Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 15 décembre 2018
Antananarivo | 04h30
 

Politique

Dépenses électorales

ROHY préconise le plafonnement du financement de campagne

samedi 19 mai | Ny Aina Rahaga

Après le vote des trois lois électorales et la décision de la Haute Cour Constitutionnelle les sanctionnant, le mouvement ROHY a préconisé le plafonnement des financements des campagnes électorales. Selon les explications, la nécessité de ce plafonnement résulte de plusieurs raisons. Tout d’abord afin de préserver l’égalité de chance des candidats aux élections. Etant donné que la HCC a avalisé la possibilité de recevoir des financements de la part de personnes morales étrangères de droit privé, à part les financements nationaux, certains candidats auraient donc plus à dépenser que d’autres.

Une autre raison est celle d’éviter la grande corruption ainsi que le blanchiment d’argent. Cela pourrait entrainer des « accords occultes entre les candidats peu scrupuleux et des entreprises nationales et/ou étrangères et des pays étrangers », souligne le mouvement ROHY. L’on sait en effet à quel point les moyens financiers et matériels jouent sur les chances des candidats de se faire élire à Madagascar. Ne serait-ce que pour l’accessibilité aux zones reculés de la Grande Ile, ou encore les apparitions sur les chaines radio et télévisées privées. D’autres membres de la société civile insistent également sur l’impératif d’un compte bancaire pour les candidats afin de mieux suivre les dépenses lors des opérations de propagandes et la traçabilité des fonds employés. L’importance des élections à venir pour l’avenir du pays n’est plus à démontrer. Aussi, toutes mesures visant à viabiliser le processus électoral et les résultats seront à encourager.

12 commentaires

Vos commentaires

  • 19 mai à 09:33 | harmelle (#5862)

    Que du bon sens .

    • 20 mai à 14:31 | Rakoto (#9043) répond à harmelle

      Oui du bon sens.
      Il faut un minimum d’équité, même si il faudrait dans la même mesure limiter les candidatures aussi.
      A cela ajouter une commission sur les rapports parlementaires.

      Et pleins d’autres choses, c’est tout le système et la mentalité des malgaches, aussi, qu’il faut réformer.

      Quand on voit la blague de la médiation africaine et les tenants d’un discours Malgacho-Malgache qui ne fonctionnera jamais, chacun se prétendant plus roi que le roi et inventant à chaque période des scenarios ridicules pour renverser le pouvoir ... (Je n’étais ni pro ou anti Rava - ni pro ou anti Dj mais là trop, c’est trop) C’est ridicule.
      Y a encore du boulot tout simplement, mais on avance.

      Asa fa tsy kabary.

  • 19 mai à 10:25 | isoarha (#8297)

    Tout a fait d’accord.

  • 19 mai à 16:50 | ratiarison (#10248)

    Marna izany EEEEEEEEEE !!!

  • 19 mai à 16:51 | ratiarison (#10248)

    Marina izany EEEEEEEEEE !!!

  • 19 mai à 17:27 | lysnorine (#9752)

    SUPPRIMER PUREMENT ET SIMPLEMENT « la possibilité de recevoir des financements de la part de personnes morales étrangères de droit [national malgache] privé, EN RÉVISANT LES ARTICLES 74 et 75 [NON PROMULGUÉS] de la LOI organique N°2018-008 relative au régime général des élections et des referendums

    Point n’est besoin de gaspiller son temps et son énergie à discutailler juridiquement sur un « plafonnement » impraticable et invérifiable des financements étrangers autorisés de fait par le biais des diverses « sociétés – ÉCRAN- de droit national privé » appartenant en tout ou en majeure partie à des étrangers.

    Nous avons déjà, à plusieurs reprises, attiré l’attention sur ce grave danger dès le mois de février qu’illustre la profusion dans la législature actuelle de candidats s’affublant du qualificatif d’ « indépendants » (25/151) ou « assimilés » (24/151). Mais, selon toute probabilité, la plupart ont été « DÉPENDANTS » financièrement de ces ENTITÉS ÉTRANGÈRES pour leur élection. Une fois élus, ils sont tenus de se soumettre à leurs exigences pour la confection de lois renforçant leur mainmise sur l’économie nationale et les richesses du pays.

    1) lysnorine 14 mai à 20:26 & 20:39
    « Le président défend la promulgation des lois électorales » lundi 14 mai (2018) | http://www.madagascar-tribune.com/Le-president-defend-la,23828.html?var_hasard=11824611765af9ca033caaa

    « Sur le financement et la transparence de la campagne électorale »

    « Mais au-delà des PALABRES JURIDIQUES, STÉRILES, ce qui nous parait particulièrement NÉGATIF et NÉFASTE pour l’avenir de la démocratie, c’est la position POLITIQUE et non pas juridique de la HCC pour ce qui concerne « le FINANCEMENT ... de la campagne électorale » dans son considérant 51 ! et notamment la CONDAMNATION de l’INTERDICTION de « financements ÉTRANGERS » sous prétexte que cette interdiction risque d’accentuer l’ « inégalité (des) ressources financières » entre les candidats, étant donné l’absence de « plafonnemement des sources de financement ». [cf. considérant 51...http://www.hcc.gov.mg/decisions/d3/decision-n15-hcc-d3-du-3-mai-2018-portant-sur-la-loi-organique-n2018-008-relative-au-regime-general-des-elections-et-des-referendums/]

    « De toute évidence, cela n’a rien à voir avec la constitutionnalité ou l’inconstitutionnalité desdits articles.
    « L’article 3 de la décision disposant que « ...les articles 74 et 75 ... ne sont pas conformes à la Constitution. » constitue une CONTREVÉRITÉ GROSSIÈRE

    « La décision sert simplement de COUVERTURE au financement des candidats prétendus « INDÉPENDANTS » mais, en réalité, DÉPENDANTS de leurs bailleurs de fonds probablement étrangers ou assimilés qui par ce biais dispose d’une Assemblée nationale à ses ordres. Nous avons soulevé ce grave problème dès la publication des projets de loi, mais, sans grande surprise, les députés, TOUTE TENDANCE CONFONDUE, unanimement , n’ont pas du tout voulu en discuter, sauf erreur de notre part ! »
    (à suivre)

    • 19 mai à 17:31 | lysnorine (#9752) répond à lysnorine

      SUPPRIMER PUREMENT ET SIMPLEMENT « la possibilité de recevoir des financements de la part de personnes morales étrangères de droit [national malgache] privé, EN RÉVISANT LES ARTICLES 74 et 75 [NON PROMULGUÉS] de la LOI organique N°2018-008 relative au régime général des élections et des referendums
      (suite)

      2) « Nous avons déjà essayé d’attirer l’attention sur cette grave question dans les termes suivants :

      [cf lysnorine 28 février (2018) à 09:44, « Le nouveau code électoral de plus en plus contesté »,
      http://www.madagascar-tribune.com/De-plus-en-plus-conteste,23646.html#comment359094 ;

      [ lysnorine 27 avril (2018) à 17:15 répond à lysnorine , « La communauté internationale à la rescousse face à la crise malgache » http://www.madagascar-tribune.com/La-communaute-internationale-a-la,23776.html ]

      « 5) ‘’Le FINANCEMENT de la campagne électorale’’
      ‘’Les recettes du compte de campagne électoral ou référendaire‘’

      « TSY AZO EKENA MIHITSY ny ao amin’ny andininy faha-73 manao hoe :

      mahazo mamatsy vola ny kandidà ny “personnes morales de DROIT PRIVÉ NATIONAL”. Dia tena heverin’ilay nanoratra an’io angaha fa donendrina (sao tahaka azy kosa aza !) izay rehetra mpivaofy ity volavolan-dalàna ity ka tsy avy hatrany dia mahatakatra fa : OLON-KAFA FIRENENA daholo no tena ao ambadiky ity hoe “personnes morales de DROIT PRIVÉ NATIONAL” , na ny VOLA AMPIASAINY, na ny TENA MPITANTANA ny orinasa ! Izany hoe ompikelin’ireo OLON-KAFA FIRENENA ireo izay olom-boafidy novatsiny vola ka tsy maintsy HANATANTERAKA ny sitrapony rehetra. Izay ilay FIVAROTANA TANINDRAZANA sy ny HAREM-PIRENENA.
      .
      “Ces contributions peuvent se présenter sous forme de NUMÉRAIRES (!!) , de dons, ..de concours en NATURE ou en prestations diverses.”

      « Koa MAHATSIKAIKY ilay mody fanantitranteran’ny andininy faha-74 sy faha-75 momba ny “personnes morales de DROIT ÉTRANGER” »

      « Article 74 – Les personnes morales de droit étranger et tout État étranger ne peuvent participer, directement ou indirectement, au financement de la campagne électorale ou référendaire.
      Article 75 - Tout candidat ou liste de candidats bénéficiant d’un financement émanant de personnes morales de droit étranger et de tout État étranger pour sa campagne électorale encourt la disqualification.

      « Tokony ho nampiana tsara amin’ireo “personnes morales de droit étranger” , ny hoe “ainsi que les personnes morales de DROIT PRIVÉ NATIONAL où des personnes physiques ou morales de nationalité étrangère DÉTIENNENT UNE PART DU CAPITAL quel que soit son montant” ».

      « Mazava ho azy fa VERY FIHINANA ny hoe kandidà “TSY MIANKINA” raha sendra nasiana ka nolaniana izany fiovana (amendement) izany ! »

      (à suivre)

    • 19 mai à 17:34 | lysnorine (#9752) répond à lysnorine

      3) SUPPRIMER PUREMENT ET SIMPLEMENT « la possibilité de recevoir des financements de la part de personnes morales étrangères de droit [national malgache] privé, EN RÉVISANT LES ARTICLES 74 et 75 [NON PROMULGUÉS] de la LOI organique N°2018-008 relative au régime général des élections et des referendums
      (fin)

      « Les articles 74 et 75 complétés auraient donc pu être libellés comme suit POUR ÉVITER TOUTE INTERFÉRENCE ÉTRANGÈRE DANS LE FINANCEMENT DES ÉLECTIONS :

      « Article 74 – Les personnes morales de droit étranger et tout Etat étranger ne peuvent participer, directement ou indirectement, au financement de la campagne électorale ou référendaire. Ils ne sont pas autorisés à consentir des fonds sous forme de donation, de don ou de subvention en numéraire, en nature ou en nature publicitaire. L’interdiction s’applique également à TOUTE PERSONNE MORALE DE DROIT PRIVÉ NATIONAL où TOUT OU PARTIE DU CAPITAL APPARTIENT à une personne morale DE DROIT ÉTRANGER , ou à un État étranger ou à des personnes physiques de NATIONALITÉ ÉTRANGÈRE.

      « Article 75 - Tout candidat ou liste de candidats bénéficiant d’un financement émanant de personnes morales de droit étranger, ou de personnes morales de droit privé national où tout ou partie du capital appartient à une personne morale de droit étranger, à un État étranger ou à des personnes physiques de nationalité étrangère, et de tout Etat étranger pour sa campagne électorale encourt la disqualification. »

    • 21 mai à 22:03 | Lekivy 2 (#10161) répond à lysnorine

      C’est tout bonnement la notion d’INDEPENDANT en politique qui est aberrante. C’est ni plus ni moins que de la prostitution politique ! On est indépendant par rapport à qui ou par rapport à quoi ?
      Le minimum en politique n’est-il pas d’avoir un modèle d’idées, de valeurs, ou un programme de société à faire prévaloir ? Faire de la politique c’est rassembler des gens ayant les mêmes penchants et se constituer en partis puis chercher à concrétiser les idées en question ?
      Dans ce cas, arriver au pouvoir n’est qu’un moyen pour réaliser les idées.
      Chez nous par contre ; le pouvoir semble constituer la finalité de la politique, quitte à changer de veste ou de cravate à volonté, pourvu qu’on fasse partie des dirigeants.
      C’est la raison pour laquelle, cette notion de mandat impératif est exigée par la constitution, et c’est pouquoi la notion d’indépendants n’a plus sa raison d’être. Dans le contexte actuel, ce sont ces indépendants qui font justement basculer la balance ou le rapport de force d’un côté ou de l’autre. Et ils s’y complaisent parce que cela paie bien ! Quelle honte !
      Je préfère encore voir des partis qui ont de mauvaises idées, que ces indépendants qui n’en ont aucune.

  • 20 mai à 11:49 | Jipo (#4988)

    @ lysnorine.
    Votre adulation pour les zétranzés n’ est plus à démontrer, ce sont vos semblables qui se sont battus pour les mettre dehors et créer la paradis dans lequel vous faites survivre vos compatriotes, ayant bien pris soin de vous éclipser après avoir leur avoir laisser le soin de nettoyer les étrons que vous avez oubliés d’ apporter avec vous en vous barrant témérairement .
    A part cracher dans la soupy et mordre la main qui vous a éduquée, vous faites quoi pour votre Pays : fertilisez avec votre guano ?

  • 20 mai à 12:38 | vatomena (#8391)

    ’’Ne pas monter tres haut peut etre ’’ mais monter tout seul."
    Le malheur est que meme avec l’argent des zétrangers ,le malgache ne monte pas et au contraire il dégringole .Les andafy ne peuvent rien empécher .L’origine du mal est au pays .

  • 20 mai à 14:24 | kartell (#8302)

    Demander le plafonnement, c’est placer la barre, un peu haute, voir inatteignable !…..
    Revoir ces exigences, pour qu’elles puissent coller à une réalité, devraient inciter les rêveurs à être moins gourmands, avec les pieds sur terre !...
    Et qui serait, à même, de vérifier, de dénoncer, de condamner, dés lors, où, lorsque le nouveau maître du pays est élu, une chape de plomb s’installe sur le pays, groggy par cet éphémère vent démocratique, avant de reprendre sa lucidité, anesthésiée, quelques mois, avant les échéances suivantes !….
    Vouloir tout, d’un seul coup, n’est pas réaliste, contentons-nous des bases essentielles, d’exiger du monde politique, un effort d’imagination au lieu d’attendre, tout de l’extérieur pour afficher un bilan !….
    A force de vouloir faire comme ailleurs, on s’écarte de nos propres exigences, il faudrait que nous fassions preuve d’inventivités, de nouveautés, et non, que nous, nous cherchons notre salut en essayant de copier la réussite des autres, qui, eux, regardent droit devant, alors que nous, nous contentons de regarder dans notre rétroviseur, en croyant pouvoir progresser !...

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 69