Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 25 juin 2019
Antananarivo | 10h59
 

Editorial

Sommes-nous de dignes héritiers du 29 mars 1947 ?

lundi 31 mars 2014 | Ndimby A.

À part les dépôts de gerbes de fleurs à Moramanga, au Mausolée d’Andrainarivo et à Ambohijatovo, qu’est-ce qui nous reste du 29 mars 1947 ? C’est une question récurrente que l’on peut se poser à chaque anniversaire de cet événement d’il y a 67 ans. Plusieurs des chefs d’État qui se sont succédés à Madagascar ont tenté d’en faire une récupération politique, plus ou mois sincère, plus ou moins habile. Leur objectif était à chaque fois de se prétendre le porte-flambeau du nationalisme et du patriotisme, et de tenter de se poser en héritier de la lutte de ces héros de 1947.

Le régime du Président Tsiranana, engoncé dans ses sentiments PADESMiques et pro-français, ne voyait pas l’utilité d’honorer les martyrs de la lutte anticoloniale. Le Président Didier Ratsiraka, également PADESmique, mais qui voulait incarner la rupture avec la France à la suite des événements de 1972, fut donc le premier à accorder une véritable attention au 29 mars 1947 et à ses rescapés. Connaissant le côté tortueux du personnage, on peut être convaincu qu’il avait des arrière-pensées politiques derrière son activisme dans ce domaine. Mais au moins, il a tenté de faire quelque chose pour ces anciens combattants, quelles qu’aient été ses motivations. Quant à Marc Ravalomanana, il est utile de rappeler sa réponse stupide quand les journalistes lui avaient posé la question sur les événements de 1947 lors de la visite du Président Chirac : « Je n’étais pas né », avec l’air de dire « Je m’en moque comme de mon premier yaourt ».

Pour Monsieur Rajoelina, c’est une toute autre histoire. Auteur du coup d’État qui a plongé Madagascar dans un marasme politico-diplomatique sans précédent, il n’avait aucune légitimité à se faire le chantre du nationalisme et du patriotisme, et à se prétendre l’héritier des mahery fo (héros) de 1947. Et pourtant il a usé et abusé de l’agitation de ces valeurs, pour tenter de faire croire aux esprits fragiles qu’il les portait vraiment, à travers ce qu’il prétendait être sa lutte pour imposer son coup d’État à la communauté internationale. À ma connaissance, aucun mahery fo nationaliste ne se serait déshonoré à se réfugier dans la résidence de l’ancienne puissance coloniale pour échapper aux forces de l’ordre lancées à ses trousses à cause de ses actes anticonstitutionels, et passibles de sanctions prévues par le Code Pénal.

JPEG - 144.9 ko
Source : Site de l’Assemblée nationale malgache

Reste donc à savoir maintenant ce que le Président Rajaonarimampianina va faire. Les 2185 rescapés de 1947 reçoivent actuellement une indemnité mensuelle de 35.000 ariary, qu’ils touchent de manière cumulée tous les trois mois. Cette somme est ridicule, et son montant est une honte pour tous les régimes qui se sont succédés depuis 1960. Les survivants de 1947 ne touchent même pas le SMIC, alors qu’à côté, des parasites inutiles tels les membres du Conseil supérieur de la transition (CST) ou Congrès de la Transition (CT) ne se sont pas privés de faire les gloutons voraces. Remarque valable pour certain putschiste qui touche des émoluments faramineux en tant qu’ancien chef d’État, alors qu’il n’a ni mérite d’une victoire électorale, ni celui d’une performance économique digne et appréciable.

Personnellement, je ne vois pas en quoi les députés passés et actuels seraient plus méritants que ceux qui ont lutté en 1947, ou celles qui ont été veuves à cause de l’engagement de leur époux. Par conséquent, le relèvement substantiel de cette indemnité caricaturale devrait être une priorité pour le Président Rajaonarimampianina, afin que ces personnes âgées puissent passer dignement leur fin de vie. Quitte à ce que l’État malgache serre la ceinture des rapaces de politicards sans mérite qui fricotent dans les institutions, afin de redistribuer à ceux qui en sont dignes.

Questions sans réponses...

Sont-ce les événements de 1947 qui ont amené à l’indépendance de Madagascar ? Quel est le poids de ces événements par rapport à la dynamique qui s’est enclenchée suite à la Seconde guerre mondiale ? Est-ce que sans les événements de 1947, Madagascar n’aurait pas fait partie de la cohorte des 14 pays auxquels la France avait donné (ou rendu, comme dans le cas de Madagascar) leur indépendance en 1960 ? J’avoue ne pas avoir assez d’éléments pour répondre à ces questions. Toutefois, quelle que soit la réponse, les martyrs de 1947 ont marqué l’Histoire du pays de leur empreinte, et ce fait doit être reconnu à sa juste valeur. Quelle qu’ait été la portée de cet épisode douloureux, il faut reconnaître le courage de ceux qui étaient partis à coups de sagaies et de machettes se battre contre l’envahisseur, et manifester par leur héroïsme le refus de la colonisation.

À bien y regarder, l’héritage politique de 1947 se résume malheureusement à des dépôts de gerbes, à l’interdiction de vente d’alcool, à des reportages ponctuels [1]. Mais on peut poser certaines questions aux politiciens actuels et à tous ceux qui les ont précédés. Les valeurs montrées par la classe politique depuis 1960 à ce jour sont-elles à l’image des valeurs des combattants de 1947 ? Comment des gens comme Rajoelina peuvent-ils s’affirmer de l’héritage du combat nationaliste de 1947 ? Les politiciens malgaches ont-ils été dignes des sacrifices de 1947 ?

Je ne suis pas sûr de pouvoir répondre par l’affirmative à ce genre de questions. On ne peut pas penser un seul instant que l’aspect folklorique réservé aux combattants de 1947, juste utilisés comme justification de dépôts de gerbes par ci et par là, puisse être considéré comme un héritage capitalisé de cet événement. Et on ne peut penser un seul instant que la corruption qui mine actuellement la vie politique, la Justice et certains chefs de l’armée, corresponde au pays libre et indépendant que les combattant de 1947 voulaient construire.

Le documentaire ci-dessous est riche d’informations, et montre à quel point la stratégie coloniale a déteint sur les politiciens malgaches, dont certains, jusqu’à ce jour, n’hésitent pas à faire jouer les anciennes rivalités ethniques. Mais j’ai surtout été étonné d’apprendre de l’intervention de l’ancien administrateur colonial Pierre Kalck dans ce documentaire (placer le curseur à 19:22) que la tradition de fraudes électorales et de bourrage des urnes à Madagascar datent des élections organisées par la France pour favoriser le PADESM. On ne peut donc que ricaner quand on voit après que c’est la communauté internationale qui vient nous donner des leçons de démocratie et de transparence des élections.

Le visionnage de ce documentaire, que je vous recommande fortement, ne peut pas laisser indemne [2]. « Je répète qu’il y a pour les races supérieures un droit, parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures... » pérorait Jules Ferry le 18 juillet 1885 à l’Assemblée nationale française, pour justifier la colonisation par sa portée politique, économique et civilisationnelle. Toutefois, on s’autorise à se poser des questions sur cette fameuse civilisation quand on apprend que les Français, dans leur extrême raffinement, se sont amusés à enfermer des Malgaches dans des wagons à Moramanga avant de mitrailler ces derniers ; ou encore comment ils en avaient enfermé dans des « gony » (sacs en toile de jute) avant de les balancer d’un avion en vol ou les plonger dans un lac, sans oublier les traditionnels incendies de villages entiers.

Et même s’il ne serait plus d’une grande utilité de faire le procès de la colonisation et des colonisateurs, on peut comprendre que les sentiments xénophobes enfouis depuis cette période puissent de temps à autre remonter à la surface. Que ce soit la méfiance multi-décennale envers les Africains, à cause des régiments de tirailleurs sénégalais et de soldats marocains utilisés par la France pour réprimer la lutte des Malgaches en 1947, et qui expliquent le peu d’enthousiasme envers la médiation africaine lors des crises de 2002 et 2009. Ou encore la complexité de relations avec l’ancienne puissance coloniale, sur la base de rancœurs légitimes de la part des Malgaches qui ont du mal à oublier la colonisation et ses abus comme en 1947 ; mais qui nourrissent également de manière schizophrénique une certaine fascination pour la France, qui fait que beaucoup rêvent d’y voyager, d’y étudier ou d’y vivre, d’en acquérir la nationalité ou d’en épouser un ressortissant [3] . Sans oublier les politiciens malgaches, même les plus « nationalistes », qui s’enorgueillissent d’être reçus à Paris. Les 89.000 Malgaches [4] qui sont officiellement morts à cause de la répression de 1947 doivent se retourner dans leurs tombes en pensant à cela.

Comme on l’a dit, la symbolique du 29 mars a depuis longtemps quitté le terrain du recueillement, pour être ramené à des aspects folkloriques. Après des incident qui avaient éclaté à Ambohijatovo le 29 mars 2010 lors du dépôt de gerbes par le Président de la transition Andry Rajoelina, les autorités de l’époque publièrent un communiqué offusqué affirmant que « La présidence de la Haute autorité de Transition estime que la liberté d’expression et d’opinion ne peut porter atteinte à des principes sacrés tels que le patriotisme et le respect des aînés ». Soit. Mais ne voilà-t-il pas que quatre ans après, une fois passés dans une opposition qui n’ose s’afficher comme telle au chef de l’État actuel, les partisans du même Rajoelina sont allés faire la même chose au Mausolée, en poussant des huées et en montrant des banderoles vindicatives à l’encontre du Président Rajaonarimampianina.

Là encore, les valeurs des politiciens malgaches sont à géométrie variable, selon que l’on soit au pouvoir ou dans l’opposition. Et quand j’entends les jérémiades de Christine Razanamahasoa et des griots favorables au MAPAR, qui hurlent à la dictature et qui accusent l’Exécutif de s’immiscer dans les décisions de la Haute cour constitutionnelle (par rapport à la décision de dissoudre le bureau national), je me demande quelles légitimité et crédibilité des gens comme Mme Razanamahasoa et tous ceux qui ont soutenu le coup d’État de 2009 ont pour revendiquer l’application de la démocratie et de l’état de Droit, après n’avoir eu aucune honte ou scrupule à agir en autocrates arrogants pendant cinq ans.

P.-S.

Full disclosure, comme dirait mon compère éditorialiste Patrick A. : la France a fusillé mon grand-père et ses deux aînés pour leur participation aux luttes anticoloniales. Je ne puis donc décemment avoir un regard neutre sur la question de 1947, tout comme je n’ai pas de leçons de nationalisme ou de patriotisme à recevoir de griots se masturbant intellectuellement devant le nom ou la photo d’auteurs de coup d’État.

Notes

[1L’occasion de féliciter TV Plus production pour la qualité de son documentaire « Moramanga mitomany » diffusé samedi dernier

[2L’insurrection de l’Ile rouge (réalisation : Corinne Godeau et Danièle Roussellier, avec la collaboration du Père Jacques Tronchon et l’assistance de Mahamoudou Ndriandahy). La Sept / Arte, 1994.

[3Ou d’écrire des éditos, des livres, des poèmes etc. en français avec l’ambition de le faire au moins aussi bien que les Français de France, afin de s’enorgueillir face aux compatriotes de Molière que l’on peut jouer dans la même catégorie qu’eux (et même mieux que beaucoup d’entre eux, quand on voit comment certains Français charcutent l’écriture de leur propre langue), aussi tenté que la maîtrise de la langue soit un critère valable de comparaison.

[4Chiffre probablement sous-évalué volontairement par l’administration française pour alléger sa responsabilité.

36 commentaires

Vos commentaires

  • 31 mars 2014 à 09:30 | hrrys (#5836)

    À dire vrai la décolonisation est la suite logique d’un nouvel ordre politique mondial,ms il faut dire q sans ces bekotro maro

    • 31 mars 2014 à 09:31 | hrrys (#5836) répond à hrrys

      holatra on aurait dit OUI au référendum.

    • 2 avril 2014 à 17:49 | Isandra (#7070) répond à hrrys

      Ndimby n’arrive pas à se retenir de taper sur Rajoelina à chaque fois qu’il écrit un éditos,... c’est plus fort que lui, cette haine laquelle le hante, le submerge,...ne la laisse pas dormir,...

      Ce qu’il ne comprend pas Rajoelina est comparable à un Mahery fo ny firenena, qui nous a permis de nous échapper belle la TIKOLANDISATION,...une nouvelle forme de colonisation, mais cette fois, pratiquée par un compatriote despote,...

    • 5 avril 2014 à 00:05 | vatomena (#7547) répond à Isandra

      @

      @ NDIMBY @NDIMBY

      Voici une réflexion qui vient de France—C’est le sentiment d’un vieux français qui a vécu à Madagascar à cette époque ,

      ....
      En fait cette rebellion de 47 a toujours été considérée par les malgaches comme généralisée alors qu’elle aurait pu être appelée " la rebellion du rail".....mais en agissant ainsi, les malgaches font de cet événement historique le symbole de leur lutte ( restreinte et individualisée) contre un colonialisme dont un certain nombre d’entre eux ont partagé les valeurs même si la critique est évidente aux regards de certains abus.....
      Le fameux nombre des 1OO OOO arrange beaucoup de monde dont les malgaches en premier car admettre le chiffre de 2O voir 3O OOO morts ferait de facto de cet événement national, un vulgaire soulèvement régional ce qu’ils refusent de croire, aujourd’hui.....
      47 représente aussi, le seul fait majeur de leur histoire où un adversaire étranger sur leur sol a été mis en difficulté le temps restreint de quelques mois......
      En fait, par leur déni affirmé d’affroter la réalité en face, ils montrent à quel point cette nation ou plutôt patchwork d’ethnies refuse de voir ses propres contradictions en face.....
      Ils refusent de parler des malgaches qui ont massacréd’autres malgaches, la dissimulation des faits montre ainsi leur refus de comprendre le sens profond de cette jacquerie.....
      L’occultation aussi du massacre organisé des colons montre que ,pour eux, seul compte les victimes malgaches .Là va leur seule compassion . Toute autre victime ne les intéresse pas, ne les concerne pas.....
      Ils mettent aussi sous silence bienfaisant la croyance naive que les rebelles ont eu en une aide américaine ,naiveté à l’image de ces gris-gris portés autour du cou et qui auraient eu le pouvoir de transformer en goutte d’eau les balles de fusil .....
      Leur engagement montre aussi le profond mépris de ce que la colonisation a apporté à ce pays,le mépris et la jalousie envers ces colons qui avaient cru, à force, pouvoir inverser par leur travail et leur mise en valeur des terres, le cycle de la pauvreté et du sous-développement du pays....
      ....
      Bref, 47 restera toujours un sujet de discorde entre les malgaches et ceux qui ont la volonté de clarté afin de mettre enfin à jour, un événement tragique pour les deux parties et qui fait polémique pour avoir été trop longtemps mis à l’écart de la vérité historique.....
      La passivité de la France à tarder de révéler la vérité impose que l’on se pose des questions sur l’image qu’elle a voulue donner de cette époque troublée, de ses colons innocents qui auraient pu être réhabilités en montrant qu’ils ont été sacrifiés à l’autel des bonnes relations bilatérales d’aujourd’hui tout en permettant à notre mémoire collective de ne rien oublier

      Sur place ,l’état abandonné des tombes des premières victimes de la nuit du 29 mars 47 en est une cinglante démonstration, hélas !.....

  • 31 mars 2014 à 09:38 | rabri (#2507)

    "Reste donc à savoir maintenant ce que le Président Rajaonarimampianina va faire."

    C’est fait : danse avec l’afindrafindrao et coupe d’un grand gâteau (voir article "commémoration du 29 mars"). Après le fameux "je n’étais pas né en 1947" de Ra8, voici le "chic ! vous êtes morts pour le pays et je fais la fête" de Rajao. Mon pov’pays !!

    • 31 mars 2014 à 11:25 | hrrys (#5836) répond à rabri

      Rajao est entrain d’arriver en fin à ses fins en soudoyant Maharanty et Christine .

  • 31 mars 2014 à 09:59 | claude (#3141)

    "Plusieurs des chefs d’État qui se sont succédés à Madagascar ont tenté d’en faire une récupération politique, plus ou mois sincère, plus ou moins habile. Leur objectif était à chaque fois de se prétendre le porte-flambeau du nationalisme et du patriotisme, et de tenter de se poser en héritier de la lutte de ces héros de 1947."

    Peut-etre que nous ne les avons pas suffisamment appuyee, c’est pourqoui leur tentative plus ou moins sincere de se poser en héritier de la lutte de ces héros de 1947 n’a pas reussi

  • 31 mars 2014 à 10:18 | krizzy2 (#5166)

    Ne pas tomber dans l’angélisme : Il y avait parmi les rebelles de 47 d’authentiques pillards, comme dans tout grave conflit, et qui ont servi de prétexte à la répression sanglante.

    • 31 mars 2014 à 19:53 | Tia tanindrazana (#349) répond à krizzy2

      Sommes nous dignes héritiers de 29 mars 1947 ?

      - Normalement la réponse devrait être Oui, mais malheureusement dans les faits beaucoup d’entre nous ne sont pas du tout digne de cet événement de sacrifice.

      Le système de colonisation est un fait majeure du 19è et 20è siècle. C’est système honoré et vénéré par toutes les grandes puissances de l’époque : France et Grande Bretagne en tête, suivis de l’Espagne, de la Belgique, des pays bas, de l’Italie, de l’Allemagne, du Portugal.

      Le mode de colonisation française a été parmi les plus enraciné car il est fondé non seulement sur l’avidité économique mais aussi et surtout sur la domination et la mise en dépendance culturelle éducative de ses colonisés.

      L’objectif étant de mettre en dépendance totale et définitive les colonisés considérés comme étant des sauvages, des primaires à éduquer.

      L’évocation de Jules Ferry : « Je répète qu’il y a pour les races supérieures un droit, parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures... » pérorait Jules Ferry le 18 juillet 1885 à l’Assemblée nationale française, pour justifier la colonisation par sa portée politique, économique et civilisationnelle >> était totalement normale et indiscutables à son époque.

      Et si on se réfère à 2014, des nombreux hommes politiques français sont encore dans cet état d’esprit mais ils arrivent à édulcorer leur propos pour ne pas vexer les être sensés ni tomber sous le coup des condamnations par les lois anti racistes. Mais leur conviction et leur valeurs sont toujours les mêmes que celles de Jules Ferry.

      Pour être digne du 29 mars 1947, nous devrons être non seulement indépendant politiquement mais aussi être développé économiquement, libre de choix éducatif et capable de valoriser notre culture malagasy.

      Malheureusement c’est le contraire qui se passe car la dépendance culturelle et éducative sont trop prégnantes et le développement économique est quasi bloqué.

      Le chemin est long et périlleux mais il mérite d’être emprunté car nous luttons contre une vraie dépendance implantée, une politique ultra démoniaque qui consiste à détruire culturellement, éducative ment les colonisés pour qu’il ne reste que des robots à fouetter, à mettre en esclavage total dans les pays colonisés afin de produire les exploitations des richesses des pays et de les dominer éternellement ; c’est la raison d’être de la franceafrique.

      Si nous arrivons un jour à être indépendant politiquement, épanoui économiquement et capable de s’affirmer culturellement et éducativement alors là, nous avons vaincu et nous serons digne d’être héritiers de nos ancêtres qui ont osé lutté contre ce système démoniaque même uniquement avec des mais nues et des lances, des pierres et des gourdins.

      Eux, nos ancêtres sont des vrais héros, chapeau bas les ancêtres ! clap clap clap ! Au moins, ils avaient la dignité humaine osant affronter la robotisation des êtres humains, les humiliations, les divisions, la domination, l’esclavagisme, l’abrutissement, les meurtres gratuits, les spoliations gratuites et légalisées.

      Il faut faire attention aux rajakom-bazaha, des malagasy qui sont complices de ce système de néo colonisation et qui sont là pour perpétuer la mort et la dépendance. C’est à cause d’eux en grande partie que ce système de dépendance perdure et se perpétue, le résultat concret même de la dépendance culturelle et éducative, le signe de sa prégnance et de son efficacité diabolique et démoniaque !!

    • 2 avril 2014 à 16:29 | vatomena (#7547) répond à Tia tanindrazana

      Je ne pense pas que Jules Ferry ,socialiste ,pérorait quand il parlait d’un devoir de civilisation .Il Y croyait ferme . En inventant ’’ un devoir" à accomplir ,il ne pouvait s’imaginer ce que cela couterait à son pays en hommes ,en efforts ,en argent, en guerres et en déceptions . Lui meme n’avait jamais posé un seul pied en Afrique . Sa conviction reposait sur des imageries de l’époque ,des récits de voyageurs.Il n’avait jamais vu un homme à demi nu parcourant de longues pistes avec un lourd fardeau sur la tete .Son projet était d’autant plus utopique qu’à cette époque peu industrialisée son pays avait nul besoin de pétrole ,d’uranium,de terres rares ni de tirailleurs .

    • 2 avril 2014 à 16:36 | vatomena (#7547) répond à Tia tanindrazana

      @Tanindrazana

      Je ne crois pas que les ancetres se soient révoltés contre l’esclavagisme des rois . il n’y a jamais eu de Spartacus malgache .Par contre les ancetres ont mal accepté le travail forcé pour la construction des routes et du chemin de fer . ils n’étaient pas suffisamment nourris et payés .

    • 2 avril 2014 à 18:55 | Tia tanindrazana (#349) répond à vatomena

      Vatofotsy >> Bien sûr que Jules a été totalement convaincu de sa supériorité raciale et de son devoir d’éducation et de civilisation des sauvages car l’idéologie du racisme remonte dès le 18è siècle voire avant , dès la découverte par des européens des autres continents (Amérique, Afrique , Asie, Océanie).

      La définition de la notion du racisme même est à peu près celle-ci : caractériser un ensemble humain par des attributs naturels, physiques associés à des caractéristiques intellectuelles, morales et culturelles qui sont valables pour chaque individu appartenant à cet ensemble et engendrant leur infériorisation, leur exclusion et leur domination par ceux qui les jugent.

      Les objectifs sont l’exploitation économique, la domination culturelle, la stigmatisation éducative, l’infériorisation humaine, l’exclusion sociale.

      C’est diabolique et démoniaque car rares sont ceux qui s’en sortent avec victoire face à cette machine idéologique et instrumentale qui broie tout ce qui lui fait obstacle en utilisant la force armée et la science pour asseoir leur écrasement.

      La recherche de l’indépendance entraînera directement des représailles ou de chaos inextricables car vivre hors du système de dépendance c’est risqué de se périr dans la misère, le chaos faute des moyens colossaux de dépendance mis en œuvre, faute de capacités d’initiative, de dignité, de fierté mis en jachère ou tout simplement complètement anéantis par les colons.

      Mais heureusement, malgré leur force et puissance de nuisance, ce système colonial n’a pas réussi à détruire à 100% l’humain et les rendre des automates apeurés. La résistance de quelques uns ont allumé les dernières étincelles divines qui résident encore dans leur âme et cœur et ils ont osé frapper à coup de poing, de sagaie, de lance, de fronde, de gourdin et de machette les soldats armés de fusils, de blindés et des mitrailleuses. Malgré l’hécatombe (que ce soit en Algérie, au Vietnam et chez nous à Madagascar ou ailleurs aussi) la révolte a donné naissance à l’espoir d’une liberté et d’indépendance même si parfois c’était de l’utopie.

      C’est à nous maintenant, la génération actuelle de prendre la relève et défier la nouvelle forme de continuité de ce système démoniaque de colonisation qui ne cherche qu’à broyer l’humain !

      Les rajako sont là (mapar) pour adouber et valider l’anéantissement de la dignité, de la liberté et de la fierté humaine mais ils ne nous vaincront pas ! parole donnée !

    • 3 avril 2014 à 19:49 | vatomena (#7547) répond à krizzy2

      Au cours de la révolte de Monja jaona dans le sud ,les révolté ne tuaient pas ,ne pillaient pas .C"&tait la consigne .Néanmoins L’armée malgache a tiré dans le tas . Le nombre de victimes est aussi nébuleux que pour 47 . On parle de 3000 victimes . C’était le premier exploit sanglant de l’armée malgache . On a vite oublié .

    • 4 avril 2014 à 16:30 | vatomena (#7547) répond à Tia tanindrazana

      Pour l’instant les démons qui détruisent le Madagascar colonial et autrefois en développement siègent à Iavoloha ou à Ambosohiritra !Ils réussissent tres bien dans leur entreprise de malheurs ; extreme pauvreté ,anarchie totale ,justice mafieuse , guerre civile dans le sud ,enseignement dégradé .Les étrangers sont étrangers à ces malheurs .Les milliards de dollars apportés en aides disparaissent .Il faut mendier jour et nuit pour survivre

    • 7 avril 2014 à 17:00 | vatomena (#7547) répond à Tia tanindrazana

      La Colonisaton est une excuse trop facile pour expliquer la chute vertigineuse de Madagascar. Tous ces affamés ,tous ces voleurs ,tous ces chomeurs ,ces 4 ’Mis qui hantent les villes n’ont connu ni le colon ni le gendarme français ni le haut commissaire.C’est bien dans le pays que nous leur avons construit depuis l’indépendance qu’ils vivent leur misère .Fuir ses responsabilités ne grandit personne .
      C"est un autre monstre qu"il faut combattre aujourdhui ,celui de la Mondialisation. Et cette fois ,les français sont à la meme enseigne que nous .

  • 31 mars 2014 à 10:39 | valoha (#7124)

    Tsia ! Tsy mpandova mendrika isika ! Na ny marina kokoa - ny maro amintsika Malagasy ! Tsy fanajana ireo Ray aman-dReny, Zoky, Rahalahy, Anabavy namoy ny ainy ho antsika mba ho afaka t@ fanjanahana sy fangejana ny zava-misy ankehitriny ! Ny tsy fanohizana ny asan’izy ireny dia anisan’ny tohana sy sakana lehibe indrindra eo @ fampandrosoana ny firenena mba ho afaka marina ! Ny tsy famerenana ny kolon-tsaina Malagasy @ laoniny, ny tsy fanovana ny programam-pianarana Malagasy avy any am-potony any am-pianarana ifanentana @ tantara sy ny zava-misy eto, ny tsy fanovana avy hatrany ny Lalampanorenana Malagasy ifanojo amin’ny fiaraha-mitantana, rariny, fahalalahana, mangarahara, ny fankatoavana ny baiko isan-karazany avy any ivelany, ny fitiavan’ny mpitondra malagasy ny mena miraviravy, ny fanompoana lava an’ny lafratsa na an-kolaka na mivantana, sns...dia fanaovana tsinontsinona ny namoy ny ainy rehetra ho antsika t@ tolona natao ho an’ny fahafana ! Tsy mendrika isika na ny ho velona aza ! Menatra ny tena raha miaina ka manoratra ankehitriny, satria maro ny rahalahy sy anabavy no miady seza sy manapatra ny fahefana nampitokisana azy ireny, mamono ny samy malagasy, mamarotra ambogadiny ny harem-pirenena antsokosoko, manao sonia mangina fifanarahana goavana mahakasika ny fitrandrahana solika, entona mireatra, vatosoa, volamena,sns...Tsy fanajana avokoa izany, ary tsy mety raha toa ka mandika ny Tany sy miloloha ny lanitra Malagasy isika ! Azahoana tsiny mavesatra tokoa ny fiambohana ny adidy napetraka amintsika, namoizana aina maro dia maro taloha, na nandritra ny 1947 sy ny mankaty ! Adidy mavesatra ho antsika velona ny mamerina ny kolon-tsana tena Malagasy, ny mifarimbona mitondra ny Tany, ny mifanome tanana, ny mifanaja, ny miara-mamokatra, ny mianatra mafy sy mandalina ny fahendrena Malagasy, ny manarina miaraka ny diso rehetra, ny mitsara sy manameloka ny olom-pirenena nanao ampi-mamba ny harena sy ny fanararaotam-pahefana, ny mamerina ny rariny sy ny hitsiny, ny mangarahara, ny mihavana, ny mitaky ireo Nosikely manodidina antsika rehetra, ny mifanara-maso toa ny mpirahalahy eo @ fitantanana ny ara-bola, ara-toe-karena, ara-politika, ara-piarahamonina, sns...!

  • 31 mars 2014 à 10:52 | valoha (#7124)

    Tsy Ingahy Tsiranana, na Ingahy Ratsiraka, na Ingahy Zafy, na Ingahy Ravalomanana, na Ingahy Rajoelina, na ny filoha ankehitriny no tsy n/mahay mitantana ! Fa kosa, mila fitondrana sy fitantanana miaraka isika Malagasy. Fitondrana mifototra @ ny kolon-tsaina tena Malagasy ! Fitondrana mijoro @ ny Lalampanorenana marina, mangarahara, rariny sy mendrika ! Fitondrana mampijoro ny manangana ny tena fiandrianam-pirenena marina ! Fitondrana ifarimbonana sy ifanomezan-tanana eo anivon’ny faritra 22 misy eto Gasikara ! Izany dia fanajana feno sy sitraka atolotra ireo maty namoy ny ainy sy izay nitolona rehetra ho an’ny fanafahana ity Tany ity ! Tsy mila jadona isika eto Gasikara !
    Tsy tsangan’olona mpitondra iray no tompona sy jerena, fa ny Firenena sy ny vahoakany ! Ka aoka angaha ny mpitondra sy ny mpanao politika malagasy rehetra handinika sy hijery miverina ny tsy nety rehetra. Ary mba hanova ny fomba fisaianana sy fitantanana ny raharaham-pirenena mba hifanojo sy hifototra @ ny soatoavina Malagasy mba hahomby sy haharitra, ary hahazo tso-drano avy @ ny Razana Malagasy nitondra ny fahafana rehetra ! Tsy ho azon-tsiny na ho solafaka, hahita ny mamy sy hampanondrotra ny farim-piainan’ny Malagasy isan-tokan-trano !

  • 31 mars 2014 à 11:53 | Isambilo (#4541)

    Pour qu’il y ait nationalisme encore faut-il qu’il y ait une nation. Le concept est d’ailleurs fondamentalement réactionnaire.
    Les soulèvements de 1947 n’ont pas tous relevé de la même cause.
    La falaise orientale et la côte sud-est se sont soulevés contre l’oppression exercée par les colons (essentiellement originaires de La Réunion et de Maurice depuis la colonisation) la Société Marseillaise (qui prêtait de l’argent à un taux élevé aux paysans planteurs de café). l’administration coloniale avec ses gouverneurs indigènes.
    Tananarive n’a jamais bougé parce qu’elle bénéficiait d’un traitement favorable relativement à d’autres régions.
    Moramanga a toujours été montée en épingle par certains Malgaches au point de faire oublier le cas de Diego qui a toujours été la bête noire du pouvoir colonial grâce aux travaux militants de Dussac, Ralaimongo et Ravoahangy dès les années 20-30.
    Et on oublie en permanence le rôle qu’ont joué tous les anciens combattants malgaches qui ont mis la main à la pâte.

  • 31 mars 2014 à 12:04 | Vohitra (#7654)

    Miarahaba Tompoko,
    Mivoatra araka ny fizotry ny tantara ny fanehoana ny fitiavana ny Tanindrazana :

    - ny vanimpotoana fanjanahantany
    - ny vanimpotoana nanomboka ny fahazoana fahaleovantena

    Ny fanontaniana mipetraka dia hoe :
    1. nisy fiantraikany teo @ fivoaran’ny fiainam-pirenena ve ny fitiavana Tanindrazana nasehon’ireo Zoky mahery fo nanao sorona ny ainy ?
    2. mbola azo lazaina ve fa misy mpitondra na mpanao politika mbola maneho ary miantsehatra eo @ izany fitiavana Tanindrazana izany @ izao 54 taona nahazoana fahaleovantena izao ?

    Ny fanontaniana voalohany raha hoezahana asiam-baliny dia ENY, nisy vokany saingy voka-dratsy no betsaka.
    - Firy moa ireo Malagasy lasa nihevitra fa jiolahy sy olondia ny Menalamba ary niova sy nanome hasina an’i mompera Berthieu izay lavo ho fanoherana ny fibodoana tany sy fahefana nataon’ny frantsay ?
    - nahoana no tsy nirohotra nandripaka frantsay ny teto ankibon’Imerina nefa teto no tena betsaka ireo frantsay t@ 1947 ? ady fiady ary fanao ny fanoherana mitam-piadiana rehefa ny fahafahana no tanjona, fa tsy misy an’izany fahaleovantena sy fandroahana mpanjanaka izany ka hoe fifampiraharahana no atao e !
    - Firy moa ireo Malagasy voatefy ara-tsaina sy nandranto fahalalana tao anatin’ny fanjanahantany, ary rehefa nomena fahefana sy voninahitra dia lasa nampijaly sy namoritra ny gasy toa azy ?
    - mbola tsy lasa zanatany akory anie i Madagasikara dia efa nisy fanjakan’Andriamanjaka tany @ faritra sasany efa nanolotra ny taniny sahady ho eo ambany fiahian ’ny frantsay e nohon’ny fahatahorana sy fankahalana ny fanjakana Merina e, ary ny sasany t@ mponina t@ ireny faritra ireny dia nanampy sy nanamora ny fidiran’ny mpanjanatany teto e ?
    - tsy ny taranak’ireo Malagasy mpiray petsapetsa nahazo fahalalana t@ vazaha ary mitondra tena ho vazaha ireo ve no nanangana sy nameno toerana tao anatin’ny MDRM sy PADESM e ? samy mpivarotra Tanindrazana daholo ny ankamaroan’ireo mpikambana tao @ ireo rafitra roa ireo e, samy te hanao fifanarahana @ frantsay ireo mba hahazoana fitondrana e.
    - ireo tsy mbola voavolavola sy voatefy saina haka tahaka ny fomba fisainana sy fanao frantsay no nitolona sy maty t@ 1947, ireo no tia Tanindrazana tsy nanaiky ho fitampitahan’ireo te hanao fifampiraharahana ampilaminana, ireo maty lavo tao anaty herimpo ireo no voafitaky ny hevimpetsin’ireo nandia fahalalalana Merina sy Tanindrana efa miady fahefana sahady nefa mbola ao anaty fanjanahantany.

    Mikasika ny fanontaniana faharoa indray, TSY MISY tia Tanindrazana izany intsony ireo mpitondra sy mpanao politika ireo, mbola ilay ady fahefana voalazako etsy ambony nataon’ny razamben’izy ireo ihany no tohizan’ireto taranany @ izao fotoana izao, miampy ny fitiavamboninahitra omen’ny vazaha. Tsy ny hampiadam-pinaritra ny malagasy no tanjon’izy ireo, fa ny hampiaiky ny vazaha fa mba mahay mitondra tena toy ny vazaha izy ireo.

    Fehiny : raha mbola taranak’ireo MDRM sy PADESM voatefy saina, fanahy, fomba, tao anatin’ny fanjanahantany no mbola mahazo fahefana eto, dia mbola ho betsaka noho ny t@ 1947 no ho faty eto, tsy @ ady anefa fa noho ny fahantrana sy hanohanana.
    Raha mbola taranaka fonksionera t@ fanjanahantany no mitondra eto, tsy ho tafavoaka mihintsy ity firenena ity e.

    Mankasitraka Tompoko.

  • 31 mars 2014 à 12:14 | solo_bakaka (#6949)

    Voila une tres bonne question.
    La reponse est NON !!!NON !!!NON !!!
    La generation actuelle n est pas la digne heritiere du 29 Mars 1947.
    La revolution du 29 Mars visait a sortir Madagascar du joug des colons, la generation actuelle fait pire que les colons :
    Si les colons ont developpe madagascar avec un partage plus ou moins equitable des richesses, il n y avait pas de pauvrete, ni famine, ni chomage, ni Remenabila.
    - La generation actuelle est en train de piller Madagascar au profit de 2 petits groupe d oligarches qui sont en train de SE CREPER LE CHIGNON pour qui s enrichira le plus, qui pillera mieux les richesse du pays en le vendant aux Asiatiques : Ra8, par l intermediaire du PMP, ou le DJ, par l intermediaire du MAPAR.
    - Tous les moyens sont bons pour y parvenir
    - Un PM applique la politique du President
    - La Politique du President a ete clairement defini durant ses discours de campagnes, ou interview post electorales : Le devaloppement rapide etdurable, enrailler l insecurite, retablir l Etat de droit,la souverainete de Madagascar, priorite a la popoulation.
    Ma question est :
    - 1. Jules Etienne, presente par Ra8 via PMP interpose est il capable, ou VOUDRA -T -IL appliquer la politique de HR ? La reponse est NON !!!!
    - 2. Le candidat MAPAR, d ANDRY RAJOELINA, sera t il en mesure et VOUDRA- T- IL appliquer cette politique ? La reponse est NON !!!!
    - 3. Si HR veut realiser sa politique, il devra nommer un PM qui ne sera ni PMP ni MAPAR, 2 groupements neo-colonialiste, neo-nazi, nepotiques,despotiques, dictatoriales, qui ne feront que conduire Mada que vers un autre crise, pauvrete, braderie du Pays, revolution et bain de sang.

    - QU ATTEND HR POUR REAGIR ? DE QUI OU DE QUOI A T IL PEUR ?
    N A T IL PAS LES PLEINS POUVOIRS ET LA CONFIANCE DU VRAI PEUPLE MALGACHE ????????
    QU IL SE MONTRE DIGNE HERITIER DU 29 MARS 1947

  • 31 mars 2014 à 12:27 | FAHJUNZI (#424)

    N’en perdons pas du temps en vaines discussions : "SANS PRINCIPES COMMUNS, CE N’EST PAS LA PEINE DE DISCUTER". Il est impossible d’être toujours d’accord et chacun se doit de défendre son propre point de vue. Mais pour qu’une discussion soit féconde, encore faut-il parler la même langue, c’est à dire avoir la même échelle de valeurs et les mêmes principes de base ? Il est inutile des les citer. Si une personne est butée, de mauvaise foi et pour laquelle vous n’avez aucune estime, mieux vaut renoncer tout de suite : Vous gaspilleriez votre énergie et vous n’arriveriez à rien. Dans ce genre de situation, la seule solution consiste à dire ce qu’on a à dire, et à en rester là.

  • 31 mars 2014 à 18:38 | Turping (#1235)

    Si plusieurs des chefs d’état qui se sont succédés à Madagascar ont tenté d’en faire une récupération politique ,plus ou moins sincère ,habile ,....de l’évènement de 1947 ,67ans après ....,c’est juste pour sauver la face .

    Samuel Rakotondrabe ,l’un des héros des resistants aimait sa patrie ,sa terre natale ,....Madagascar avant tout autre chose ,voir même avant sa femme et ses enfants.

    Que reste t-il du patriotisme du passé :

    L’argent ;la gloire ,les conflits d’intérêts ,la guerre de fauteuils ,la corruption......le chacun pour soi .

    La politique de "diviser pour mieux régner " ,l’indépendance octroyée sur un plateau d’argent où le pays colonisateur même a fourni ses Hommes de confiances depuis l’indépendance ,recruté par Jacques Foccard ....a laissé une grave sequelle de l’indépendance à travers le PADESM car les vraies
    uttes du MDRM (Raseta ,Ravoahangy ,Rabemanjara ) allaient faire régner l’ordre ,la souveraineté nationale ....
    Les preuves sont là ,irréfutables sans refaire l’histoire car 1972 était un vrai cap tournant où le nationalisme mal placé de Didier Ratsiraka ,n’était autre chose que les gesticulations mal placées d’un psychopathe où son futur exil n’était autre qu’à Neuilly ,....j’en passe . La mort de Ratsimandrava ,et un asssassinat bien organisé par les ennemis de ce pays à travers les acteurs de la division ethnique (civiles comme militaires.....),des errements politiques en 2014 sans cap ni objectifs majeurs pour le peuple malgache dans l’attente du vrai changement.

  • 31 mars 2014 à 18:58 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    Juste un petit essai de web

  • 31 mars 2014 à 20:56 | hrrys (#5836)

    Après avoir pesé sa force,le PM Francais demissionne,d’après lui la seule raison est la défaite d leurs candidats maires

    • 31 mars 2014 à 21:01 | hrrys (#5836) répond à hrrys

      chez ns notre pdt ne détient aucune base politique il ne possède pas des élus.Au contraire il fait la pluie et le beau tp ici

  • 31 mars 2014 à 21:05 | hrrys (#5836)

    on attend q’il revienne sain et sauf au pays et q’il soit en bnne humeur le PM sera nommé ds 10j

    • 2 avril 2014 à 19:27 | Jipo (#4988) répond à hrrys

      Mais on s’ en fiche qu’ il soit de bonne humeur ou pas, qu’ il accomplisse son devoir, ce pourquoi 25% ont voté et administre les 75 % autres .
      Il attend quoi ce héry, comme dirait un forumiste il a peur de quoi !
      S’ il met autant d’ empressement à sortir le Pays de la crise, qu’ à nommer le PM, au lieu d’ aller " pavaner " à l’ extérieur, racoler du pognon, on n’ est pas sorti de l’ auberge ...
      Quant aux ancêtres qui ont inscrit leurs noms pour l’ indépendance de leur sang, vous devriez avoir honte de les laisser se retourner tout seul et non d’ arborer une fierté, qu’ ils vous écraseraient sur la figure, s’ ils le pouvaient .
      Non la majorité n’ est pas digne de ces valeureux combattants , de ces vrais nationalistes, qui se succèdent depuis l’ indépendance , ce que vous méritez n’ est que honte et repenti , ce que la population vit n’ en n’ est que la partie apparente .

  • 3 avril 2014 à 05:38 | NY OMALY NO MIVERINA (#1059)

    "Héritiers", évidemment !!!

    Mais de quoi exactement et concrètement, hors du devoir de mémoire ?

    Seulement des survivants blessés, des handicapés, ... et des veuves de ce 29 Mars 1947 ... ?

    Il est temps de parler, de discuter sérieusement avec La France dont elle est partie prenante, qu’elle le veuille ou non ? Le Monde entier aussi car cette situation inhumaine existe encore au XXI°siécle ...

    Ces blessés, handicapés, veuves, ... et âgés, ne pouvant plus subvenir à leurs besoins par le travail, méritent quand même le titre de "combattants" et bénéficier des droits et allocations y afférentes à la charge de l’Etat Malagasy et de l’Etat Français.

    Nous n’avons ni ministère, ni secrétaire d’Etat, ni office, ... pour s’occuper de ces vrais patriotes ayant défendu les valeurs patriotiques et nationales, le droit d’exister.

    Ils en ont besoin même s’ils ne demandent pas, par humilité, par la compréhension des difficultés matérielles de leurs enfants et de la société, ... Ils en ont vécu de pires ...

    Il faut que notre pouvoir à M/car, interpelle La France, les organisations et associations internationales défendant les droits des victimes de guerres, génocides, etc ... Nous leurs devons beaucoup.

    Nous ne sommes pas LES SEULS HERITIERS DU 29 MARS 1947 A M/CAR.
    Il y va de la mémoire humaine planétaire.

    Telle est une partie de ma réponse à la question de Ndimby A. où le mot "DIGNES" dans sa question est inadéquat, superflu, moralisateur, ... qui peut se changer très vite en "INDIGNES HERITIERS" ...
    La plus simple question est :
    " SOMMES-NOUS HERITIERS DU 29 MARS 1947 ? ".

    Laissons au moins à tout individu la liberté de réfléchir en leur âme et conscience.
    Là, NDIMBY A. ne peut pas occulter sa malgachitude, son identité. Eh oui !!!

    Misaotra tompoko !

    • 3 avril 2014 à 16:56 | vatomena (#7547) répond à NY OMALY NO MIVERINA

      bonjour
      Quand la France n’a pas eu le souci d’indemniser les colons dont les propriétés ont été dévastées ,brulées ,condamnées à l’inculture ,quand elle n’a pas eu le souci de secourir les familles des parents assassinés (360), il est illusoire de croire qu"elle pourrait pensionner les vieux rebelles à son autorité . C’est bien aux malgaches de s’acquitter de cet honneur .
      En fait ,ces rebelles bénéficient déjà d"une pension mais d’un montant si faible que c’est une injure aux sacrifices qu’ils ont vécus . C’est une honte nationale .Il n"empeche que ces autorités qui oublient les héros de 47 ont gueulé comme des putois lorsque le ministère des anciens combattants français a décidé de"cristalliser " les pensions versées à ses combattants . En effet ,dans certaines régions d’Afrique , cette pension versée à l"ancien combattant faisait de lui l’homme le plus riche du village .Il pouvait ainsi "doter" et épouser les plus belles jeunes filles à la grande colère des jeunes garçons qui se sentaient frustrés.Apres des mois ou des années de récriminations ,de pressions ,la France avait rétabli les anciens combattants dans l’intégralité de leur pension . Plutot que de garantir le bien etre des anciens présidents ,le nouveau gouvernement devrait prendre en charge totale la fin de vie de nos rebelles de 47 .

    • 3 avril 2014 à 17:16 | vatomena (#7547) répond à NY OMALY NO MIVERINA

      On pourra retenir que l’ordre colonial a été rétabli. L’heure de l’Indépendance n’était pas encore venue . Mais le sacrifice des rebelles de la cote Est aura fait germer l’idée méritée de nation indépendante . C’est leur mérite a eux et non à celui des écrivaillons ou députaillons .L’héritage au moment de l’Indépendance ,c’était un pays en bon état de marche ,le premier de toute l’Afrique de l’Est .avec une administration efficace et honnete

  • 3 avril 2014 à 10:55 | Citoyenne Malgache (#599)

    Il y eut l’insurrection de 1947 et 11 ans après, il y eut un référendum nous demandant si on voulait une indépendance totale ou une indépendance dans la communauté française. Les malgaches ont voté à 78% pour la communauté française.

    Nous avons autant hérité du 29 mars 1947 que des résultats du référendum de 28 septembre 1958... Alors, sommes-nous de dignes héritiers ?

  • 3 avril 2014 à 18:36 | Ouas (#8299)

    Salam à vous tous

    Je vois qu’il n’y a pas que nos amis malgaches qui se demandent si nous sommes dignes d’assumer l’héritage de ceux qui se sont battus pour reconquérir leur dignité et la nôtre aussi. La question ô combien difficile par sa simplicité mais que les griots nous font passer pour complexe et inutile tant la réponse est une perte de temps. Je suis heureux de lire cette question sur un forum malgache et d’apprendre qu’il n’y a pas qu’en Algérie et au Cameroun où l’on se pose cette interrogation qui fait tant mal. Elle fait mal parce que nous savons tous que nous en sommes indignes et notre premier devoir envers ces hommes et ces femmes est de l’admettre. Pour le moment c’est la seule façon de les remercier pour nous avoir montré la voie mais que nous n’avons pas su ou voulu emprunter. C’est la seule façon de leur dire : pardon, nous n’avons été à la hauteur de vos sacrifices. Tant pis pour nous.

    Contrairement aux survivants de la révolte du 29 mars 1947 qui touchent des pensions de misère, les anciens maquisards algériens ne manquent de rien. Mieux, ils sont toujours aux commandes de l’état. Mais le problème n’est pas là. Il ne s’agit pas seulement d’honorer la mémoire des survivants de 45 en Algérie ou de 47 au Madagascar mais de se rendre digne d’un idéal de liberté.

  • 3 avril 2014 à 23:17 | lefona ihany (#6757)

    Poser la question d’"être dignes héritiers" du 29 Mars 1947, ne se pose même pas !

    J’imagine un ndimby a, en 1947 ! Vu sa façon de faire, aurait-il profité des quelques mésententes entre les patriotes "indépendantistes" d’alors pour dire..heu..propager.. que c’était juste des "coui..llons" ? Car comme toujours, donc quelque soit l’époque, le contexte, bien que tout le monde soit patriote, il est inévitable que les visions différent ! Il y a des couacs, des mésententes ! Eh alors ? Il s’agit de lutte à tout point de vue !

    Les types comme ndimby a pourtant, se servent de ces "divisions" pour oublier l’essentiel et d’en profiter pour dénigrer le peuple et de rejeter un systeme, dans lequel pourtant, ils trouvent un moyen d’exister en "pourrissant" à longueur de journée l’ambiance générale !

    Et c’est lui qui pose aujourd’hui la question ? HAHA ! vous êtes un livre ouvert ndimby a !

    Remarquez, quand on est un diviseur né comme vous...on comprend ! Cynique et pervers & harangueur comme pas 2 !

    Ce serait donc une VOCATION ? ah ben..

  • 4 avril 2014 à 16:13 | vatomena (#7547)

    " Les 80 000 morts ,chiffre probablement minimisé par l’administration " !
    Et si c’était le contraire ?
    Chiffre probablement exagéré par l"administration et la légende .
    Haut commissaire et chef de l’armée avaient interet pour leur promotion et leur réputation d’afficher la plus grande victoire possible sur la rébellion.
    En fait ,les historiens les moins engagés politiquement s’accordent sur un chiffre de 30 000.La difficulté de compter vient du fait que les régistres d’état civil étaient incomplets ou mal tenus , pour le role des contribuables .également. De présumés disparus ont fort bien pu s’installer ailleurs . De meme aujourd’hui de nombreuses victimes ,dahalos ou éleveurs ,n’ont pas d’identité ,65 ans apres la rébellion .
    .

  • 10 avril 2014 à 10:25 | meloky (#637)

    What a double-minded title for an important legacy !
    A pieces of advice for the blogger-author of this article.
    "Cher Ndimby",
    Never put any hesitation to admire the role of our grandparents who seriously fought for the Independence of my beautiful Perl of the Indian ocean, even if it is only for the memory of them who shaded plenty of blood for this country, because they have done what it took you to enjoy today with the freedom to look critically and even now criticize profoundly to the state of mind of all Malagasy people, bewildering with what is happening today ; the people or precisely all citizens are surprised that after 50 years of Independence, our life has no much of token of change, but many are still suffering, deep in and under the pool of poverty (I can’t imagine how it is baiting inside of the all walk of life).
    The question is : who can change this current situation ? If all parties do seem hardly agreed on whatever it takes to let this new Republic to shoulder at its max the efforts of changes and effective implementation of the people’s hope for the wholesome development (economic, social and freedom to undertake their daily struggles for human advancement).
    Better if the bloggers, journalists, and all Gasy people focus on scrambling down all machinery that favor those benefiting few for the benefits of many in all terms of uses and rights !
    So do not doubt on the past efforts of our ancestors... but be focused on how to improve and prop up rapid development for now and nearest future. The question follows what should all do to promote a quick take off in our economy and equal distribution of wealth that may benefit every household, and each member of the grassroots of all communities of this Island. Do not forget that many have been attracted and lured by the uniqueness of this island and its natural endowment it has. So, we must look at it as a splendid opportunity for all !!! Have a good day, yet do not lose hope !

    Dia misaotra betsaka tompoko !

    • 10 avril 2014 à 11:03 | vatomena (#7547) répond à meloky

      Si des malgaches ont encore la force d’espérer ,Rien n’est perdu .
      L’Indépendance au lieu de magnifier la condition du malgache l’a au contraire rabaissée .La jeunesse ne pense qu"à fuir la terre sacrée .Les femmes dédaignent l’homme malgache et se donnent ,se vendent à l’étranger .Les razany aimeraient pouvoir sortir de leur tombe pour chatier les imposteurs.
      Cela arrivera un jour

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS