Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 14 décembre 2019
Antananarivo | 09h06
 

Divers

Antanetibe-Ivato

Pilatex complètement détruit

lundi 12 janvier 2009 | Franck Raj

A 6h du matin le samedi 10 janvier dernier, Pilatex, une zone franche sise à Antanetibe Ivato et spécialisée dans la confection de cravates et de foulard brûlait d’un grand feu. En passant, il est utile de préciser que l’entreprise appartient à un zanatany. Un court-circuit serait à l’origine du sinistre. La veille déjà, des employés ont affirmé avoir constaté une anomalie dans le fonctionnement de l’équipement électrique. Mais c’est le lendemain que le pire est arrivé, juste au moment où le responsable a déclenché le disjoncteur pour le début de la journée de travail. De 6h30 à 9h00, les sapeurs-pompiers de Tsaralalàna ont essayé de maîtriser le feu qui s’est déclaré dans l’un des deux bâtiments qui forment l’unité de production. Ceux de l’aéroport d’Ivato sont venus leur prêter main forte pour éteindre complètement le feu, vers midi. Pour le moment aucune évaluation des dégâts et des pertes n’est encore disponible. Les propriétaires ont refusé simplement l’accès du lieu aux journalistes en quête d’informations, rendant ces derniers comme des simples badauds.

Selon, les informations recueillies, l’entreprise n’est pas dotée, à l’exception de simples extincteurs, de dispositifs de sécurité contre l’incendie adéquats et conformes à sa taille. Même l’approvisionnement en eau pose d’énormes difficultés. Si bien que les sapeurs-pompiers ont dû puiser de l’eau dans le lac d’Ambohibao. A ce dessein, 3 lances de type Q2 ont été utilisées.

Hasard ou destin ?

Trois fois en moins de deux mois, cette partie nord de la capitale a été le théâtre d’incendies graves. Madafoam sis à Ambohibao était déjà la proie des flammes à deux reprises, sans oublier l’hôtel cinq étoiles d’Ivato, et tout dernièrement, Pilatex.

Les habitants des communes avoisinantes se plaignent de l’absence d’une unité de sapeurs-pompiers dans la localité. Pour renseignements, sachez que la CUA n’intervient qu’en cas d’incendie de patrimoine ou d’infrastructures, quid alors des simples habitations ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS