Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 22 mai 2022
Antananarivo | 16h01
 

Société

Région de Sofia

Trafics de carburant et de ciment

samedi 30 juin 2007 | Alphonse M.

Recrudescence de vols de carburants et de ciment dans la région de Sofia ces derniers temps. Selon les témoignages recueillis sur les lieux, les malfaiteurs opèrent en toute quiétude jour et nuit, au su et au vu de tout le monde. Les mini-bus et les camions désservant la nationale 6 ne se ravitaillent plus auprès des stations-service. Le marché noir de carburant et de ciment se généralise le long de la route nationale 6, à partir de Mampikony.

Selon des sources concordantes, certains élements des forces de l’ordre sont de mêche avec les trafiquants. Pis, les taxis-brousse reliant la capitale et Antsiranana ou Mahajanga se ravitaillent dans un camp. Alertés par la population, les chefs hiérarchiques des forces de l’ordre ont ouvert une enquête pour avoir de plus amples informations sur cette affaire. Suite à cette enquête, on vient d’apprendre qu’un élément de la gendarmerie a été placé sous mandat de dépôt. Durant le face à face entre les membres du gouvernement et les députés jeudi dernier, un élu originaire de cette région a également dénoncé l’implication des policiers dans cette affaire louche. Il est à rappeler qu’un réseau de trafiquant de ciment au sein de la société Sogea a été démantelé dont certains d’entre eux sont toujours en détention préventive à la prison centrale de Marofoto (Mahajanga). L’élue de Mampikony a interpellé le secrétaire d’Etat chargé de la Sécurité publique, Désiré Rasolofomanana sur le cas des policiers impliqués dans le détournement de gas-oil au dépôt de la société Sogea, mais ils ont bénéficié d’un traitement de faveur. Sans tarder, le numéro de la police nationale a tenu à souligner que « le corps de la police nationale n’est pas un refuge de malfaiteurs », tout en promettant de prendre les mesures qui s’imposent. Car l’impunité n’existe pas au sein de la police.

Colas et Sogea… comme cibles

D’après toujours nos informations, les grandes sociétés chargées des travaux de réfection de la nationale 6 sont les principaux cibles des malfaiteurs. En complicité avec certains de leurs employés, les bandits opèrent en toute quiétude.

Un haut responsable de l’une de cette société nous a signalé que les pertes s’élèvent à plusieurs centaines de millions d’ariary par mois. Selon les estimations, 1 000 litres de gas-oil par jour disparaissent du dépôt de la société, sans compter les sacs de ciment et les gravillons. Ce type de vols a gravement affecté la trésorerie des deux sociétés de travaux publics. Sans aucun doute, les sociétés vont tenir compte des pertes subies à cause des vols au cours des chantiers, au moment de la présentation de leur offre financière. Il n’est pas étonnant si le prix au kilomètre de la réfection des routes à Madagascar est très élèvé. Une matière à réflexion.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS