Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 8 avril 2020
Antananarivo | 23h00
 

Justice

Affaire CNaPS

« Qu’on arrête de croire que les magistrats ne peuvent pas être poursuivis » déclare le ministre la justice

mardi 3 mars | Mandimbisoa R.

Le ministre de la Justice, Johnny Andriamahefarivo a déclaré hier qu’il n’hésiterait pas à lancer un mandat de poursuite contre un collègue magistrat, en la personne de Raoul Arizaka Rabekoto, si les faits dont on l’accuse sont avérés. Qu’on arrête de penser que les magistrats ne peuvent pas être poursuivis, a-t-il indiqué, avant de préciser qu’on n’en est pas encore là. Au stade actuel du dossier mettant en cause cet ancien directeur général de la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNAPS), c’est le Bureau indépendant anti-corruption (BIANCO) qui mène l’enquête.

Raoul Arizaka Rabekoto, est recherché pour cette enquête menée par le BIANCO à son encontre, a précisé le ministre. Aucune décision de la justice, le mettant en cause, ou le poursuivant n’est pas encore prononcée. Dans ce cas, « je ne peux pas encore me prononcer sur le dossier », a alors indiqué le garde des Sceaux.

Samedi dernier, le Pôle Anti-corruption (PAC) a déjà entendu sept personnes dans le cadre de cet affaire de malversations financières qui s’élèverait à 19 milliards d’ariary. Trois d’entre elles ont été placées sous mandat de dépôt, lquatre autres sont sous contrôle judiciaire. L’ancien Premier ministre, Jean Ravelonarivo, responsable de l’entreprise ayant obtenu le marché de construction des infrastructures de la Cnaps à Vontovorona, fait partie de ces personnes placées sous contrôle judiciaire. Raoul Arizaka Rabekoto, quant à lui, reste encore introuvable. Un avis de recherche a déjà été émis à l’encontre de cet ancien directeur général de la Cnaps qui a été élu président de la fédération malgache de football il y a moins d’un an.

7 commentaires

Vos commentaires

  • 3 mars à 10:05 | Ibalitakely (#9342)

    Fa ohatra ny sarety alohan’ny omby foana tato ho ato satria efa misy namoaka IST an-dRAZAKA izay vao be tatasika ny sasany. Dia avy eo misy foana ny mahazo IST tafaporitsaka.

    • 4 mars à 07:11 | Hadonai (#10870) répond à Ibalitakely

      Nu n’est au dessus de l’Etat .
      Ny feno mihontsana ihany rehefa ahontsana, satria mpangalatra ny ankamaroany.

    • 5 mars à 10:09 | Ibalitakely (#9342) répond à Ibalitakely

      Ms’é lé m’nistre, svp est ce que l’on doit donc aussi arrêter de penser qu’il y a, selon les ≠ lieux & les ≠ moments, magistrats & magistrats ??

  • 3 mars à 11:16 | betoko (#413)

    Hier je disais qu’il n’y avait qu’un seul ancien premier ministre qui possède une entreprise de construction et de TP , et j’ai fait exprès de ne pas dévoiler son nom . Maintenant c’est chose faite il s’agit de Jean Ravelonarivo le quel avait vendu à l’entreprise Filatex tous les terrains domaniaux ayant appartenu à la SEIMAD , pourtant ces terrains étaient destinés à la construction de logements sociaux

  • 3 mars à 16:38 | Vohitra (#7654)

    Commençons sur un ton de plaisanterie pour ne pas trop alourdir la situation déjà pire qu’alarmante…

    Comment peut-on interpréter ce visage plein de gaité et tout souriant affiché sur la photo par le garde des sots ? Et oui, il a vraiment la tête pour l’emploi, c’est aussi un parfait comédien, avec cette face ronde comme un petit pois, il a sûrement de l’appétit lui, car il faudra vraiment avoir de l’appétit pour rester actif sur la scène politique nauséabonde Malagasy pour au moins vingt années en traversant sans difficultés deux Républiques…

    Et oui, le feuilleton CNAPS n’est pas près de s’arrêter pour sitôt au vu des ramifications et énigmes qui apparaissent du jour au lendemain, avec l’acteur principal encore introuvable, ni au devant des caméras ni derrière, toujours absent de la scène de tournage…alors que les figurants ne cessent de jouer leurs rôles sans interruption…pour maintenir en haleine les spectateurs qui commencent à devenir exigeants…

    Et les cotisants ainsi que le patronat restent dans l’expectatif alors qu’au vu de la situation dangereuse qui ébranle la caisse, des dizaines de milliard s’étaient évaporés dans la nature, une évaporation qui n’est pas causée par le changement climatique mais bel le bien le fait d’une pratique héritée et transmise entre deux générations successives de crapules nourris pat les mamelles de la République…

    Les sociétés d’Etat tombent les unes après les autres, Airmad, Sofitrans, Kraoma, Jirama, et il y en a qui sont en train de suivre la trajectoire telle la Sonapar, la Cem…

    Mais la même constante avant la chute de chacune de ces sociétés, c’est l’opacité totale et absolue dans leurs gestions, et quand elles passent devant l’actualité locale, ce n’est jamais pour annoncer des moments de prospérité retrouvée, loin de là, c’est toujours la prélude avant une prévisible tragique mort clinique juste avant l’intervention des pompes funèbres…

    Parlons d’opacité et silence absolu, pas de secret de l’instruction comme dans le milieu judiciaire, mais de secret d’une négociation…inquiétante.

    En effet, un syndicaliste membre du CA de la Jirama venait de balancer comme si de rien n’était un fait peu anodin…

    La dette de la Jirama vis-à-vis des fournisseurs d’énergie était de 4.000 milliards de FMG (800 milliards MGA), et cette dette a été réduite de moitié, passant à 2.000 milliards de FMG actuellement, non pas due à un paiement des dettes et arriérés, mais à l’issue de la révision des contrats avec ces fournisseurs récemment…alors que le contenu de ces contrats révisés sont maintenus et gardés en secret, loin de la connaissance et regard des contribuables…bizarre, consternant, horripilant comme pratique…

    Evidemment, comme à l’accoutumée, la population n’est jamais mis au parfum de la sauce avec laquelle elle sera dévorée plus tard par des vauriens et requins…

  • 3 mars à 18:51 | nez_gros (#10715)

    On arrête de croire, quand tu arrêtes de parler et commences à agir. t’as capté ou pas gros ?

  • 5 mars à 12:57 | Ngeda (#10235)

    - Ah bon ! Vas-y Jhonny poursuis Rakotomanana et Rakotonarivo ’ CENI " Magistrat et Administrateur Civil : Ils ont détourné + de 1.612.000 de voix sur l’affaire dites : Fraude massive durant les Elections 2018/2019 à Madagascar.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS