Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 15 décembre 2018
Antananarivo | 06h41
 

Lu ailleurs

Lu Ailleurs

Top 3 des bonnes raisons de ne pas domestiquer la tortue

vendredi 28 septembre

« Les tortues sont des animaux primitifs, elles sont créées pour errer dans la nature depuis l’âge des dinosaures ».

Les animaux sauvages ne sont pas des animaux domestiques ou de compagnie.

À six heures du matin, tout le monde se presse, nous sommes en voiture pour aller au travail, les enfants sont déposés à l’école, ce n’est pas le cas de Rasoa qui n’a pas encore commencé à bouger. Rasoa a 30 ans et depuis que mon frère l’a adopté il y a 20 ans, elle n’a jamais quitté son jardin. Elle ne se réveille qu’à 9 heures, et n’a nulle part où aller et n’a rien à faire, d’autant plus que mon frère n’attend rien d’elle. C’est parce que Rasoa (Rasokatra) n’est pas humaine, c’est une tortue radiée, un animal de compagnie hérité de notre grand-mère. Une simple définition de ce qu’on appelle animal de compagnie : « des animaux destinés à la compagnie humaine ». Cela ne doit pas être le cas de la tortue. Les Malgaches associent aux tortues des vertus médicinales (élevées dans le jardin pour soigner les enfants asthmatiques ou prévenir contre la maladie des volailles). Les tortues sont plus décoratives qu’animaux de compagnie. Donc, il n’est pas rare de trouver des tortues dans un jardin comme Rasoa. Mais les animaux sauvages maintenus en captivité vivent une existence misérable. C’est comme si vous et moi vivions comme des prisonniers pour le reste de nos vies, privées de tous nos droits (le droit d’être libre, le droit d’assurer la survie de son espèce). De plus, les gens se soucient peu de leur confort. Comme tous les reptiles, les tortues sont des animaux à sang froid et ont besoin de soleil et de la chaleur du sud et non du froid hivernal de Tana en août. Avez-vous déjà entendu quelqu’un qui s’inquiète que ses tortues aient froid ? La tortue ne peut pas être un animal de compagnie, car elle ne se comporterait jamais comme un animal domestique normal.

Je peux me tromper, mais ce que nous voulons de nos chiens et chats de compagnie c’est leur amour, et nous voulons ils l’expriment de façon à ce que nous pouissions les comprendre : notre chien qui saute joyeusement vers nous quand nous rentrons ; ou notre chat ronronne de plaisir quand on le caresse. Rasoa et ses proches sont toutefois incapables de montrer de tels signes d’affection, et ils sont impossibles à prendre dans ses bras pour un gros calin. Si elles s’échappent de votre cour, elles ne sont pas assez fidèles,pour vouloir revenir au bercail. Simplement parce que ce sont des animaux primitifs, elles ont été créées pour errer dans la nature depuis l’âge des dinosaures.


Leur achat est illégal, leur possession est illégale : crimes contre la vie sauvage.

Les gens domestiquent la tortue en dépit du fait que posséder une tortue est illégal selon les lois malgache et internationale. Cela peut signifier que l’application de la loi est limitée. Récemment, j’ai rendu visite à un ami qui vient de déménager dans une nouvelle maison. Dans son jardin il y deux tortues. Elles appartiennent à son propriétaire, un fonctionnaire du gouvernement qui devrait faire respecter la loi. Quand j’ai dit au propriétaire et sa femme que c’est une pratique illégale, ils ont dit : « ce n’est pas un vrai crime » ? Ils ont eu leurs deux tortues par un achat impulsif, durant leurs vacances dans le sud, pour faire plaisir à leur fille qui voulait les avoir comme animaux de compagnie. Quoi qu’il en soit, ils ont dit : « nous les avons sauvés d’une mort prématurée, car les gens les auraient mangés ».

Vraiment ? Céder à de tel achat encourage le trafic illicite d’espèces sauvages. Les gens ignorent souvent que s’impliquer dans le commerce illégal des espèces sauvages est un crime, un délit passible d’emprisonnement.

Les tortues de Madagascar dans le couloir de la mort. ( tortues radiée et tortue à soc, tortue araignée et tortue à queue plate) : les garder comme animaux de compagnie menace leur survie.

Les tortues citées ci-dessus font partie des 25 tortues les plus menacées du monde. Une estimation de 2013 des tortues radiées a porté leur nombre à six millions, contre 12 millions dans les années 90. Aujourd’hui, la population est probablement plus proche de trois millions (Turtle Survival Alliance, 2018).

Connaissez-vous la fable « La tortue et le lièvre » ? La sage tortue a remporté la course. Mais dans une course contre sa propre extinction, la tortue ne gagnera pas, à moins que l’homme ne l’aide à gagner, en usant de la même sagesse. Aidez-nous alors à interdire le commerce illégal et la collecte des tortues. Chaque fois que vous êtes tentés d’acheter ou de ramener à la maison une tortue, ôtez-vous ce brin de folie de la tête et rappelez-vous que les animaux sauvages ne sont pas des animaux de compagnie. Si vous avez illégalement une tortue en votre possession, ramenez-la à un centre de sauvetage. Et si vous rencontrez une tortue en traversant une route en brousse, laissez-la tranquille ou aidez-la à s’éloigner de la route.


Article paru initialement sur le site de www.wwf.mg

Courrier des lecteurs par Domoina Rakotomalala, leader du paysage Mahafaly de WWF Madagascar - The Amcham Post September 1st 2018

1 commentaire

Vos commentaires

  • 28 septembre à 23:48 | Albatros (#234)

    Merci pour cet article que je vais partager sur Facebook et sur mon blog !.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 173