Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 24 mai 2022
Antananarivo | 22h27
 

Editorial

Pris de court

vendredi 3 août 2007 | RAW

La situation est politiquement confuse. Les opposants viennent de décider une coalition contre les candidats du TIM qu’aussitôt le président de la République descende à Toamasina et rencontre des représentants des opposants. C’est un autre pas vers le dialogue politique veut-on comprendre au sein d’une frange de politiciens. En tout cas, c’est ce que veulent les partisans du régime, surtout à quelques jours des Jeux des Iles.

Le chef du gouvernement a effectivement souhaité publiquement que la trève soit observée durant les 7e Jeux des Iles de l’Océan Indien que le pays héberge. Tout est en mis en oeuvre pour l’image du pays hôte et tous les moyens sont déployés dans ce sens, même la transplantation d’arbustes. Il faut avouer qu’en un rien de temps, des « opérateurs » ont planté des arbres un peu partout dans la capitale et transformé certains grands artères. Sans parler du « rocher », ou plus exactement de la grosse pièce de pierre industrielle déterrée d’on ne sait où et que l’on a planté au milieu du jardin public d’Ankorondrano, sous les feux des projecteurs et arrosée à volonté selon les besoins par la municipalité.

Toujours est-il que pendant ce temps, l’atmosphère politique demeure dominé par les législatives anticipées face auxquelles le parti majoritaire est parti en ordre, apparemment dispersé. Une partie du TIM, en l’occurence le CRTIM ou la « dissidence » a déjà annoncé la couleur depuis un certain temps. L’opposition qui se dit comme telle également est partagée. L’Union des Forces Nationales (UFN) s’est désolidarisé et n’a pas rejoint la coalition contre le TIM. Elle veut sa place au soleil. Et dans tout ceci, voici que le fondateur du TIM, le président de la République intervient, justement après que la communauté internationale ait signifié avec insistance qu’un signal fort de la part du régime en faveur de la démocratie, et notamment dans le sens réclamé par la classe politique et les observateurs internationaux et nationaux, est vivement souhaité. Le message qui sous-entendait l’adoption de bulletin unique et en particulier la révision du Code électoral a-t-il été entendu pour être ainsi travesti en une rencontre ou une écoute des acteurs politiques, précisément des opposants ?

Pour le simple observateur tout cela laisse pantois. Le président a pris de court tous les stratèges. L’initiative lui revient, et l’impact de ce geste est énorme dans l’opinion, surtout au niveau international et des simples gens. Il y a du pain sur la planche pour les opposants. Pour la démocratie et la paix politico-sociale, il faut admettre que l’image est sauve Monsieur le Président.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS