Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 18 juillet 2019
Antananarivo | 17h54
 

Politique

Second tour de la présidentielle

Recrudescence des violences liées à la campagne électorale

lundi 17 décembre 2018 | Arena R.

« Les mauvaises pratiques de propagande » sont de retour, a indiqué le Projet d’appui à la prévention et à la gestion de conflits et violences potentiels liés aux élections à Madagascar (PEV Madagascar) dans sa récente publication. Effectivement, à trois jours du scrutin du deuxième tour de la présidentielle, le climat électoral n’est pas seulement tendu, il s’est de plus en plus détérioré. Sur le terrain, les partisans des deux camps se toisent, des agressions physiques ont même été signalées. Les intimidations de tout genre, la violence des propos de part et d’autres des deux camps sont légions sur les réseaux sociaux et dans les médias.

Selon l’analyse de PEV Madagascar, « Les deux finalistes de la présidentielle participent à cette instauration d’un climat de tension à la veille du scrutin en dérogeant à la règle du fair-play électoral imposée par le cadre légal. En effet, Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina s’attaquent mutuellement dans leur discours de campagne, une situation s’apparentant à un prolongement du premier débat présidentiel de dimanche dernier. » Ainsi, le candidat N°13 rappelle entre autres les affaires de « spoliation » de terres reprochées à son adversaire, dénigre le support ainsi que le programme contenu dans le « Manifesto », remet en cause les ambitions de développement du pays de Ravalomanana au bénéfice de ses entreprises et doute de sa capacité physique à diriger la Grande île. Du côté du candidat N°25, les discours se concentrent principalement sur le « coup d’État » de 2009 et son instigateur, sur le programme de son adversaire considéré comme utopique et sur la faible expérience en termes de gouvernance du camp Rajoelina, qualifiée « d’aventureuse ».

Une pratique de campagne particulièrement inquiétante fait actuellement son apparition, consistant à attaquer l’adversaire à travers des insertions publicitaires dans les quotidiens, souligne PEV Madagascar. Ainsi, le camp du candidat N°25 publie, dans Midi Madagasikara du 10 décembre, une photo d’Andry Rajoelina entouré de militaires, accompagnée de l’inscription « désordre/ bordel » qu’il expose à côté de l’image de Marc Ravalomanana, bénéficiant du titre « vérité/droiture ». Dans l’Express de Madagascar, le camp du N°13 répond dans un publi-reportage, à travers un article qui, comme en témoigne son titre : « Marc Ravalomanana : haine, divisions et racisme », incite incontestablement à la haine raciale et à la division.

Le projet PEV Madagascar énumère par ailleurs des tracts et journaux anonymes dénigrant principalement Marc Ravalomanana, retrouvés dans la Région Bongolava, à Antsirabe et à Toliara, les fausses affiches de propagande placardées dans la capitale mais également « interceptées » à Antsirabe, les accrochages durant les rencontres entre les cortèges lors des défilés et porte-à-porte, pour ne citer que dans le 5ème arrondissement de la capitale, à Toliara ou encore à Belalana, la perturbation des rassemblements, notamment à Mahajanga et à Ambatofahavalo et le « sabotage » du meeting de Marc Ravalomanana à Ambalavao, lorsque ses affiches et visuels de campagne ont été déchirés et substitués par ceux d’Andry Rajoelina au petit matin.

À Antananarivo, après le dernier meeting du candidat Marc Ravalomanana, samedi dernier, au stade de Mahamasina, une mère de famille aurait été agressée par des partisans du candidat Andry Rajoelina du côté d’Andohatapenaka alors qu’elle allait rentrer en bus à Ambohibao Antehiroka. Elle aurait reçu des galets sur le front et a eu le visage en sang. Toujours dans ce quartier et aux 67Ha, d’autres partisans de l’ancien président ayant choisi de rentrer à pied chez eux après le meeting ont été hués par ceux de l’autre camp. Dans l’après-midi, des consignes auraient été données aux partisans de Marc Ravalomanana d’enlever leur tee-shirt ou de mettre un autre vêtement dessus pour éviter les intimidations de la part du camp adverse.

3 commentaires

Vos commentaires

  • 17 décembre 2018 à 15:47 | dahalo (#8794)

    Ce pays continue sa descente en enfer. Cette élection a mis en évidence une mentalité exécrable d’une partie de notre population , il y a une frange de notre population qui est nuisible et reste fermée à tous ce qui est améliorations.
    Ce qui est malheureux c’est que ce sont aussi des malgaches comme nous et alors on ne comprend pas comment est ce qu’on peut être aussi différent dans la mentalité.
    Comment arrêter cette dégradation car quelle que soit l’issue de cette élection une des priorités du futur président doit être de remettre dans le droit chemin cette population indisciplinée et anarchique et qui est à l’origine d’une grosse partie de nos soucis actuels comme l’insécurité, l’incivisme, etc....
    Ce n’est pas forcement les adeptes du 13 , mais il y en a un peu partout aujourd’hui, dans le boulot, dans la vie au quotidienne, à l’eglise, un peu partout ......

  • 17 décembre 2018 à 16:11 | arsonist (#10169)

    Il suffit de lire les posts publiés sur ce forum pour se rendre compte qu’il est indéniable que le Gasy est violent !

    Est-ce le fait d’avoir été administrés par l’armée gasy pendant plus d’un quart de siècle
    qui a rendu les Gasy aussi violents
    et en même temps aussi orduriers dans leurs propos ?

    Observez bien !
    Et vous vous rendrez compte du taux anormalement élevé de propos violents ou orduriers ici.

    En un mot ?
    On dirait qu’il y beaucoup de "miaramila afaka" sur ce forum !

    Et les mecs semblent ne pas se rendre même pas compte de ces caractères violents ou orduriers dans les posts qu’ils écrivent.
    On dirait qu’ils trouvent ça normal .

    • 17 décembre 2018 à 16:35 | canal baobab 13 (#10489) répond à arsonist

      J’ai pas la même analyse...j’ai passé parfois 3 mois...6mois à arpanter lafrik australe 6 pays en moto
      750 super tenere✌...il est clair ke rouler après la tombée de la nuit sur la piste est dangereux...comme toute la journée dans certains pays ou, le moins qu’on puisse dire c’est ke les mecs sont autrement plus violents qu’à madagascar.
      Et c’est bien ce ki ce fait qu’il est rare de détester les malgaches.
      Moi j’aime tout le monde...mais je sais ke les gars du Nigeria pas grand monde les aime...et que les sénégalais ki vendent du cuivre pour de L or en Zambie se font dérouiller par les Zoulous quand ils abusent à Lusaka... .
      Bref galieni le pire de son oeuvre c’est le massacre des tribus guerrières Sakalaves.
      Je crois.
      Il faut de tout pour faire un peuple complet.
      Je parle de guerrier pas dassasins hein... .

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS