (bureau politique), Ramampy Marie Lechat Zenaïde (bureau politique), Raharinaivo Randrianatoandro (bureau politique), Yves Aimé Rakotoarisoa (bureau politique)... ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS