Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 21 août 2019
Antananarivo | 14h39
 

Opinions

Si Andry Rajoelina pouvait m’entendre je lui dirais :

mardi 8 janvier 2013 | Miary

Vous êtes sans doute en train de prendre une décision finale sur votre position quant à l’élection présidentielle de 2013. Vous avez sans doute soupesé les avantages et les inconvénients des deux postures possibles : soit être candidat soit renoncer pour cette année.

À tête reposée et froidement, quels sont les enjeux de la question ?

Etre candidat et être élu vous donnera la possibilité de continuer et sans doute finir ce pourquoi vous vous êtes battu en début de 2009 et les années suivantes. On n’a pas entamé une telle action considérée comme essentielle sans vouloir légitimement être en position de la mener à bout quoique pensent adversaires et partisans. Dans votre coeur et dans votre tête les "zava-bita" sont là pour crier votre devoir de vous présenter, pour une raison essentielle également, "légitimer" les raccourcis pris avec les textes légaux de l’époque.

Mais il faut aussi peser les diverses facettes de ce choix. La plus criante est la fin difficile d’une crise qui s’éternise. Vos adversaires locaux et ceux que l’on a l’habitude d’appeler la Communauté Internationale auront beau jeu de crier tous les reproches qu’ils ont ruminés et peaufinés tout au long de cette crise. Ce sera à nouveau le branlebas de combat pour la pression maximum contre votre candidature, voire votre élection. Cette crise dans la crise assombrira l’horizon économique et toute dégradation des indicateurs sera mise sur votre compte.

La crédibilité de l’élection en prendra un sérieux coup. Car même en imaginant l’impensable, le scenario de la candidature de Marc Ravalomanana en parallèle, les choses étant ce qu’elles sont, votre élection sera entachée de doutes au pluriel. Un seul doute peut entrainer la crise.

Les avantages d’une non-candidature sont tellement nombreux et évidents pour vous personnellement et pour le pays en général. Ce sera tout d’abord un climat d’apaisement, cet apaisement que tout le monde attend comme le berger attend le matin. Cet apaisement sera mis sur votre sagesse et votre patriotisme. Vos objectifs pourront être assumés par le ou la candidate qui portera votre flambeau. Dans cette hypothèse l’intérim sera tout bénéfice pour vous et vos partisans car l’élection suivante sera un boulevard pour votre réussite.

Ainsi donc, même si vous ne m’entendez pas en direct, puissent ces quelques mots pénétrer dans votre coeur.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS