Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 23 janvier 2022
Antananarivo | 07h56
 

Politique

Souveraineté nationale

Ravalomanana « menace » les investisseurs

mercredi 13 juin 2007 | Eugène R.

Le président Marc Ravalomanana ne cesse de mettre en garde les étrangers (investisseurs, missionnaires...) qui seraient tentés de faire de l’ingérence dans la gestion des affaires internes du pays.

L’affaire Sylvain Urfer a remis sur le tapis les débats sur la souveraineté nationale. A l’aéroport international d’Ivato, après avoir assisté à Shanghai (Chine) au Sommet de la BAD, le président Marc Ravalomanana, lorsqu’il a été interrogé par les journalistes sur les motifs de l’expulsion du Père Urfer, a fermement mis en garde les étrangers qui seraient tentés de s’immiscer dans les affaires internes de Madagascar. Cette mise en garde a été enrobée des menaces comme si le chef de l’Etat connaîssait déjà les prochaines cibles. Hier encore à Fort-Dauphin lors de la cérémonie du lancement du coup d’envoi de la construction du Port d’Ehoala (une construction d’une valeur de 140 millions de Dollards), le président de la République a lancé une énième mise en garde à l’endroit des investisseurs étrangers qui sont installés à Madagascar. « Madagascar a sa souveraineté nationale. Vous, les investisseurs étrangers, si vous voulez rester ici, vous devez respecter cette souveraineté nationale. », a-t-il martelé.

Débats interminables

Bien que des politiciens, voire des gens au pouvoir, jugaient excessives les déclarations du président Marc Ravalomanana, à Ivato à son retour de Shanghai à l’endroit des étrangers installés à Madagascar. Nombreux sont, par ailleurs, ceux qui ont félicité ses déclarations sur la protection de la souveraineté nationale. Même les opposants radicaux comme Rajaonah Andrianjaka, président national de l’association « Otrikafo », a positivement accueilli les déclarations de Marc Ravalomanana, lui qui n’est pas apparemment prêt à sacrifier la souveraineté de son pays contre les intérêts économiques ou financiers apportés par des investisseurs étrangers qui se mêlent des affaires internes du pays. Là où plus d’un se posent cependant la question, c’est comment peut-on défendre jusqu’au bout cette souveraineté nationale tant que nous nous agenouillons devant les baîlleurs de fonds multilatéraux ou bilatéraux pour trouver des fonds pour financer les grands projets de développement à Madagascar ? Comment se comporte le défenseur de la souveraineté nationale Marc Ravalomanana devant les conditionalités de la Banque Mondiale et du FMI ? Bon nombre d’observateurs souhaitent que la transparence soit jouée dans notre relation avec ces baîlleurs de fonds étrangers pour voir si nos dirigeants ont vraiment la volonté et l’audace de défendre la souveraineté nationale.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS