Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 23 avril 2019
Antananarivo | 16h44
 

Point de vue

Où va-t-on réellement ?

mardi 24 septembre 2013

Les élections présidentielles sont prévues mais sous quelles conditions ?

Rendons hommage à la CENIT qui a fait preuve dans son impartialité dans le cadre de sa mission.

Mais la question majeure répétée par le peuple malagasy c’est : « QUI SONT-ILS CES PRÉTENDANTS A LA MAGISTRATURE SUPRÊME ?

Il y a des visages qui leurs sont « familiers » ou d’autres moins. Mais leur souhait est de savoir le candidat de « la rupture du système ».
Rappelons la règle du « système », « JE SUIS AU POUVOIR, JE RAMASSE A OUTRANCE POUR ASSURER MES VIEUX JOURS, VOIRE MES DESCENDANTS ET JE FAIS PROFITER MON ENTOURAGE ».

Depuis 1975, le pouvoir pille les richesses du pays et des malagasy. Il y a des impacts néfastes sur les plans socio-économique et écologiques irréversibles.

Notre pays a été pillé au dépends d’une minorité au pouvoir depuis des décennies.

Les agréments d’exploitation des produits agricoles à l’exportation (letchis, vanille, …) sont attribués aux proches du pouvoir monnayant des dessous de table.

Pire, le pouvoir pille le pays en force.

L’exploitation de bois de rose à outrances. Certes, il y a des petits paysans qui abattent des troncs de bois de rose avec les moyens du bord.
Mais des gros moyens sont utilisés par des « gros bonnets » qui e(taient)st au sommet de l’état pour abattre ces bois de catégorie suprême. Ces « récoltes » sont exportées aux environs de la BAIE D’ANTONGIL (Source sûre) vers les pays du Golfe ou l’Asie.

De même, les spoliation à outrances des bovidés dans le Sud. Les zébus volés sont embarqués sur les plages du Sud Ouest (commune de Belo-sur-Mer) et vendus à l’exportation ( Mayotte, Sud Afrique, la Réunion, … ) avec des documents « préfabriqués ».

Récemment, la BNI a été « vendu » à un consortium mauricien.

A-t-il eu un appel d’offre ? Qui a donné son aval pour la transaction ? Quel est le montant de la vente ?

Une chose est sure il y a eu des virements illicites sur des banques mauriciennes et asiatiques pour les « intermédiaires ».

Tous les candidats pour briguer la présidence de la république sont-ils prêts à déclarer publiquement que leurs « gigantesques » fortunes (et moyens) ne proviennent pas, directement ou indirectement des ventes illicites des bois de rose, des vols de zébus, des pierres précieuses, de la vente de la BNI, des commissions d’attributions des marché ou autres ?

Mamy CASSAM

18 commentaires

Vos commentaires

  • 24 septembre 2013 à 09:21 | Vary-Manta (#2623)

    Merci Mamy pour ce resumé de ce nous somme devenu.
    Ce qui frappe le plus c’est en fait l’absence de volonté de lutter contre cette évolution : il n’y a toujours pas de lois pour protéger le peuple de ces tendances devenu affaires courantes.
    Tant qu’il n’y aura pas des institutions et des lois rendant inéligible-à-vie tout ceux qui ont commis ou sont complices de "Putsch", des coup d’état, ou d’actes criminelles nuisant á la paix et á la sûreté de ce pays, tant que l’impunité reste une notion sécurisant les criminelles, nous aurons toujours des Ratsireaka, Rajoelina, Monja ratsirahona, Kotity ... etc.
    Ces gens se croient encore tellement sûr, dans ce pays, qu’ils croient être les possesseurs de la vérité et des humeurs de la loi. Les DJ de la nation en quelque sorte... Apes tout ce que ce peuple subit depuis plus de 40 ans, C’EST UNE HONTE DE TOLERER CA !!!!

    • 24 septembre 2013 à 15:56 | Albatros (#234) répond à Vary-Manta

      Bonjour Vary-Manta,

      "nous aurons toujours des Ratsireaka, Rajoelina, Monja ratsirahona, Kotity ..."

      Dans votre liste ne manque-t-il pas un autre nom célèbre ?.

  • 24 septembre 2013 à 10:26 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    - "Où va-t-on réellement ?"

    Tout est clair,==POUR==la présence du Docteur Jean Louis ROBINSON ,au second tour de l’élection Présidentielle de 2013,sauf...sauf s’il y a des magouilles et des fraudes institutionnalisées.

    Bonne route Docteur Jean Louis ROBINSON.

    MADAGASCAR AUX MALGACHES.

    ="RETOUR DU PRESIDENT MARC RAVALOMANANA==AVANT== TOUTE ELECTION NATIONALE AU SUFFRAGE UNIVERSEL DIRECT,à MADAGASCAR"-
    ="Réconciliation Nationale=Grand Pardon=Amnistie Générale"=.Point barre !

    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 24 septembre 2013 à 14:41 | Jipo (#4988) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      commentaires / l’ article , vous qui êtes toujours en quête de preuves , en voilà une de plus et donnée : non pas par un bâtard, mais bien un compatriote , quelquechose à rajouter , je peux ?

  • 24 septembre 2013 à 12:46 | Vohitra (#7654)

    Bonjour à tous,
    Où va-t-on ? vers la répartition et division du pays selon les intérêts et besoins des grandes puissances influentes sûrement. La société malagasy sera subdivisée en :
    ° les privilégiés serviteurs des grandes puissances
    ° les mains d’oeuvre qui travaillent pour les privilégiés
    ° la grande masse malagasy pauvre et indigent qui s’entretue progressivement- et sera remplaçée plus tard par les mains d’oeuvre.

    • 24 septembre 2013 à 13:24 | che taranaka (#99) répond à Vohitra

      Akory lahaly,

      les dés sont pipés....

      "......des commissions d’attributions des marché ou autres ?

      Mamy CASSAM "

      ILS SONT TOUS DES VOYOUS......Mr CASSAM CHENAY....!

      http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_content&view=article&id=34536%3Aelection-presidentielle-les-locomotives-a-vapeur&Itemid=72

    • 24 septembre 2013 à 14:54 | Jipo (#4988) répond à che taranaka

      Héhé ...
      Particulièrement quand la zirama n’ a plus de jus pour alimenter les voies électrifiées , alors oui , comme l’ Allemagne : retour au "charbon" ...

    • 25 septembre 2013 à 11:50 | vatomena (#7547) répond à Vohitra

      Résumons grossièrement __

      Un jour il y eut la Colonisation et des colons . Ils s’installèrent dans un pays qui leur était inconnu et qui était pratiquement vide d’hommes C’est en 1958 seulement que Madagascar dépassa les 5 millions d’habitants .De vastes terres étaient abandonnées ne portant aucune culture ni habitations .Dans leur isolement les tribus dispersées développaient chacune leurs particularismes ,leurs croyances ,leurs coutumes et leur fady .La société tournait autour de la terre ancestrale ,du clan ,de la famille .Il n’y avait pas d’autre horizon .Pas de chemins ,de routes conduisant les uns vers les autres .Les indigènes cohabitèrent au début sans animosité particulière avec leurs étrangers d’autant que ces étrangers apportaient d’étranges nouveautés .Ils se mirent à l’oeuvre pour survivre d’abord ,puis, pour développer leurs activités .Le succes de qqs uns ne tarda pas à susciter la jalousie et l’animosité car le malgache n’aime pas que le voisin s’élève .-Surtout s’il n’appartient pas au clan .Il y a un art tout à fait malgache pour mettre les batons dans les roues et faire tomber celui qui se distingue .Cela se fait dans le silence ,le complot ,en toute connivence.Les chinois d’aujourd’hui en font l’expérience à leur tour.Les indigènes s’accomodèrent volontiers des progrés,des commodités initiés par les colons . Et cela ,jusqu’ aux jours où ils décrétèrent que ,finalement ,ils ne recevaient pas assez . Les terres coloniales donnaient davantage que les terres ancestrales .Ressentiment diffus d’abord puis exigeant .La métropole , dévastée par la guerre, ne pouvait donner plus .L’administration coloniale demanda alors la participation de tous pour le développement des routes , des cultures ,de l’enseignement ,des soins médicaux en institiuant des journées de travaux obligatoires .Le ressentiment grandit jusqu’à une véritable rebellion sur la cote est .Les malgaches vécurent alors pour la première fois un sentiment d’unité nationale ,de destin . L’unanimité était faite contre l’étranger .L’Indépendance vint quelques années plus tard. Le colon disparut de la scène .Ce furent quelques années d’exaltation ,de communion ,d’unité .Une nation était en train de naitre .La Direction était maintenant entre les mains de gouvernants malgaches . L’espoir était immense .Le pays tout entier s’adonnait aux grands kabary ,aux défilés ,aux promesses mirifiques .La fierté brillait dans les yeux d’une jeunesse sure de son avenir . Mais les années passèrent apportant au contraire la déception ,la misère ,l’anarchie et la ruine ..L’impéritie ,le népotisme ,la vénalité régnait maintenant dans toutes les administrations.Il n’y avait plus d’horizon .La fragile unité nationale disparut . Les provinces furent oubliées .Les seules solidarités qui restaient étaient celles de la famille ,du clan ,de la région .Plus d’ambitions nationales .On revint au »mora mora ’,aux complots ,aux combines, aux intrigues, aux querelles villageoises ,à la division.Les pistes ,les routes , les voies ferrées qui reliaient les peuple et les régions s’effacèrent .
      Le prochain gouvernement issu des élections devra reprendre l’oeuvre deGallieni.

    • 26 septembre 2013 à 16:13 | bbernard (#6880) répond à vatomena

      Bonne analyse ! Il y a un énorme travail de reconstruction à faire : d’abord la moralité, le civisme, l’unité nationale, puis les infrastructures, l’éducation nationale, la santé, les administrations, la culture (intellectuelle et agricole), etc. Cela ne se fera pas en une décennie, mais si les malgaches au pouvoir se réveillent et mettent fin à la corruption généralisée, le pays peut en sortir grandi.

  • 24 septembre 2013 à 13:54 | Radepy (#7163)

    Ces élections sont les plus mauvaises de tous les temps. Les campagnes avant l’heure de certains candidats diffusées sur TVM et autres chaînes privées ont complètement bouleversé les donnes ... Quelle injustice !

    • 24 septembre 2013 à 14:27 | che taranaka (#99) répond à Radepy

      RADEPY,
      akory lahaly,

      on fait un pari.....????

      L’ELECTION d’un polifika (ils le sont tous....sauf 2ou 3....)ne résoudra pas la crise....

      La question que je me pose...

      La CI va-t-elle réouvrir les ROBINETS....?

    • 24 septembre 2013 à 14:46 | Jipo (#4988) répond à che taranaka

      Taranaka salama .
      Oui la CI va réouvrir les robinets , il n’ y a aucun doute à avoir là dessus , en espérant que si le toubib passe, les raclures battues ne foutent pas le bowdel , comme ils savent si bien le faire , genre muslim’ s brothers ...

    • 24 septembre 2013 à 15:58 | che taranaka (#99) répond à Jipo

      JIPO,

      comme je prétends que même l’ELECTION de JL ROBINSON....surtout si la legislative oblige une COHABITATION avec la raclure RAJOELINA PM..!....ne résoudra pas la crise......

      La réouverture des aides ne fera que compliquer la GESTION DES AIDES FINANCIERES.....qui normalement a tendance à réaliser les promesses présidentielles.....

      Si jusque là Rajoelina inaugure des zava-bita...et JOB en presque spectateur....ce ne sera pas le cas entre RAVALO/ROBINSON et RAJOELINA PM......!!!!.......

    • 24 septembre 2013 à 22:19 | Radepy (#7163) répond à che taranaka

      D’ abord ce sera, comme depuis des décennies, un robinet à clef qui ne s’ouvrira que sous conditions bien précises ... il faut pratiquement deux à trois bonnes années pour ... mais entre-temps ... le pari ne sera pas gagné !
      Souvenez-vous des promesses en Milliards de Dollars du Club des Amis de Madagascar en Juillet 2002 au siège de la Banque Mondiale à Paris où le Gouvernement Sylla ... n’a pas entièrement satisfait ... ?

      Quant à l’élection de l’un des trois candidats du pouvoir, il aura à affronter un PM encombrant dont seul Poutine a le secret de ... contrairement à nos apprentis sorciers, loin de là ... !

      JLR ne gagnera pas cet élection faute de communication précoce comme celle de Hery vaovao et de Vital ... En outre, la CENIT vient d’autoriser la TVM et RNM de diffuser l’évolution de la campagne des "candidats" dans le journal ... Préparez-vous ainsi à une discrimination ...

      A bon entendeur, salut !

    • 24 septembre 2013 à 22:57 | Radepy (#7163) répond à Radepy

      D’ ailleurs, de par sa neutralité, la CENIT n’ avait aucun droit à elle seule, sans le commun accord de tous les candidats, d’autoriser la diffusion dans le Journal de TVM et RNM de l’évolution des campagnes des candidats ... qui, fatalement, influencera le vote ...

      Mais qui donc cherchera à comprendre la raison ... que, contrairement aux candidats, ce sont "des journalistes" de la Tvm et Rnm qui en ont fait la demande d’autorisation ... à la CENIT ?!

  • 24 septembre 2013 à 16:39 | Vohitra (#7654)

    Le 2 ème tour entre Hery et Vital ne fera pas de doute. Mais les vrais gagnant de cette éléction bidon, ce sont les forces armées.
    Non seulement les 7 milliards Ar empochés mais le futur président va leur obeir sans faille, comme le cas du capitaine devenu Général sanogo.
    Tenter une manifestation publique pour rejetter le résultat ? ce sera un carnage à la manière du Général Sisi. Tout cela sous la bénédiction de Tezapsidis et Samoura.

  • 25 septembre 2013 à 15:18 | Ratsimilaho (#6905)

    Afin de savoir où nous allons, nous devons nous poser la question quel est notre but.Pour définir l’objectif, nous devrons utiliser les cinq capteurs suivants(comme les cinq sens) :

    - L’Ame:un domaine qui étudie la foi : On croit, on obeit, on adule ;
    - La Conscience:un domaine qui étudie la morale : On assimile,on adopte, on acquiert ;
    - L’Esprit:un domaine qui étudie la raison:On pense,on analyse,on étudie ;
    - Le Mental:un domaine qui étudie l’attitude:On observe,on remarque, on commente ;
    - Le Sens:un domaine qui étudie le sentiment:On sent,on imagine, on envisage.

    N.B : La démarche rationnelle commencerait par sentir(une situation),observer(la situation),étudier(la situation),adopter ou pas(la situation) et croire ou pas(en cette situation) tandis que l’approche spirituelle(l’inverse) débuterait par croire ou pas (en DIEU), adopter ou pas(considérer Dieu comme le Seigneur), étudier (ses enseignements), observer(ses commandements), et sentir (sa présence).
    Il faut savoir que NE PAS CROIRE EST UNE FORME DE CROYANCE et que l’approche spirituelle citée ci-dessus n’exclut pas d’autres confessions.

  • 27 septembre 2013 à 01:14 | tiagasy (#6521)

    BNI MADAGASCAR VENDUE DANS LA PRÉCIPITATION MAI 2011 Le Groupe Crédit Agricole recentre ses activités de banque de proximité à l’international en Europe et sur le bassin méditerranéen. La seule filiale de banque de proximité à l’international encore détenue par le Groupe Crédit Agricole en dehors de son nouveau périmètre stratégique est BNI MADAGASCAR. De ce fait, le Groupe Crédit Agricole envisage de céder sa participation de 51% de BNI MADAGASCAR. Le consortium de l’époque : BANK ONE, Crédit Agricole La réunion, PROPARCO JUILLET 2011 —> Refus de cession par la Direction générale de Trésor car BANK ONE n’est pas une banque de référence internationale. Impossibilité pour le CSBF de siéger pour acter la vente de BNI MADAGASCAR MAI 2013 Un nouveau consortium se constitue : Groupe CIEL avec sa filiale BANK ONE et la société TRIELITE, société immatriculée dans les îles vierges britanniques pour racheté les 51% de BNI MADAGASCAR. JUIN 2013 19 JUIN : Approbation par le Conseil d’administration du Groupe Crédit Agricole de la cession des 51% au groupe précité mais avec un avis négatif de la part de l’Etat malgache (Direction Générale du Trésor) qui réitère que le repreneur de BNI MADAGASCAR doit être une banque de référence internationale (lettre du Directeur Général du Trésor du 07 juin 2013 avec comme référence N°145 – 2013 – MFB/SGDGT) 20 JUIN : Coup de théâtre, le lendemain du Conseil d’administration du Groupe Crédit Agricole, une lettre datée du 20 juin 2013 (N°90– MFB/SGDGT), est envoyée aux Administrateurs de BNI MADAGASCAR affirmant que l’Etat malgache revient sur sa décision en donnant un avis favorable car cette cession permettra de « jouer pleinement son rôle dans le maillage du tissu économique et social de Madagascar ». Cette lettre émane de la Direction Générale du Trésor mais signée par le Ministre des finances et du budget (avec un N° de référence faux car le n° de référence de la lettre du 20 juin 2013 est inférieure à celui de la lettre du Directeur Général du Trésor du 07 juin 2013). —>Il y a dans ce cas d’espèce, « usurpation de titre » de la part du Ministre des finances et du budget pour désapprouver ce qui est déjà acté par le Directeur Général du Trésor + Démission du Président du Conseil d’administration de BNI MADAGASCAR, choqué par l’approche du Ministre qui a usurpé le titre du Directeur Général du Trésor. JUILLET 2013 Nomination des nouveaux membres du CSBF pour pouvoir siéger : Harimino Oliarilanto Rakoto (enseignant à l’INSCAE), Raoul Mamy Ravelomanana (professeur d’économie de l’Université d’Antananarivo) et Lantoniaina Rasoloelison (Directeur du cadrage et de la programmation budgétaire au Ministère des finances et du budget) ; Le Directeur général du Trésor est de fait membre du CSBF. La présidence de la CSBF est assurée par le Gouverneur de la Banque Centrale de Madagascar. AOUT 2013 + Réunion du CSBF le 22 août sur la décision de cession des 51% de BNI MADAGASCAR —>Refus à l’unanimité de la cession du consortium comprenant le Groupe CIEL avec sa filiale BANK ONE et la société TRIELITE, société immatriculée dans les îles vierges britanniques. Motif ; la cession doit se faire avec une banque de référence internationale. + Convocation de Hassenein Hiridjee au SAMIFIN qui veut davantage d’informations sur sa société TRIELITE, immatriculée aux Iles Vierges
    Britanniques, paradis fiscal. SEPTEMBRE 2013 + Refus de la cession des 10% de BNI MADAGASCAR par le CSBF à la société TRIELITE, immatriculée aux Iles Vierges Britanniques car les paradis fiscaux rend difficile la traçabilité des flux financiers, ce qui pourrait nuire à l’image et le capital confiance de BNI MADAGASCAR. La société TRIELITE est remplacée par la société immobilière FIRST IMMO pour faire avaliser les 10% par le CSBF et les 40% dans le consortium. + 4 septembre : Coup de théâtre, revirement de situation —>Les membre du CSBF, en absence du Directeur General du Trésor, à la majorité des présents, ont décidé de revenir sur la décision prise le 22 août dernier pour approuver sur le principe de cession au consortium composé du Groupe CIEL (avec sa filiale BANK ONE) et la société FIRST IMMO, de droit malgache, qui remplace la société TRIELITE, mais toujours avec le même propriétaire mais avec des conditions à remplir, dans les trois mois, et qui seraient suspensives si elles ne sont pas remplies. —> Mais un problème de fond se pose , le Ministre des Finances et du budget , est nommé , Lantoniaina Rasoloelison (Directeur du cadrage et de la programmation budgétaire au Ministère des finances et du budget), et il siege en même temps au CSBF . —> La séparation de pouvoir entre le pouvoir exécutif et l autorité de régulation n est pas respectée. Il y a abus de pouvoir. + 9 Septembre : Décès du Gouverneur de la Banque Centrale de Madagascar, Guy Ratovondrahona Plusieurs points à éclaircir - BNI a 80% des crédits de BNI sont des crédits des grandes Entreprises, plus de 40% de part de marché du Marché inter-bancaire de devises à Madagascar et 30% des crédits documentaires de la place ; Ce qui nécessite techniquement une solidité financière et des contre-garanties élevées avec un adossement d’une grande banque de renommée internationale. —>Compte-tenu de ces éléments précités, pourquoi ne pas attendre la fin du processus électoral pour prendre une décision, aussi importante soit-elle, sur la cession de BNI MADAGASCAR où l’Etat détient plus de 32 % ? - Pourquoi le Ministre des finances et du budget Hery Rajaonarimampianina soutient le dossier CIEL/TRIELITE, où il y a deux faiblesses techniques majeures : 1 - La Bank One, est une petite banque à Maurice (moins de 10% de part de marché avec un résultat deux fois moins que BNI MADAGASCAR) qui n’a pas une assise internationale pour répondre aux exigences financières de la clientèle de BNI MADAGASCAR (80 % du volume des crédits sont Corporate). 2 – La société TRIELITE est une entreprise immatriculée dans les Iles vierges britanniques, dans la liste des paradis fiscaux, qui rend difficile la traçabilité des flux financiers mais qui diminue aussi le capital confiance accordée par les clients surtout Corporate à BNI MADAGASCAR. —>Les avis techniques du secteur financier sont foncièrement négatifs mais le Ministre fait « fi » de ses avis car il considère que c’est une décision politique. Beaucoup de commentaires vont bon train en pensant que ce Ministre-candidat a besoin de fonds pour financer sa campagne. Ses coups de pouce pourraient avoir une reconnaissance pécunière. - + Pourquoi le ministre des finances et du Budget Hery Rajaonarimampianina a appuyé cette cession avec le consortium précité, tout en sachant qu’il y aurait une dégradation du portefeuille clients de BNI, donc une diminution des dividendes obtenues par l’Etat qui détient 32% de BNI MADAGASCAR ? —>Une décision pas du tout digne d’un homme d’Etat ? Si l’Etat n’était pas actionnaire, c’est une opération purement privée où l’appréciation serait globalement financière.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS