Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 26 novembre 2020
Antananarivo | 02h56
 

Société

Confinement

Ruée pour obtenir l’autorisation de circulation

jeudi 26 mars | Mandimbisoa R.

Une gestion particulièrement difficile de la situation a été constatée hier au Centre de commandement opérationnel- COVID 19 (CCO-COVID19) à Ivato. Beaucoup de personnes s’y rendent pour avoir l’attestation de circulation. Le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation, Tinaharivelo Razafimahefa, et le directeur général de l’Agence de transport terrestre, le général Jeannot Reribake, ont dû intervenir pour résoudre certains problèmes.

A l’endroit d’un père de famille qui affirme avoir été menacé par les forces de l’ordre de mettre en fourrière son véhicule parce qu’il circulait sans autorisation avec une malade qui a besoin de soins et donc d’être emmenée quotidiennement à l’institut pasteur et à Ilafy, le ministre de l’Intérieur a promis de prendre en main la situation. Il a lui-même contacté les forces de l’ordre et a fait le nécessaire pour que le conducteur ait son autorisation de circuler.

Des responsables des travaux entrant dans le cadre des projets des autres ministères, des familles venues des autres villes de Madagascar bloquées à Antananarivo à cause du confinement. Un autre père de famille hausse même le ton en dénonçant le confinement des étrangers chez nous pendant 15 jours alors que lui, il ne peut se confiner chez lui à Ambatondrazaka, pendant 15 jours. En fait, il indique ne pas avoir de domicile à Antananarivo alors qu’il se trouve avec sa famille dans la capitale. « Nous ne pouvons pas nous rendre éternellement dans les hôtels au risque de contracter le virus », regrette cet individu.

En effet, la liste est longue et les cas sont différents. Visiblement débordé par cette situation, le général Jeannot Reribake leur explique que le « peu de pouvoirs en sa possession consiste tout simplement à donner aux employés des sociétés commerciales, banques et pharmacies qui assurent le service minimum à circuler et non à tous les Tananariviens ». Les exceptions faites concernant l’interdiction de circulation s’appliquent, entre autres, aux malades et cortèges funèbres, expliquent les autres responsables du centre de commandement opérationnel –COVID 19.

Pour le premier responsable de l’ATT, il suffit de respecter les consignes données à savoir l’interdiction de circuler entre 20h et 5h du matin, la réalisation des courses entre 6h du matin et 12h. Le ministre de l’Intérieur explique pour sa part que pour protéger les citoyens, ceux qui sont à Antananarivo resteront à Antananarivo durant la période de confinement. Idem pour ceux qui habitent Toamasina, la deuxième ville concernée par le confinement total. Nous sommes tous des Malgaches et il faut se protéger, indique-t-il.

5 commentaires

Vos commentaires

  • 26 mars à 09:29 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    Les mesures prises nécessitent des évaluations journalières pour que les hommes de terrain ne font pas du n’importe quoi.
    En jugeant les mesures actuelles entre autres :
    - La réalisation des courses entre 6h et 12H : pourquoi 12h mais pas 17h ?Car ceux qui travaillent sont les plus pénalisés avec cette mesure ( impossibilité de faire des courses entre midi et 14h et également à la sortie du bureau idem pour le déjeuner devenu un parcours de combattant).
    - Les épiceries et cash-point des quartiers sont sommés de fermer à 12h par les forces de l’ordre alors qu’ils assurent tous les besoins des ménages qui ne font pas leurs achats (PPN)auprès des grandes surfaces et ne retirent pas leur argent auprès de banques. Sans oublier les petits marchés de quartier qui jouent le rôle de e-commerce chez nous. Le comble de tout et selon les recommandations ces derniers peuvent s’ouvrir comme les pharmacies mais sur le terrain c’est tout le contraire que les forces de l’ordre appliquent.
    Dans le monde seuls Jair Bolsanero et Donald Trump qui crient haut et fort que la crise est plus à craindre que les morts du covid-19.

    • 26 mars à 09:32 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      lire : ... la crise économique voire financière ....

  • 26 mars à 09:48 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Les riches venant de l’étranger (porteur potentiel du covid-19) peuvent rentrer chez nous à Mada mais les locaux voire les pauvres gens ne peuvent plus se déplacer voire voyager : Pourquoi cette politique de deux poids deux mesures ?

    • 26 mars à 18:57 | Stomato (#3476) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Pourquoi ?

      Réponse : parce que !

    • 27 mars à 19:58 | mandinika (#4014) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Tsotra ny valiny e...tsy nanao etude ny mponina misy eto madagasikara ny mpitondra alohan’ny nirotsahany, fa noheveriny ho mpano bizna sy mpanakarena otr’azy daholo ny olona.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS