Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 26 septembre 2020
Antananarivo | 06h11
 

Société

Santé publique

Recrudescence du paludisme dans douze districts

mardi 14 avril | Fano Rasolo

Le paludisme gagne du terrain. Le ministère de la Santé publique a relevé une recrudescence du paludisme dans douze (12) districts de Madagascar, selon l’information recueillie auprès de ce ministère, la semaine dernière. Les douze districts les plus touchés récemment sont Vaingaindrano, Sakaraha, Ambato Boeny, Morombe, Ikalamavony, Beroroha, Mitsinjo, Andilamena, Mahajanga II, Betafo, Toliara II et Maroantsetra, selon le rapport de la direction de la veille sanitaire, de la surveillance épidémiologique, et de la riposte (DVSSER) auprès du ministère. Dans ces districts précités, la maladie a dépassé son seuil de prévalence, selon le ministère.

« Depuis la semaine 11 (S11) jusqu’à maintenant (la fin de la semaine dernière), nous avons constaté une tendance à la hausse des cas du paludisme. Par exemple, à Befotaka, 68% des consultations au Centre de santé de base (CSB) sont liés au paludisme, il en est de même dans plusieurs districts, 64% à Midongy Atsimo , 60% à Farafangana, 58% à Ikalamavony et 51% au CSB d’Anosivarika. Toutes ces statistiques dépassent la tendance moyenne escomptée », selon notre source auprès de la DVSSER.

Vigilance

La recrudescence de cette maladie a été provoquée entre autres par les intempéries qui ont apporté des inondations dans plusieurs districts de Madagascar. Maintenant, le coronavirus accroît le taux de prévalence du paludisme, car par crainte de la contamination au Covid-19, les paludéens ne viennent plus consulter aux CSB, d’où cette forte augmentation récente des cas dans la communauté, explique notre source.

Cette source a souligné que le paludisme a connu cette hausse de son taux de prévalence depuis décembre dernier, et surtout cette année. « Durant la semaine 10 (S10) de cette année, moins de 14% des consultations dans les centres de santé de tout le pays sont des cas de paludisme, mais à partir de la S11, la tendance commence à s’accroître avec des taux de 15% en S11, 16,7% en S12 et 17% en S13. Ces pourcentages dépassent les valeurs moyenne et maximale escomptées pour cette maladie », selon toujours ses explications.

Elle a en outre indiqué que le ministère a réuni la semaine dernière tous les agents de santé en charge de la lutte contre le paludisme, pour accroitre la vigilance face à cette maladie qui continue de faire des ravages dans le pays.

Malgré le contexte actuel, tous les hôpitaux et les centres de santé de base dans les régions et districts continuent toujours à traiter les autres pathologies, rappelle notre source. En tout cas, force est de constater que dans la capitale, beaucoup de médecins spécialistes extra hospitaliers ont suspendu les consultations dans leur cabinet.

6 commentaires

Vos commentaires

  • 14 avril à 10:20 | lafu_ny_su_krill (#10001)

    Ne parlez surtout pas du palu.
    Que le coronavirus.
    Jamais d’autres maladies infectieuses.

  • 14 avril à 13:51 | Vohitra (#7654)

    Apres la peste, voila le paludisme...en tous cas, les envoyes du Dr Tedros sont la avec du fric...

    Mais pour la famine, qui s en occupe ?

    Il faudra creer du CCO-Riz 20...

    Et tester rapidement les Malagasy avec un plat de riz local pour voir qui portent les symptomes de la faim...sur ce plan il n y aura pas besoin d analyse chez IPM...et confiner apres les porteurs dans les gargotes et hotels...

    • 14 avril à 14:22 | Shalom (#2831) répond à Vohitra

      Hoy i Raoul tao amin’ny tarika Mahaleo :
      "Za-misy sy marina izany,
      Maninona raha amboarina
      Mangina ialahy aza miteninteny
      Miandrasa lava ny marina …"
      Ny olona TENA zanak’i Madagasikara ry Vohitra tsy atoro ny tena ilain’ny vahoaka.
      Fa ny sarintsariny milaza azy ho zanak’ity tany ity kanefa ny hanakatsoka ny vahoaka no ataony mba ahazoany miaro ny tombontsoany manokana, ireny no manary sy mandavo ity firenena ity sy ny vahoakany hatry ny ela (Astérix sy izay olona torony hevitra ohatra).
      Ilaina marina angamba ny tena revolisiona, ny fiverenana amin’ny maha isika antsika.

    • 14 avril à 15:09 | Vohitra (#7654) répond à Vohitra

      Shalom,

      Ny rafitra sy ny fehezan-dalàna mikasika ny fifidianana dia natao foana ho sahaza ny mpanambola sy ireo manana fifandraisana eo amin’ny sehatra iraisampirenena.

      Iarahana mahalala nefa fa vitsy dia vitsy ny olona mpanambola sahy mampiasa ny volany sy ny hareny manokana ho entina mandresy lahatra ny vahoaka sy hanaovana politika hikatsahana fapandrosoana iombonana eto.

      Ary aoka ho tsorina tsy misy hambahamba, vitsy dia vitsy ihany koa no Malagasy teratany mpanambola ka hoe harena tena madio mangarahara sy herimpo tanteraka tsy misy kolikoly no nihariana izany harena izany…

      Dia inona ary no mitranga ?

      Mazana dia olona efa maloto na sakaizan’ ny kolikoly hatrany no mahazo fahefana, dia inona moa fa tsy ny harena iombonana sy ny volampanjakana foana no ripaka sy manjavona…

      Dadabe Tsiranana sy i Profesora Zafy no tsy nanankarena rehefa tonga teo amin’ny fitondrana, ary tsy nanankarena ihany koa rehefa nandao ny fitondrana…

      Amiko izany, tsy hisy ny fivoarana raha toa ka tsy miroso amin’ireto digana ireto isika :

      -  Fanitsiana ny rafi-pifidianana sy ny lalàmpfifidianana
      -  Fanesorana sy fanovana an’Antananarivo tsy ho renivohitr’i Madagasikara intsony (mitoby eto daholo ireo tsy valahara rehetra)
      -  Firosoana any amin’ny fizakantena mangarahara isamparitra

  • 14 avril à 16:18 | lé kopé (#10607)

    D’après les caciques du régime , les dirigeants de ce Pays ont maîtrisé la propagation de ce virus tant redouté .N’ayant pas encore atteint le Pic de la Pandémie ,est ce raisonnable de porter une telle affirmation ? Vu le mode de recensement et de détection du virus ,qui n’est pas pas utilisé à grande échelle , on ne peut pas décréter que les risques de contagion de la maladie soient derrière nous .Quand on constate le développement exponentiel des cas dits de contact ,et qu’un individu ,débarquant des vols entre le 11Mars et le 19Mars, refuse de se faire confiner , après avoir fréquenté la gente féminine à Tamatave et à Fenerive (dixit A. Andriamiseza) ,on peut deviner l’ampleur de la catastrophe qui nous attend .Combien y a-t-il d’individus qui se promènent dans la nature ,et qui peuvent créer ces cas contact ?En tout cas , les 800 lits sont déjà opérationnels ,d’après l’Amazone de service,mais seront ils suffisants si des appareils respiratoires ne sont pas fournis avec ? Est ce que l’on pourrait douter d’une personnalité qui fait partie des proches de ce pouvoir ,et qui l’affirme ? On attend avec impatience l’ouverture de l’usine pour fournir les médicaments ,et si le protocole de recherche et de validation d’un brevet est de quatre ans en général , pour Madagascar ,il est d’une année pour sauver le monde ...

    • 14 avril à 17:12 | Vohitra (#7654) répond à lé kopé

      Bonjour le kope,

      Pour ceux qui ont fait le service militaire, ils savent ce qu est dans le jargon militaire ce qu on entend par "unicite de la ligne de commande ", et " le chef a toujours raison ", et cette situation est commune dans toute situation d urgence decretee...

      On fait de decret comme quoi on part en guerre et on designe l ennemi...

      Et le seul bilan de combat admis est celui du chef...

      Et plus tard, le chef produira un decret pour dire qu on a gagne...

      Et le chef est si presse de declarer une victoire lors de la fete du 26 juin prochain, et il y pense deja...

      Comme en 1896, il n y a jamais eu de combat a Andriba, et les foloalindahy deserteurs ont fait propager des rumeurs a propos de l aprete de la bataille d Andriba pour se fabriquer gloire et merite dans un combat qui n a jamais eu lieu...

      L urgent, c est d avoir et communiquer des chiffres...

      Le formatage de l esprit est le propre de chaque situation exceptionnelle...

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS