Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 14 décembre 2019
Antananarivo | 07h26
 

Enseignement

Année universitaire 2011

« Tout dépend du ministère » selon le SECES

mardi 8 mars 2011

La balle est dans le camp du ministère de l’Enseignement supérieur ; s’il veut que l’année universitaire 2010 – 2011 commence, qu’il tienne parole car pour l’instant le ministère n’a pas respecté ses engagements, déclare un membre du SECES, le Syndicat des enseignants chercheurs de l’Enseignement supérieur qui fait un bref et partiel compte rendu de l’assemblée générale de ce syndicat qui s’est déroulée ce lundi 7 mars à Ankatso.

Les enseignants membres du SECES ne commenceront les cours de l’année universitaire 2011 que si l’État procède au paiement de leurs indemnités. Ces enseignants n’ont pas du tout apprécié la manière dont le ministre a détourné l’attention du public vers des procédures administratives et techniques pour justifier le non paiement à l’heure actuelle des indemnités. Ils ont qualifié ces déclarations d’expression de la mauvaise foi de l’État par ministre interposé. « Notre revendication date depuis le mois de juillet 2010 mais aucune considération n’a été faite contrairement à l’attention que l’État avait accordé à celles des magistrats et des médecins », a-t-on entendu de presque tous les membres du SECES hier. Et puis la détermination était grandissante quand ces enseignants se répétaient ce que le ministre avait dit comme quoi la loi des Finances 2011 n’avait pas prévu le règlement des indemnités des enseignants du SECES.

Un cadre du SECES national rappelle que leurs revendications actuelles se basent sur la réalisation du compromis se rapportant au paiement de leurs indemnités de risques et de recherches de janvier 2011 jusqu’au décembre 2011 qui a été signé en décembre 2010. Le coût total de ces indemnités est estimé à 7 milliards d’ariary, sans parler du rappel de 2010.

Si l’ouverture de l’année universitaire 2010-2011 dépend donc de la décision du pouvoir actuel, les enseignants confirment qu’ils vont achever convenablement l’année en cours. Tous les examens de passage restants, tous les résultats des concours d’entrée à l’Université pour cette nouvelle année scolaire seront exécutés comme il se doit.

À noter qu’en plus des indemnités des enseignants-chercheurs, l’État doit aussi, selon les réclamations du SECES, prévoir et mettre à la disposition des universités le budget de fonctionnement pour l’année universitaire 2010 – 2011 qui regroupe les bourses, les salaires du personnel administratif… Tout doit être fin prêt, martèle le SECES, pour éviter la répétition des manifestations.

Recueilli par Valis

7 commentaires

Vos commentaires

  • 8 mars 2011 à 11:47 | El_pacha (#5090)

    Indemnités de "recherche" (LoL) à 400.000Ar,...
    Indemnités de "risque" (Re-LoL) à 300.000Ar,...

    Pourquoi pas des voitures de fonctions (4x4 Hummer si possible) et des villas à disposition tant qu’on y est ?

    En attendant, sur 1000 étudiants de première année, seuls 10 arrivent au baut de leur cursus et 3 trouvent du travail adapté à leur diplôme (instat 2009)...

    Faut Virer Ces Profs à la c..

    • 8 mars 2011 à 16:44 | Vary-Manta (#2623) répond à El_pacha

      Voilà crois aussi, un bien meilleur sujet, plus constructif que de rabâcher tous le temps les conflits entre des "célébrités" de la politique.
      A chaque fois que je passe à coté d’un campus dans tous les provinces, je ne peux m’empêcher de penser que j’ai devant moi l’image réelle de l’intérêt des gouvernants sur l’avenir de notre pays. A voir l’état des lieux, on a qu’envie de pleurer ou partir ailleurs.

    • 9 mars 2011 à 09:56 | mic1971 (#5397) répond à El_pacha

      Connexion internet sy ny vidina boky (il faut faire venir de la France) ary ny déplacement à l’étranger (conférence...), paiement des enquêteurs raha misy article zay tiana havoaka vokatry ny fikarohana (obligatoire en plus pour un maître de conférence), izany rehetra izany ve tinao ho ny vola amposinay no handoavana azy.

      Ary firy % ny zanaka malagasy no mahatakatra ny université tsy miankina.

      Jereo anefa ireto politiciens ireo zara raha manana bac+3, ary tsy miandry hoe tetezzamita izao, jereo ny vola zaraina aminy.

    • 9 mars 2011 à 10:55 | BEMaso (#5399) répond à El_pacha

      Marina ny anao, de quelles recherches on parle ? Ils boudent les postes enseignants et bloquent les rare etudiants meritants au 3e cycle, pff

  • 8 mars 2011 à 11:52 | le critiqueur (#4650)

    les gars !

    Nous sommes encore dans une transition et en temps de crise ! pourquoi ne pas attendre comme ont fait les magistrats ? attendons le changement dans les prochains mois et serrons nous tous sans exception la ceinture pardi !!!

    (signé : un bon citoyen)

    • 8 mars 2011 à 14:29 | rakotopitazana (#4820) répond à le critiqueur

      C’est à ces parasites de CST et CT que vous devriez dire ça !

  • 8 mars 2011 à 12:05 | Rabe (#3378)

    ...atao ahoana moa ry Mpampianatra Mpikaroka isany fa dj (mpikosoka kapila) ange no milingilingy ao e... tsy misy fantany izay mikasika ny fampianarana, indrindra moa ny ambaratonga ambony...raha ny faniriany aza dia hanao dj daholo isika mianakavy fa tsy hianatra

    ...ny soniany aza nolaviny indray avy eo... tena boto faikany...tsy fanao enao

    ny vahaolana dia ny FANAMBARANA NY HERY ialan’io jiolahimboto io haingana fa tena HENATRA ho antsika mianakavy

    Mahereza daholo
    Momba antsika Andriamanitra

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS