Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 22 janvier 2021
Antananarivo | 09h07
 

Politique

Mahajanga

Reconquête de crédibilité : l’opposition s’active

jeudi 10 mai 2007 | Eugène R.

Depuis le référendum constitutionnel du 4 avril dernier, la population majungaise est acquise à la cause de l’opposition locale qui contestait les résultats de cette consultation populaire.

Les électeurs de la ville de Mahajanga ont rejeté la Constitution révisée soumise à référendum par le président Marc Ravalomanana le 4 avril dernier. La population majungaise, majoritairement des métis et des musulmans, ont surtout dit non à l’article 46 de cette loi fondamentale qui stipule que tout candidat aux fonctions de président de la République doit être de nationalité malagasy d’origine par le père et la mère. Pour les Majungais, cette nouvelle disposition constitutionnelle instaure une exclusion au sein de la société malgache. L’opposition locale profite de cette « prise de conscience » de la population pour mener des actions en vue de reconquerir sa crédibilité. Depuis la proclamation par la HCC du résultat du référendum, cette opposition ne cesse de sensibiliser la population locale sur les dispositions dangereuses de la Constitution révisée. Hier, elle a réalisé un exploit car une foule immense a répondu présente à un meeting qu’elle a tenu devant le bâtiment du ministère de la Jeunesse et des Sports. Un meeting qui s’est déroulé sans débordement.

Déférement reporté

Par contre, aucune manifestation politique ne s’est déroulée hier à Antsiranana et Toliara. A Toliara, la population locale s’attendaient vainement hier au déférement du sénateur Robert Razaka, du député Dimby Benaria et du dirigeant du parti Leader-Fanilo, Luc Vital. L’opposition locale a préparé l’événement dès mardi dans la soirée. Des tracts ont été diffusés, invitant la population tuléaroise à venir assister au Tribunal de Première Instance ces trois leaders de l’opposition. Les mêmes tracts mettaient en garde la population contre toutes provocations aux pillages et aux actes de vandalisme.

Accalmie à Antsiranana

A Antsiranana, les étudiants grévistes n’ont rien entrepris pour marquer l’expiration du délai de deux jours d’ultimatum. Notre correspondant sur place nous a appris que le calme a régné toute la journée d’hier dans la Capitale du Nord. D’après nos sources, les dispositifs de sécurité actuellement mis en place par le régime ont fait reculer les étudiants qui revendiquaient le retour à la normale de l’approvisionnement en électricité de la ville. Une revendication purement sociale à laquelle le pouvoir en place n’arrive pas jusqu’à présent à satisfaire.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS