Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 21 août 2019
Antananarivo | 02h48
 

Divers

Détérioration des infrastructures hydro-agricoles

Les surfaces rizicoles exploitées diminuent dangereusement

samedi 31 août 2013 | Haingo

Madagascar possède près de 1,2 millions d’hectares de rizière dont le rendement tourne autour de 2,5 tonnes de production chaque année. L’absence de stratégie d’amélioration des infrastructures fait partie des facteurs qui sont les sources de l’instabilité et de la stagnation de la production. Afin de remédier à ce problème, le Réseau des observatoires ruraux a organisé ce vendredi 30 août, un atelier qui a rassemblé les partenaires du Plan d’action pour le développement rural (PADR), les associations œuvrant dans le domaine du développement rural et les responsables de ce plan. Cette journée d’animation avait pour thème : « l’importance des infrastructures hydro-agricoles dans l’économie rurale de Madagascar ». Les impacts engendrés par le problème des infrastructures hydro-agricoles sur la production rizicole des ménages dans les observatoires ruraux ont été disséqués et débattus, notamment ceux d’Antsirabe, de Marovoay, d’Alaotra, de Toliara et de Fenerive-Est ainsi que de Farafangana.

Bebe Razaiarimanana, secrétaire permanente du PADR a expliqué que le secteur irrigué est incontournable dans l’économie rurale car il joue un rôle important pour assurer la production. Cependant, le changement climatique
semble avoir une influence sur la maitrise de l’eau. La majorité des parcelles ont des problèmes d’irrigation, en particulier dans l’observatoire de Toliara où les 2/3 de surfaces cultivées en souffrent depuis l’année dernière. Il en est de même pour Farafangana et Marovoay car les 20% des surfaces exploitées ont été victimes de ce problème entre 2008 et 2012. En outre, la riziculture est relativement moins pratiquée à Toliara, faute de climat approprié même si le riz représente le principal aliment de la population malgache.

En outre, 69 à 96% des ménages dont ceux des régions de l’Alaotra, Marovoay et de Fenerive-Est sont des riziculteurs ; il s’avère qu’il est indispensable de veiller sur les infrastructures afin qu’elles puissent s’adapter aux besoins des surfaces à exploiter qui représentent les 78% des 1,2 millions d’hectares. Ces 78% sont des types irrigués, selon toujours les explications. La détérioration des infrastructures et à souligner. Tant que ces ouvrages ne sont pas fonctionnels et compte tenu de l’actuel changement climatique qui se manifeste surtout par une irrégularité des pluies, les superficies exploitées risquent de diminuer dangereusement. Pour Marovoay, cette diminution a été de 36 à 20% entre 2011 et 2012 tandis qu’elle est de 62% à 47% pour l’observatoire d’Alaotra.

Parmi les participants à cet atelier, la Direction du génie rural auprès du ministère de tutelle a ainsi présenté hier la place des infrastructures hydro-agricoles dans l’économie rurale du pays tout en développant quelques points. Entre autre, la politique du gouvernement et la situation nationale, les interventions de l’État et les attentes des bénéficiaires. Quant aux représentants du Réseau des Observatoires ruraux, ils ont mis l’accent sur la disponibilité en matière d’infrastructure hydro-agricole pour les cas des observateurs ruraux et l’appréciation du niveau de rendement en fonction de la maîtrise d’eau.

54 commentaires

Vos commentaires

  • 31 août 2013 à 09:00 | HARUNA BIS (#7218)

    Après 40 ans de gabegie ,de décervelage ,d’imbécillité ,va t-ont se mettre a penser de façon rationnel pour enfin allez dans le bon sens.
    J’ose espérer,I have e dream !
    Connaissant la bande d’empaffé ,de bons a rien,d’inutile, des hauts de Tana ,j’en doute !

    • 31 août 2013 à 16:59 | hrrys (#5836) répond à HARUNA BIS

      le ou les programmes à soutenir devraient être ceux de la promotion des agricultures mettre l’agriculture en priorité des

    • 31 août 2013 à 17:03 | hrrys (#5836) répond à hrrys

      des priorités ,nos militaires se doivent être fixés dans les zones ruraux si recrutement il y aura les recrus devront avoir une

    • 31 août 2013 à 17:06 | hrrys (#5836) répond à hrrys

      compétence en matiére d’agriculture et se cantonner dans le dvpt rural .Là la lutte contre les dahalo seront effective

    • 1er septembre 2013 à 11:35 | rabri (#2507) répond à hrrys

      "Madagascar possède près de 1,2 millions d’hectares de rizière dont le rendement tourne autour de 2,5 tonnes de production chaque année. L’absence de stratégie d’amélioration des infrastructures fait partie des facteurs qui sont les sources de l’instabilité et de la stagnation de la production"

      Dans cet article, on parle largement de l’importance du problème de l’eau sur le rendement en riz. FAUX !

      Cette stagnation du rendement à 2,5 t/ha a duré depuis 50 ans maintenant et Y a eau ou Y a pas d’eau chez le paysan, ce rendement reste éternel chez lui. Il faut trouver d’autres causes et la principale est : LE MANQUE DE FORMATION DISPENSE A NOS PAYSANS

      Il a été démontré depuis la découverte du SRI ( Système de Riziculture Intensive) à Madagascar en 1995 ( SVP !) que le RIZ N’EST PAS UNE PLANTE AQUATIQUE . Explication : Lors de sa croissance, le riz demande un sol humide mais non saturé d’eau, et on peut même l’assécher occasionnellement, avec des systèmes de drainage différents. “S’il y a beaucoup d’eau autour des plants, ils deviennent “paresseux” et leurs racines cessent de croître”, ajoutent les auteurs http://www.sre-ambel.fr/press38.htm. De plus, il est connu en technique agricole que si le sol est riche en matières organiques ( venant de l’enrichissement avec des fumiers), l’eau captée est bien stockée et sera disponible pour la plante au fur et à mesure de ses besoins.

      Le SRI permet de multiplier en moyenne par 5 le rendement actuel (donc 12 t/ha) et même jusqu’à 24 t http://www.tefysaina.org/ quand les conditions climatiques et du sol sont bonnes. Sa force vient surtout du repiquage à 15 jours au lieu de 21 jours permettant de démultiplier les talles (= tiges portant plus tard les graines de riz)

      Ce qui est encourageant contrairement à cet article, c’est que selon les statistiques émanant du groupement SRI, le nombre de pratiquants du SRI est passé de 65 000 en 2009 à 218 455 pour le premier semestre 2011. Quant aux surfaces cultivées, elle est estimée à 130 000 hectares en 2011 contre 10 000 hectares en 2009. http://www.lexpressmada.com/rizicul...

      Conclusion :

      1)FORMATION FORMATION FORMATION : tel doit être le maître mot si on veut parler à l’avenir du développement de la rizicuture et de l’agriculture en général à Mada . Avec 4 lycées agricoles publics dans tout Mada qui produisent 50 étudiants par an contre au moins 20 000 étudiants pour le Bac général, la place de la formation agricole est très mal considérée alors qu’elle doit être l’ABC de l’éducation au vu de nos besoins

      2) Le SRI a ses détracteurs en particulier ceux liés aux lobbys industriels internationaux, soutenus par la Banque Mondiale et le FMI , pour utiliser des engrais, des pesticides et des fongicides, alors qu’en SRI, c’est inutile.

      Dans cet article, en faisant un FAUX DIAGNOSTIC DU PROBLEME DE LA RIZICULTURE A MADA, les gens de notre Ministère tentent peut être leur chance auprès de ces bailleurs pour avoir un financement ???? classique !

    • 1er septembre 2013 à 13:32 | tsimahafotsy (#6734) répond à rabri

      Même si je ne peux pas vérifier vos informations, j’ai appris quelques choses sur la culture du riz avec votre post. C’est le genre qui vous donne à réfléchir.
      Merci !

    • 1er septembre 2013 à 22:56 | Albatros (#234) répond à rabri

      Bonsoir Rabri,
      Entièrement d’accord avec vous.
      Cela démontre bien l’importance pour les riziculteurs de se regrouper pour contrôler l’irrigation de leurs parcelles.
      Une "mise en commun" (sans parler de communisme !!) indispensable pour qu’ils s’en sortent sans dépendre des pouvoirs publics ou des distributeurs.

  • 31 août 2013 à 09:35 | elena (#3066)

    Le voilà notre potentiel, une de nos richesses, l’eau et l’espace. Il y a un autre sujet aujourd’hui sur les mines.
    Nous avons tout ce qu’il faut pour nous rendre heureux, mais hélas.
    Quand aurons nous enfin un gouvernement qui gère intelligemment notre patrimoine !

    • 31 août 2013 à 10:12 | Isambilo (#4541) répond à elena

      L’eau ? C’est notre premier problème ou alors je n’ai rien compris à l’article ci-dessus.

    • 31 août 2013 à 10:46 | l’ankarana (#6795) répond à Isambilo

      Il y a une autre raison bien simple. Chez moi, les riziculteurs ont diminué leur production parce que, suite au non entretien de routes en terre depuis 2002, il n’ont plus la possibilité d’écouler leurs récoltes : les collecteurs ne peuvent plus venir, et même les possesseurs de charrettes refusent de risquer leurs charrettes sur ces pistes. Dès que ces routes en terre seront à nouveau praticables, ils reprendront leur production.

    • 31 août 2013 à 11:16 | Stomato (#3476) répond à elena

      Ah il fallait l’attendre celle là : Quand aurons nous un gouvernement qui gère...

      QUI met en place vos gouvernements ?
      N’est-ce pas au peuple de prendre conscience que c’est à lui de prendre en main la gestion de son pays ?
      La mauvaise habitude qui consiste à tout attendre de l’AUTRE doit finir.

      Nous vous n’avez pas tout pour être heureux !
      Il vous manque la volonté d’être heureux.

    • 31 août 2013 à 11:20 | Stomato (#3476) répond à l'ankarana

      Autrement dit tant que les étrangers n’auront pas refait une fois de plus les routes, les citoyens auront des routes impraticables et continueront à tendre la main pour avoir "les moyens"...

      Et l’étranger qui donnera une fois de plus de quoi faire de belles routes, ou des routes pas belles..., les citoyens s’empresseront de la détruire en roulant avec des véhicules surchargés et en critiquant l’étranger qui a fait une simple route goudronnées à deux voies alors qu’ils voulaient une autoroute à deux fois trois voies.

    • 31 août 2013 à 12:06 | Jipo (#4988) répond à Stomato

      Importer des 4×4 coute moins cher que construire des routes, pour les autres des chevaux et des ânes devraient faire l’ affaire , ne nous reste-t-il pas le temps , la seule richesse que l’ on ne nous ait pas encore volée ?

    • 31 août 2013 à 13:10 | elena (#3066) répond à Stomato

      Et oui, c’est tellement facile à dire ! Vous n’avez qu’à vous démerder !!!

    • 31 août 2013 à 13:19 | elena (#3066) répond à Isambilo

      L’eau on en a, ce sont les infrastructures qui ne suivent pas, mal entretenues,insufisantes.
      Nous ne sommes pas en plein désert !!!!
      Je vous invite à lire cet article :
      http://www.newsmada.com/index.php/dernieres-actus/24082-reflet-des-ressources-hydrauliques-alternative-pour-le-developpement-du-secteur-electrique#.UiHC0D8_w2w

    • 31 août 2013 à 13:25 | elena (#3066) répond à elena

      Et vous ne vous en souvenez plus ? Nous devions exporter de l’eau douce du fleuve Faraony en Arabie céoùdites ?

    • 31 août 2013 à 15:23 | Stomato (#3476) répond à elena

      Surtout après des décennies de mains tendues Malgaches, après des sommes énormes prêtées ou données qui n’ont rien produit de positif pour les citoyens.

      Alors oui il est facile de dire aux Malagasy : démerdez vous.

    • 31 août 2013 à 15:46 | Isambilo (#4541) répond à elena

      Très bien , je retire mes propos.

    • 31 août 2013 à 15:53 | Isambilo (#4541) répond à Stomato

      Parce que vous pensez que les sommes prêtées ou données étaient destinées aux citoyens ???
      Les institutions financières internationales savaient très bien où allait l’argent. Cela fait des années que des militants dénoncent ces "aides" et ces "prêts" et les dettes qui en résultent. Ces institutions ne sont pas oeuvres caritatives.
      Il faut peut-être s’informer un peu avant de tenir des propos aussi hautains et dédaigneux.

    • 31 août 2013 à 17:11 | hrrys (#5836) répond à Isambilo

      c’est vrai qu’à M/ar on a suspendu le financement de PIP à cause de la mauvaise gestion de nos gouvernants et l’instabilité

    • 31 août 2013 à 17:14 | hrrys (#5836) répond à hrrys

      politique mais qui a rendu cette situation instable que la CI elle-même ,tout le monde savait ce qu’est la franceafrique

    • 31 août 2013 à 17:18 | hrrys (#5836) répond à hrrys

      l’erreur de r8 était qu’ après avoir botté le c.l des français il avais accaparé à lui seul le marché des BTP de mada en effet

    • 31 août 2013 à 17:21 | hrrys (#5836) répond à hrrys

      la richesse ou le PIB se trouve seulement entre les mains du groupe TIKO .

    • 31 août 2013 à 18:08 | Stomato (#3476) répond à Isambilo

      Les sommes prêtées l’étaient aux organisation gouvernementales de Madagascar. Les institutions financières n’ont jamais eu le droit de prêter de l’argent aux citoyens.
      Les institutions financières n’ont jamais eu le droit de regard sur ce qui était fait avec l’argent : le fameux principe de non ingérence dans les affaires intérieures d’un état indépendant.
      Cela fait des années que des militants dénoncent des dysfonctionnements, mais élections après élections ils mettent les mêmes aux commandes du pays.

      Il faudrait peut être balayer devant sa porte avant d’accuser les autres d’être responsables de vos dérives.

    • 31 août 2013 à 18:23 | hrrys (#5836) répond à Stomato

      non nos bailleurs supervisent la gestion de ces fonds la raison p laquelle ils ont suspendu leurs aides en 2008 ,en fait

    • 31 août 2013 à 18:26 | hrrys (#5836) répond à hrrys

      les sommes prétées devront être utilisees par nos gouvernants dans le cadre d’un PIP pa ex ,mais non pas se retrouvées entre

    • 31 août 2013 à 18:28 | hrrys (#5836) répond à hrrys

      les mains des bailleurs eux-mêmes sous forme d’aide déguisée .

    • 31 août 2013 à 21:45 | Stomato (#3476) répond à hrrys

      Si les bailleurs supervisaient la gestion des fonds, il y aurait dans chaque ministère concerné un contrôleur de gestion salarié par les bailleurs de fonds.
      C’est ce contrôle qui n’existe pas. La suspension des aides s’est produite suite au refus des autorités Malgasy de remettre des comptes sincères et véritables aux bailleurs de fonds ET parce que l’attitude des dirigeants Malagasy était jugée "désinvolte".

      Il est vrai que cette attitude des bailleurs de fonds était scandaleuse ! (sic).

    • 1er septembre 2013 à 11:43 | Jipo (#4988) répond à Stomato

      Bonjour , toujours aussi caustik ...

    • 1er septembre 2013 à 13:49 | lanja (#4980) répond à hrrys

      Et maintenant , le PIB est entre les mains de ceux qui ont financé le putch , c’est très bien, le problème est résolu ,faisons fa fête

    • 1er septembre 2013 à 14:27 | rabri (#2507) répond à Jipo

      "Il est vrai que cette attitude des bailleurs de fonds était scandaleuse ! (sic)."

      Compte tenu des explications que j’ai apportées ci-dessus, venez ensemble avec moi dans une rizière malgache avec vos bailleurs de fonds : les tomates pourries se régalent à atterrir sur vos visages car ON N’ A PAS BESOIN DE VOUS !!!! Emmenez avec vous votre copain colon de Jipo : sortira-t-il toujours sa tête blanche de la boue de rizière ?????

    • 1er septembre 2013 à 15:49 | rabri (#2507) répond à rabri

      plutôt : sortira-t-il toujours blanche sa tête de la boue de la rizière ?

  • 31 août 2013 à 13:08 | Radepy (#7163)

    Le retour au pouvoir de Ratsiraka et Tantely est une nécessité nationale. Leur expérience et savoir-faire pour diriger le pays sont exceptionnels que aucun de nous et tous les autres n’en possèdent ... le contraire est à démontrer et l’état des lieux depuis quelques années est accablant.

    • 31 août 2013 à 13:28 | Radepy (#7163) répond à Radepy

      Mais qui est donc capable de restaurer l’autorité de l’Etat dans ce pays ? Qui est aussi capable, plus que Tantely, à organiser ... ? A ma connaissance, je ne vois personne d’autres !

      J’ai suivi de près et en comble notre administration depuis 2002 à ce jour sans retrouver ce que ... eh oui ! Vous pouvez dire ou penser ce que vous voulez, j’en ai rien à ...

    • 31 août 2013 à 16:41 | Jipo (#4988) répond à Radepy

      " installer,d’abord ==« UNE DICTATURE »==
      Basile RAMAHEFARISOA-
      b.ramahefarisoa@gmail.com "

    • 31 août 2013 à 19:08 | Radepy (#7163) répond à Jipo

      Quelle dictature ? Aviez-vous connu la dictature espagnole au temps de Franco ? Celle des URSS ? Du Chili ? De la Chine de Mao ?

      Les seules Dictatures que j’ai connu au pays sont celles de la rue, en 1972, 1991, 2002 et la dernière en 2009 qui nous a obligé à accepter des non-élus à la Présidence et au Parlement.

    • 31 août 2013 à 19:14 | Radepy (#7163) répond à Radepy

      Aviez-vous aussi connu la Dictature au temps de notre Monarchie ? Imaginez donc la vie de nos peuples (il n’y avait pas qu’un peuple) en ce temps-là !

    • 1er septembre 2013 à 13:41 | Jipo (#4988) répond à Radepy

      Demandez donc à : " Basile RAMAHEFARISOA-
      b.ramahefarisoa@gmail.com "

  • 31 août 2013 à 14:40 | diego (#531)

    Bonjour,

    La femme est l’avenir de l’homme....cela se discute, lol....

    La riziculture est l’avenir de Madagascar, cela ne se discute même pas :

    - qui ne le sait pas encore, pas un seul GASY !

    Comment ne pas remercier Haingo de nous parler un peu de notre identité, de ce qu’on sait faire, de nos terres......

    • 31 août 2013 à 17:27 | hrrys (#5836) répond à diego

      De même avis que vous ,je suis sûr à 200% que la seule et l’unique indépendance est l’indépendance économique

    • 31 août 2013 à 19:27 | elena (#3066) répond à diego

      Bonjour Diego,
      Notre terre..., l’agriculture, c’est le pilier de notre économie. Si la riziculture est le domaine le plus important en agriculture, il ne faut pas oublier que nous avons un pays immense(île continent) et de l’ espace non exploité et que donc il y a de la place pour développer d’autres cultures. On est en train de relancer la filière blé. On a de l’orge, des huiles essentielles, du girofle, de la vanille,du chocolat sns...
      Pour le riz, si on compare le Vietnam et Madagascar, ils arrivent à faire 4 récoltes par an et ils sont près de 90 millions d’habitants, nous sommes beaucoup moins nombreux avec un territoire beaucoup plus grand, nous avons donc une grosse marge de manœuvre sans problème de surface agricole.
      Et nous ne sommes pas dépourvus de spécialistes, des agronomes,des écologues, des géographes,des historiens, des juristes : très important le problème du foncier à Madagascar !!!!
      Je lance une idée et c’est Hyrrs qui m’y a fait penser pourquoi ne pas restaurer le service civique pour les jeunes après le bac, mis en place du temps de Ratsiraka, et avec les jeunes recrues de l’armée aider les paysans et être sensibilisés au travail de la terre, et toute la culture et les traditions qui y sont attachées. Je ne sais plus qui a dit sur ce forum : PRODUIRE, PRODUIRE, PRODUIRE mais il faut être conscient que c’est le mot clé de notre développement.
      Je ne suis pas une spécialiste, il a des experts pour tout ça et nous n’en manquons pas. Alors qu’on se bouge !!!

    • 31 août 2013 à 21:53 | Stomato (#3476) répond à hrrys

      Sauf qu’il n’y a jamais eu et il n’y aura jamais d’indépendance économique.
      Les plus grandes puissances économiques actuelles, celles du G8, ne sont pas indépendantes économiquement parlant.

      La Chine détient la plus grande partie des dettes des USA.
      Les USA tiennent à bout de bras bon nombre de pays de par le monde.

      La Chine est elle même dépendante des pays européens et américains.
      Que se passerait-il si la France faisait faillite, décidait de ne plus rembourser sa dette à la Chine ? Pensez y !

      Ce qu’à pu faire l’Argentine vis a vis des USA ne pourrait être fait par la France avec ses bailleurs.
      Par contre si Madagascar décidait de ne pas payer les intérêts de ses emprunts cela ne mettrait pas en péril les banques qui lui ont consentis des prêts. le montant des prêts n’est pas si important.

    • 31 août 2013 à 22:04 | Stomato (#3476) répond à elena

      Vous avez raison, il y a de la place à Madagascar pour développer l’agriculture. Mais il n’y a pas grand monde pour aller en brousse au milieu de nulle part là où il n’y a pas d’eau, d’électricité, de boites de nuit et l’ADSL haut débit...

      La "solution" du service civique n’est pas bonne. L’agriculture est une technique de pointe, et pas une affaire de bricoleurs !

      Produire oui, mais il faut absolument vendre ce qui est produit. Vendre ou, quand, comment, à qui ?
      Tant que ces questions n’ont pas de réponses inutile de produire.
      Quand on sait à qui vendre on sait quels produits vendre, donc quels produits produire.
      Pour toutes ces tâches il y a des malgaches formés, mais pas beaucoup qui acceptent de travailler ailleurs que dans les grandes villes...

      Madagascar a été un temps un formidable producteur-exportateur de riz de bonne qualité. Pourquoi ne pas s’inspirer des structures qui existaient en ce temps là et les refaire fonctionner après mises au gout du jour ?

    • 1er septembre 2013 à 00:02 | diego (#531) répond à elena

      Bonjour Elena,

      Qu’on se bouge oui ! Je ne me rappelle plus où j’ai trouvé l’information, mais il y était dit que plus de 60% de terre cultivable chez nous est à défricher, un potentiel énorme !

      Affirmatif, depuis 1998 exactement, le Vietnam récolte de riz de 2 à trois ou comme vous dites, 4 fois par an. C’était une politique d’envergure menée par le gouvernement vietnamien. Je suis témoin de l’implantation de cette politique, au début d’année 90, en plein essor en début 1997, un politique inspiré de ce que le voisin du pays, la Thaïlande a réussi à faire, s’imposer comme l’un des pays exportateurs du riz.

      Madagascar a beaucoup de problèmes dont un, personne d’autre que nous puisons faire quelque chose, l’incivisme :

      - bien vue pour la restauration de service civique !!!! Je dis un grand oui...

      Vous avez bien cité nos richesses. On n’a pas à envier le sort des autres, mais depuis toujours, nos gouvernants successifs ont été connus par leurs incivismes :

      - perpétrer un coup d’État c’est faire preuve d’incivilité !

      En amont, on doit avoir nos techniciens, facilitateurs, qui sont là pour aider les paysans et surtout les apprendre aux nouvelles techniques, de la préparation de la terre à l’irrigation, jusqu’aux récoltes par exemple. Cela demande une politique d’envergure et de patience. Et plus encore, il faut que le pays puisse retrouver une stabilité politique, donc des élus parce que l’on veut ou pas, rien ne peut se faire sans la politique, nos politiciens sont loin d’en être conscients pour l’instant.

      Combien de fois faudrait-il avertir nos responsables politiques que nos terres, nos richesses, cette Ile qui devraient être vertes toute l’année si on en prend bien soin, constituent la convoitise des étrangers. On ne nous aime pas particulierement, nos terres oui, nos richesses oui et plus encore, les etrangers adorent, aiment la douceur bien de chez nous, et ce n’est plus un mystère pour personne !

      Les Vietnamiens et les Thailandaient sont maitre chez eux, ils ont des institutions solides, comme l’Armée pour la Thaïlande et le parti communiste pour le Vietnam qui garantissent la continuité à la tête de l’État donc une certaine stabilité propice au développement du pays.

      Hélas, on n’a pas, ou n’a plus une seule institution qui permettait une certaine continuité à la tête de notre pays, l’armée et la politique ont été perverties.

      Nous voilà entrer dans l’air de propagande dans peu de temps, mais comme programmes, voilà les candidats qui se rivalisent déjà à celui qui dirait le plus fort et le plus souvent le mot Pauvreté. Au lieu d’avoir de simple conversation avec le peuple lors de leur meeting électoral quant à savoir comment ils comptent tacler la pauvreté à travers un programme politique économie simple et concise afin que tout le monde comprenne où ils veulent amener le pays.....

      Sinon, vous avez tout dit Elena.....au plaisir, j’aime plus que tout parler de pays et de son économie, il n’y a que cela de vrai et de sincere par le temps qui court !!!

  • 31 août 2013 à 19:45 | Albatros (#234)

    En ce qui concerne la région de Marovoay, ce n’est effectivement pas le manque d’eau le problème.
    Entre la Betsiboka et le lac d’Amboromalandy il y a de quoi irriguer les rizières de cette région sans trop de difficulté.
    Encore faut-il que les moyens suivent pour l’entretien des canaux et la mise en place de canalisations "ad hoc".
    Il faut effectivement que les riziculteurs se regroupent, comme cela se fait dans le Mandrare, pour mettre en commun la création et l’entretien de ces canaux d’irrigation.

  • 31 août 2013 à 22:35 | diego (#531)

    Bonjour,

    En déplacement à Fianarantsoa, le candidat, Mr RAJAONARIMAMPIANINA a dit, parait-il, selon ses termes ( d’autres candidats vont vous tenir le même discours ) :

    - "« vaincre la pauvreté et permettre un développement du pays  »

    Je vous ai prévenu, les candidats à l’élection présidentielle vont avoir un programme commun :

    - " vaincre" la PAUVRETÉ !

    Chez nos politiciens, la PAUVRETÉ est un programme politique.

    Les ex-hommes forts de la transition vont nous dire tour à tour maintenant que Madagascar est pauvre ! Et qu’ils ont un programme infaillible et bien meilleur que ceux de leurs concurrents, "vaincre la pauvreté ", vaste programme.

    • 1er septembre 2013 à 09:00 | elena (#3066) répond à diego

      Justement ce candidat-là(on connait la manipulation qu’à faite le DJ pour le caser), qui veut vaincre la pauvreté, est-ce qu’il a fait ou va faire sa déclaration de patrimoine.
      Je ne doute pas que ce soit quelqu’un de compétent et même de très compétent : d’ailleurs comment a-t-il réussi à équilibrer les comptes de l’état à peu près(des fonctionnaires n’ont pas été payés, les bourses des étudiantsetc...),l’ariary s’est maintenu. Ils ont dit qu’ils n’ont pas utilisé la planche à billets, c’est quoi alors toute cette histoire autour de la signature sur les billets du Directeur de la Banque centrale(oncle de Mialy Rajoelina) ?
      Alors, c’est vrai qu’il y a eu foule, mais comme dit S.Rabenarivo, les gens aiment bien avoir des distractions. Les caisses occultes, il y en a partout, mais l’argent c’est pas pour tout le monde.
      Hôpital manarapenitra:c’est pas pour tout le monde non plus. Dernière anecdote : une bonbonne d’oxygène à exploser pendant une opération chirurgicale, tout simplement parce que par manque d’oxygène, il n’y en a pas assez pour alimenter les rampes d’oxygène qui sont faites pour fournir l’oxygène nécessaire. Alors faute de mieux, on utilise les bouteilles d’oxygène avec tous les risques que cela comporte. Au lieu de construire des choses inutiles, il aurait mieux valu restaurer, réhabiliter les hôpitaux où la population peut se faire soigner.
      Voilà, nous avons un grand argentier comme candidat, dans un pays très pauvre,ça fait un peu surréaliste

    • 1er septembre 2013 à 14:48 | diego (#531) répond à elena

      Ecoutez Elena,

      Je serais pour l’élection présidentielle et serais prêt à prendre position dans cette élection si la classe politique malgache réussissait :

      - un, à se réconcilier, devant le peuple et la nation et que cette réconciliation déboucherait sur une transition restreinte, reconnue, de facto, légitime aux yeux du peuple, on s’en faut de se peut penser la délégation de la CI menée par l’ex-président mozambicain....d’ailleurs, je ne veux plus la voir chez nous cette délégation, on mérite d’autres délégations, qui aurait une nouvelle regard sur la situation politique qui prévaut dans le pays.

      - deux, que cette transition doit avoir un seul mandat clair, préparer le pays aux élections. Autrement dit, préparer les partis politiques malgaches et leurs leaders respectifs et surtout les électrices et électeurs à aller aux élections. Cela passerait forcement par la mise en place des institutions qui seront responsables du bon déroulement des élections, avant, pendant et après. Cette fois-ci, ces institutions seront bien légitimes aux yeux des Malgaches et électrices et électeurs en particulier. Deux petites semaines de séminaire à Tana, pas plus pour mettre tout cela sur pied.

      Ces deux sont conditions sont à mon sens, une manière intelligente de renvoyer la transition illégale de Rajoelina et ses alliés politiques et de stopper le va-et-vient inutile de la délégation menée par l’ex-président mozambicain.

      Le Mr est l’argentier de la transition illégale Elena. Comme les Roland Ratsiraka, Rajaonarivelo, Lahiniriko, Monja, Vital etc......tous ces hommes qui ont participé au coup d’État de 2009 qui pensent maintenant qu’après quatre années à la tête d’une transition illégale, leur candidature est légale....ils pensent que les élections résoudraient la pauvreté à Madagascar, pire, ils pensent qu’ils sont prêts à diriger le pays ; quand on voit dans quel foutoir institutionnel nous nous retrouvons, je dis que ces gens sont irresponsables.

      Ah l’argentier !!! Vraiment ? Il n’y a que les idiots ou les ignorants qui croient à son montage financier de l’A340 abusivement appelé Air Madagascar....d’autant plus que Air France est en difficulté financière depuis trois ans maintenant. Ce Monsieur sait peut-être compter, mais pour ses poches, aucunement pour le pays.

      Et cette transition, à ma connaissance, n’a jamais pu nous présenter un Budget depuis quatre ans. Alors, je ne vous dis pas dans quel état notre livre comptable en ce moment.

      Tout aura une fin.

      Bon dimanche, aller un gros bisou à travers les nuages....

  • 1er septembre 2013 à 14:10 | lanja (#4980)

    l’article et certains messages postés ci-dessus sont intéressants,mais je pense qu’on est un peu à coté de la réalité, mais bine sur que oui, il faut produire ,et pour la question de gestion de l’eau, ce sont pas des spécialistes qui nous manquent , ce qui nous manques ce sont les deux conditions fondamentales incontournables pour le développement du secteur agricole , l’infrastructure routière et la sécurité , mais pour l’instant , c’est pas du tout notre priorité , non ?

    • 1er septembre 2013 à 14:58 | elena (#3066) répond à lanja

      Oui, tout à fait d’accord, si les élections ont lieu, ce sera en tout cas les priorités que devront intégrer les candidats dans leur programme.

    • 1er septembre 2013 à 17:51 | Jipo (#4988) répond à elena

      Education, responsabilisation, Santé , Moyens de communication , en priorité , un peu ce qu’ avait commencé Ravalomanana sans la mégalomanie qui semble aller de pair.
      Un Programme agricole à prioriser également ,pour donner à chacun une activité , une raison de vivre et d’ exister , une fierté justifiée et non galvaudée, à laquelle s’ identifier , et non une perte de repères comme c ’est le cas actuellement .
      Le plus alarmant c ’est que tous les prétendants le savent mais aucun n’ en n’ a fait l’ esquisse, la moindre proposition ,pas plus que de programme d’ ailleurs , mais on va voter et quand on aura voté Euréka tout va aller beaucoup mieux , de toutes façons plus bas ou pire : est-ce possible ?
      Sans oublier le devoir de résultat, et toute transparence avec compte rendu régulier dans les journaux , à la télévision et radios , sur le montant des budgets & crédits alloués, pour les objectifs à atteindre & en voie de réalisation ainsi que le montant des budgets dépensés , le tout dans des délais pre-établis et imposés à tous les ministères , sans exception aucune .
      Le " tsangatsanga moramora " de la désinvolture, de l’ arrivisme , et de l’ incompétence, élitiste et les fléaux qui vont avec : a assez duré , si le Malgache veut réellement sortir de ce bourbier, c ’est le prix à payer , faut-il une dictature pour le komprendre , encore une !

    • 3 septembre 2013 à 15:01 | vatomena (#7547) répond à Jipo

      Certains ont considéré la Colonisation comme une dictature mais une dictature étrangère.Sous cette dictature le rendement rizicole était déjà à 2 t 5 par hectare . Apres plus de 50 ans d’Indépendance ,apres des présidents tellement prestigieux qu’ils pourraient etre réeligibles aujourd"hui ,aucun progrés notable est à enregistrer . Les soudures sont de plus en plus difficiles . Et pourtant la main d’oeuvre ne manque pas .! La culture du riz est ancestrale ici . Ce sont les malgaches qui devraient instruire le monde .Et pourtant, On fait venir des instructeurs chinois ,indiens ,japonais et meme français sans obtenir d’amélioration des rendements .Echecs années apres années . Les paysans malgaches sont ils obtus .Je crois que chaque malgache est un frein pour chaque autre malgache .

  • 1er septembre 2013 à 17:50 | diego (#531)

    Bonjour,

    Il est urgent pour nous de s’approprier nos richesses, à commencer par nos terres et en suite avoir la main mise de suite sur les différentes richesses que ces terres peuvent nous donner. Cette terre GASY nous appartient en totalité :

    - on ne l’a pas volé, nos ancêtres nous l’ont transféré en totalité......depuis toujours, ce sont les étrangers qui s’approprient, d’une manière ou d’une autre, nos richesses, nos terres !

    On doit tout maitriser tout ce qui touche à notre terre. On y arriverait que lorsqu’on est capable d’élire d’une manière acceptable nos futurs représentants.

    Comment le faire à l’heure actuelle où certains GASY irresponsables veulent nous entrainer vers des élections qui ne garantissent en rien la fin de cette crise ?

    À mon avis, la réponse appropriée à apporter à cette question importante serait de s’approprier NOTRE CRISE. Cette crise est la nôtre, pas celle de la Communauté internationale, ce n’est pas celle de l’UA et surtout pas celle de la France et de l’Union européenne :

    - la crise est malgache, les solutions doivent être Malgaches, purement Malgaches.

    Il n’est pas encore trop tard, il faut qu’on s’approprie cette crise. Comment s’y prendre ? En deux temps :

    - un, se réunir afin de mettre fin à la transition illégale actuelle, elle ne sert plus à rien et elle n’a jamais servi les intérêts de Madagascar et de son peuple.

    Il est ridicule de vouloir aller aux élections avec une transition illégale, la Communauté internationale n’a même pas pris la peine de reconnaitre le pouvoir de la transition, mais la délégation menée par l’ancien président Mozambicain a imposé aux Malgaches pas seulement des candidats, mais pire, elle contrôle le calendrier électoral du pays.

    - deux, il faut expliquer clairement que la délégation dirigée par l’ex-président Mozambicain a échoué, de facto, DEHORS ! Il y a plusieurs hommes compétents au sein de la Commuanuté internationale, on veut des nouvelles têtes, point ! C’est notre crise, ce qu’on veut avant le désir des autres c’est de s’approprier notre crise !!!

    Une élection préparée par une transition reconnue aurait une forte de chance de nous donner un pouvoir légale et un gouvernement, sans doute, de cohabitation, mais encore une fois légal.

    À ce moment, nous fleuretons avec le danger. Nous nous apprêtons à élire des politiciens, hier encore étaient des putschistes, et ils sont toujours des putschistes jusqu’à ce que la réconciliation soit effective dans notre pays.

    • 1er septembre 2013 à 18:06 | Jipo (#4988) répond à diego

      Referendum / le retour de l’ ancien Président , qu’ ils se présentent tous , avec leur programme auquel aucun ne semble avoir pensé , et que le meilleur gagne .
      & Quid de la CES 1 ou 2 pour avaliser et surveiller le bon déroulement des éléctions et fraudes à moins que si elles ne sont pas kompétentes ou habilitées qu’ elles laissent la place à un gouvernement de transition qu’ elle nomme et reconnu par la CI pour obtenir des crédits pour les réaliser , quand à la date , on peut également lui laisser ce choix , afin qu’ aucun prétendant ne soit défavorisé , comme c’est le cas actuellement, avec le jeu auquel s’ amusent des illégitimes et illégaux qui se réfugient derrière la légalité et la constitution qu’ ils ont magistralement foulé au pied , pour écarter celui qui va leur botter le kul et les foutre au trou des qu’ il sera élu .

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS