Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 6 décembre 2020
Antananarivo | 01h04
 

Economie

Prix à la pompe

Pas de baisse de prix du carburant

mercredi 10 juin | Mandimbisoa R.

Il n’y aura pas de baisse de prix des produits pétroliers. Les explications du ministre de l’Énergie et des hydrocarbures, Christian Ramarolahy, ont coupé court à tout espoir d’allègement des dépenses des consommateurs à la suite de la baisse du prix de pétrole brut sur le marché international. À cause des arriérés de l’État aux pétroliers, et pour diverses mesures de prévention, il nous est encore difficile de procéder à cette baisse, a clairement indiqué le ministre.

Les projections faites au niveau du ministère de l’Énergie auraient permis de savoir que les arriérés de l’État aux pétroliers s’élèveraient à 120 milliards d’ariary, vers la fin de ce mois de juin. Cette dette était de l’ordre de 192 milliards d’ariary au mois de février, peu de temps après la prise de fonction de Christian Ramarolahy, à la tête de ce département ministériel qu’il a pourtant déjà occupé à titre intérimaire depuis fin octobre, à la suite du limogeage du ministre de l’époque, Vonjy Andriamanga.

Chrisitian Ramarolahy reconnaît que Madagascar profite de la baisse des prix du baril sur le marché international au mois de mars, notamment pour apurer les arriérés des pétroliers, une situation qui pourrait encore se poursuivre jusqu’au mois de juillet et mois d’août. Il a toutefois indiqué que personne ne peut prévoir l’éventuelle hausse de prix sur le marché international d’où la décision de ne pas toucher au prix à la pompe actuellement.

Lors de son passage au Sénat, le ministre a évoqué le monopole des compagnies pétrolières dans ce secteur et de l’absence de dépôt de stockage d’importante capacité qui font entre autres partie des raisons pour lesquelles la baisse de prix des produits pétroliers n’est pas encore acquise dans le pays.

Le sénateur Martin Rakotozafy, également président du groupement des gérants de station-service a quant lui dénoncé le refus des compagnies pétrolières d’appliquer les dispositions des arrêtés ministériels pris au mois de juin et au mois de septembre 2019, précisant la marge qu’elles doivent verser aux gérants. Cette marge est de 68.8 ariary par litre selon les textes et non 67 ariary par litre, appliquée actuellement.

3 commentaires

Vos commentaires

  • 10 juin à 15:36 | ANTICASTE (#10704)

    Pays mal géré ,mais comme c’est le peuple qui paie ,c’est pas grave pour la caste !

    • 10 juin à 15:56 | dominique (#9242) répond à ANTICASTE

      Surtout géré par des rapaces corrompus jusqu’aux os ! le président en tête qui croyait bien se mettre une bonne fortune a l’ombre en profitant avec sa potion magique de la naïveté de beaucoup de pays mais manque de pot ça commence a être trop connu ces simagrées et dans le monde entier ...

  • 11 juin à 00:23 | Antony (#9838)

    Raha mitsinjo ny vahoaka ny mpitondra tsy ho izany mihitsy ny fanapahan-keviny.
    Raha milaza indray izy hoe sarotra aminy ny miady amin’ireo pétroliers dia ahoana re izany e ?
    Azo oharina amin’ny inona izany ny herintsika hitaky ireo Iles Eparses ?
    Tena mba lainga kosa no be dia be dia tsy fantatra intsony ny marina...
    Avy indray izao ireo mpanohana anjambany hiteny hoe "Ka izy mihitsy ary no niteny hoe tsy marina izany !!!!"
    Tohano be fahatany ihany ry zareo a ! Tadidio tsara ny anganon’IKotofetsy sy IMahakà :
    Poan’ny lahy, voasan’ny vavy ! Hano fa adala tompo !
    Izany kosa ve dia mbola mila hohazavaina be ihany e !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS