Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 9 décembre 2022
Antananarivo | 23h32
 

Divers

Recrudescence du banditisme dans la banlieue d’Antananarivo

jeudi 25 février 2010 | Rakotoarilala Ninaivo

Ces derniers temps, la gendarmerie nationale a fait le constat d’une recrudescence du banditisme dans la commune d’Itaosy, dans la banlieue sud d’Antananarivo.

Dans la nuit de ce 20 février 2010, trois bandits ont été arrêtés à la suite d’une intrusion forcée dans une maison sise à Ambohimamory. Ces cambrioleurs ont utilisé des couteaux et des jouets en plastique pour faire peur à leurs victimes. Il n’y a eu ni décès ni blessé, mais les bandits ont pu dérober la somme de 200 000 ariary avec des paquets de cigarettes d’une valeur de 15 000 ariary.

Georges Kely

Mais un comité de vigilance « andrimasom-pokonolona » en randonnée a aperçu lesdits bandits entrain de prendre la fuite. Une course poursuite a été engagée entre les deux parties, sans résultat immédiat. Un des bandits a cependant été reconnu par le comité de vigilance : un certain « Georges Kely », qui est un bandit notoire dans ce quartier, un condamné récidiviste.

Le comité de vigilance a rejoint la maison qui venait d’être cambriolée. Puis les « Andrimasom-pokonolona » et la victime du cambriolage se sont rendu au domicile de « Georges Kely ». Mais ce dernier était encore absent de son domicile. Au même moment, un message a été envoyé à la brigade de la gendarmerie d’Itaosy. Le lendemain, avant le lever du soleil, « Georges Kely » est enfin rentré chez lui. La gendarmerie nationale l’a alors cueilli et il a avoué son crime après une séance d’interrogation. Il a par la suite dénoncé ses deux complices qui habitent à Avaratetezana et Ampitatafika.

Les objets dérobés dans la maison n’ont pas été retrouvés au domicile de « Georges Kely », contrairement aux faux pistolet et couteaux, armes de braquage.

Les trois hommes ont été déférés au parquet ce mercredi 24 février 2010.

JIRAMA

C’est également ce mercredi que des voleurs de fils électriques de la JIRAMA ont été déférés au parquet. Il s’agit cette fois de voleurs opérant dans le quartier Ambohimanga Rova, au nord de la capitale, appréhendés par la gendarmerie le lundi 22 février 2010.

Cela fait maintenant 2 ans que les câbles de la JIRAMA à Ambohimanga Rova subissent des vols. Les efforts menés par la gendarmerie n’avaient rien donné jusqu’ici. Car les personnes opérant dans ce domaine sont bien formées sur l’électricité et bien équipées, et prennent la précaution de restaurer l’électricité après leurs opérations. Cependant le vol de câble électrique fait baisser ou fait monter la tension du courant de la JIRAMA, ce qui cause des dommages aux appareils ménagers.

Les éléments de la gendarmerie nationale du poste avancé d’Ambohimanga Rova affirment avoir sensibilisé les habitants de la localité pour les prévenir immédiatement en cas de baisse de tension du courant. Ce qui a eu lieu ce lundi 22 février, vers 2 heures du matin, lorsqu’une famille à Anjazamoraloahy a prévenu la gendarmerie d’une baisse de la tension du courant qui alimente son foyer. Les éléments de la gendarmerie se sont déplacés sur place pour faire des recherches. Des personnes ont alors signalé l’existence de trois individus suspects.

Après quelques enquêtes, les trois personnes ont été arrêtées alors que les fils de la JIRAMA étaient déjà cachés dans un puits. 400 mètres de câbles ont été retrouvés. L’un des trois suspects est un mineur. Les trois personnes appartiennent à une même famille, vivant de la vente de ferraille. Elles revendaient leur butin dans la capitale au prix de 30 000 ariary le mètre. La JIRAMA a déposé une plainte contre les présumés voleurs.

TELMA

La JIRAMA n’est pas la seule société à avoir fait l’objet d’acte de vandalisme ces dernier temps. Il y a aussi l’opérateur téléphonique TELMA. Depuis la fin de l’année 2009, la TELMA a enregistré des pertes de matériels dans son magasin de stockage à Antanandrano Ambohitrarahaba, toujours dans la partie nord de la capitale. Il y eut 5 vols de matériel dont l’un a fait l’objet d’une attaque armée survenue le 8 novembre 2009. Cette attaque a cependant été sans succès pour ses auteurs.

Ce sont les matériels en aluminium et en fer qui sont très prisés. Et depuis, la gendarmerie nationale n’a cessé de surveiller le magasin de stockage de TELMA, tout en effectuant la recherche des voleurs.

Les éléments de la gendarmerie nationale du poste avancé d’Ankadikely Ilafy ont finalement surpris huit hommes en flagrant délit de vol ce 18 février 2010 vers 14 heures. Des fers ronds, matériels de construction de pylône et quatre chemins de câbles métalliques de 8 mètres et demi, pour une valeur de 8 000 000 d’ariary avaient fait l’objet d’un vol.

Trois des huit hommes ont pu être immédiatement arrêtés. Les cinq autres ont pu prendre la fuite. Mais avec d’autres complices, ils ont été par la suite dénoncés par les personnes arrêtées. Parmi ces complices figure un agent de sécurité de TELMA.

Au final, 12 hommes sont impliqués dans cette affaire de vol de matériel de TELMA. Trois suspects sont encore en cavale, dont le cerveau présumé, un dénommé Jimmy qui est un agent de sécurité démissionnaire.

Des restes des matériels de la JIRAMA, non encore revendus ont été appréhendés chez les présumés voleurs. Il s’agit d’un groupe électrogène déjà endommagé et d’un moteur de moto. Un pistolet en plastique a été également trouvé au domicile de l’un des présumés voleurs.

Cette arrestation intervient peu après l’arrestation par les mêmes éléments du poste avancé de gendarmerie d’Ankadikely Ilafy de 7 présumés meurtriers d’une femme indopakistanaise.

2 commentaires

Vos commentaires

  • 25 février 2010 à 08:41 | Kiki (#1274)

    Téléphonnez donc aux éléments du FIS, ils ont des lance roquettes, des voitures de patrouille et que sais-je encore !!!!!

    Qui peut le plus peut le moins, dit-on. Ils sont arrivés à Tamatave pour traquer Régis "qui a parlé avant sa mort", Dalle, Ampasika, Andranonahotssaa, n’est pas loin

    A moins que "Georges Kely" n’a rien de consistant à nous dévoiler, je ne sais pas !!!

    • 25 février 2010 à 22:15 | Jerry (#2173) répond à Kiki

      Il n’y a pas qu’à Tana et dans ses banlieues que les bandits font la loi : il y a aussi une recrudescence du banditisme dans toutes les villes et campagnes de Madagascar ! Puisque nous sommes dans un Etat de droit, les Forces de l’odre (la FIS en priorité), au lieu de pourchasser les opposants politiques réels ou supposés, devraient assurer la sécurité des biens et des personnes ! Apparemment, les autorités de la HAT semblent attendre le retour des touristes, pour pallier à la diminution des ressources financières extérieures. Elles pourront attendre longtemps, tant que l’insécurité actuelle persiste. Andraso eo Paoly ! Aucun touriste ne viendra à Madagascar pour se faire trucider, malgré la beauté de notre île !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS