Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 8 avril 2020
Antananarivo | 23h00
 

Education

Éducation nationale

Remplacer tous les responsables régionaux

mardi 5 août 2014

Changer tous les directeurs régionaux de l’Éducation nationale (DREN), tous les chefs de Circonscriptions scolaires (CISCO), tous les chefs de Zone d’action pédagogiques (ZAP) et publier la liste des enseignants FRAM qui seront intégrés dans la Fonction publique ; tout cela en un mois, c’est le défi que va relever le ministère de l’Éducation nationale.

Les enseignants FRAM réunis dans l’association ANEFA font grève devant le ministère de l’Éducation nationale à Ampefiloha. Ils réclament la publication de la liste des enseignants FRAM qui ont bénéficié des formations et qui seront fonctionnaires d’ici peu ; mais aussi le paiement des vacations lors des examens du BEPC de l’année scolaire 2012-2013. Sur les 75 000 enseignants FRAM, seuls 10 000 pourront nourrir l’espoir de devenir fonctionnaires et profiter des pensions de retraite durant leur vieillesse.

D’après le ministère de l’Éducation nationale, la publication de cette liste des enseignants FRAM peut être rapidement effectuée en un mois si et seulement si les responsables de l’Éducation à tous les échelons depuis les régions en passant par les circonscriptions jusqu’aux zones d’action pédagogiques seront remplacés. Le ministère craint la corruption dans le recrutement des enseignants FRAM et fait appel au précieux concours du BIANCO dans l’établissement de cette liste. Il envisage aussi la collaboration des membres de l’ANEFA pour définir ensemble les critères de sélection des candidats aux postes de DREN, de chefs CISCO et de chefs ZAP. Le dialogue avec les grévistes se poursuit.

Recueilli par Bill

13 commentaires

Vos commentaires

  • 5 août 2014 à 09:58 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    - "C’est une erreur de "FONCTIONNALISER" les enseignants FRAM".
    IL FAUT UNE REFONDATION DE L’ENSEIGNEMENT PUBLIC,à MADAGASCAR".
    Obliger l’enseignement privé de se conformer à la directive de l’Education Nationale.
    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 5 août 2014 à 10:13 | Jipo (#4988)

    Il faut remplacer tous les responsables Nationaux, particulièrement ceux de la capitale .

  • 5 août 2014 à 10:25 | jansi (#6474)

    Le ouvertement doit présenter une véritable politique de l’éducation nationale du primaire jusqu’à l’université et non se contenter a faire le même bricolage des années passées. Une véritable loi-programme comme dans l’armée dans d’autres pays.
    Un montant pluriannuel du programme devra être établi et bien inscrit dans chaque loi des finances. Un bilan chaque fin d’année devra être obligatoire.

    Le montant budget annuel pour l’éducation ne devrait pas être modifié quelque soit le prétexte.
    Les autres ministères doivent se sacrifier pour la réussite de cette politique de l’éducation, investissement incontournable pour le futur.

  • 5 août 2014 à 11:52 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalamo alaikoum

    C’est la politique/le programme d’un homme rassasié qui donne encore du temps au temps alors que tout est urgent face aux grognes des affamés.

  • 5 août 2014 à 11:59 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    La réaction sur Marc Ravalomanana « la patience a des limites » s’est arrêtée à 77, son chiffre fétiche (c’est un bon signe pour lui).

  • 5 août 2014 à 12:27 | jaongaly (#6709)

    Bonjour,
    Changer les têtes : pourquoi pas !
    Par rapport à l’enseignement, permettez moi de dire que le programme n’a pas d’importance car notre enseignement actuel ne produit que des diplômés improductifs, une fois le diplôme acquis, la plupart ne sait pas quoi en faire ; il serait plutôt judicieux de penser à mettre à jour la méthode d’enseignement. Si nous voulons former des citoyens actifs (pour lui et pour la société). Les Etats Unis, l’Allemagne, les Japonais et d’autres l’ont fait depuis un siècle.
    Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Surtout au point où on en est.

    • 5 août 2014 à 14:58 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à jaongaly

      Bonjour,

      Des propositions concrètes SVP au lieu de copier et coller ce qui se passe ailleurs.

    • 5 août 2014 à 20:53 | el che (#344) répond à jaongaly

      jaongaly, entièrement d’accord avec vous.

      D’ailleurs beaucoup de problèmes se posent au niveau de l’enseignement supérieur. les concours et examens d’entrée sont très opaques, privilégiant ceux qui trichent moyennant de grosses sommes d’argent. Du coup, ce ne sont pas souvent les meilleurs qui sont les diplômés, mais ceux dont les parents ont déboursé des sommes faramineuses. De même, la compétence de certaines grandes écoles privées laissent à désirer, car le contrôle de l’état semble parfois inexistant sur les conditions requises pour l’obtention de ces diplômes. Il faut une réforme de l’éducation en profondeur, avec l’éradication de toute corruption, et l’égalité des chances devant l’enseignement. Le défi est titanesque.

    • 5 août 2014 à 23:53 | jaongaly (#6709) répond à plus qu'hier et moins que demain

      C’est le but du débat ; quelles sont les méthodes (je parle de méthodes) d’enseignement adéquates pour améliorer ce système.
      Il serait intéressant de connaitre ce que font les autre et de prendre et améliorer ce qui nous est utile . C’est ce que font les industriels de tous les pays. Ny soa fianatsa.

    • 5 août 2014 à 23:55 | jaongaly (#6709) répond à jaongaly

      les autres...

  • 5 août 2014 à 13:38 | FIJERY (#6516)

    C’est "un déjà vu" !
    Remplacer les instituteurs , Chef Cisco .....en PISO DIA dans les années Président Tsiranana, et actuellement remplacer ceux là en HVM !!!

    • 6 août 2014 à 09:37 | valoha (#7124) répond à FIJERY

      Ka io indrindra ry namana Fijery no tsara hanovana ny rafitra misy rehetra ifotny eto @ ny Nosy ! Tsy mety ary tsy mifanentana @ ny toe-tsaina sy soatoavina Malagasy. Mila sy tokony hiainga @ ny maha-Malagasy antsika, faritra rehetra, ny fanovana sy fanavaozana rehetra mba hahomby sy ho lavorary. Raha tsy izay dia hanao fangalampery lava eto isika, izany hoe - hitombo fahantrana lava ny Malagasy, ary ho famenoana paosy sy fitavan-tena no hanjaka eto ho an’olom-bitsy saribakoly !

  • 5 août 2014 à 22:20 | Zafimaro (#3479)

    Robert T. Yamate, Nominee for Ambassador to the Republic of Madagascar and the Union of the Comoros, Department of State
    Robert T. Yamate, a career member of the Foreign Service, Class of Minister-Counselor, is an Assessor at the Board of Examiners in the Bureau of Human Resources at the Department of State (DOS), a position he has held since 2013. Previously, he served as Deputy Chief of Mission at the U.S. Embassy in Dakar, Senegal from 2010 to 2013. He was a Multifunctional Officer in the Bureau of Intelligence and Research at DOS from 2008 to 2010, and a Management Counselor at the U.S. Mission to the United Nations in Geneva, Switzerland from 2006 to 2008. He also served as a Management Counselor at the U.S. Embassy in Abidjan, Côte d’Ivoire from 2004 to 2006. Mr. Yamate was a Management Counselor at the U.S. Embassy in Harare, Zimbabwe from 2002 to 2004, and a Management Officer at the American Institute in Taiwan in Taipei, Taiwan from 1999 to 2002. He was Deputy Executive Director in the Executive Office of the Bureau of Personnel at DOS from 1997 to 1999 and Chargé d’Affaires at the U.S. Embassy in Apia, Western Samoa from 1994 to 1996. Mr. Yamate received a B.S. at California Polytechnic University at Pomona, an M.A. from the University of LaVerne, and an M.B.A. from the University of Pittsburgh.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS