Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 21 novembre 2019
Antananarivo | 14h28
 

Economie

Economie

Or et Petites Mines : Un secteur non négligeable, difficilement préhensible

mercredi 11 septembre | Fanambinantsoa

Le ministre des Mines et des Ressources Stratégiques, Fidiniavo Ravokatra, précise lors d’un interview réalisé par la radio nationale la semaine dernière que le principe de délivrance de permis au « premier arrivé, premier servi » est accompagné d’un certain nombre de critères de sélection.

Ce principe du « premier arrivé, premier servi » est conforme à la loi et il s’agit surtout pour l’Etat, représenté par le ministère, ses démembrements et agences de veiller à ce que les suivis et contrôles soient rigoureux, d’autant ajoute-t-il que l’octroi de permis est suivi d’un cahier de charges. Le ministre Fidiniavo Ravokatra accorde une importance particulière à la filière Or, car à son avis elle autorise des retombées et impacts rapides et notables ; on ne recense pas moins de 500 000 voire deux fois plus d’individus qui évoluent dans le secteur. Et puis toujours d’après le ministre, les deux tiers du pays sont aurifères. En apportant une touche particulière de rigueur dans le suivi de la filière Or, l’Etat malagasy espère une amélioration rapide des conditions de vie d’une partie non négligeable de la population, notamment paysanne. Faut-il rappeler que beaucoup parmi les orpailleurs sont agriculteurs et éleveurs à la fois. Les dégâts causées sur les forêts et les parcs nationaux ne sont pas moindre déplorent cependant les protecteurs de l’environnement. Rares sont pourtant les grandes compagnies tel KRAOMA qui sont dans la filière Or.

Mais il n’y a pas que l’Or, l’exploitation de pierres précieuses est une autre paire de manche, elle se présente comme un sac de nœuds tout aussi difficile à appréhender. Dès lors qu’un filon de n’importe quelle pierre précieuse, de saphir ou de rubis est mis à jour c’est la ruée et l’anarchie totale, souvent accompagnée de violences en tout genre. Des paysans/exploitants miniers du district d’Andilamena se sont plaint lors du « tsena-kevitra » : « mirongatra tahaka ireny dahalo ireny ny vahiny mpividy vato » (traduit librement par : les étrangers qui achètent les pierres précieuses prennent d’assauts les villages comme le font les dahalo ») ; pour décrire l’ambiance qui prévaut dans les zones riches en pierres précieuses. Ces paysans qui, apparemment résident aux alentours du corridor Ankeniheny-Zahamena et disposent de permis, se sentent lésés et spoliés car ces étrangers offrent des prix plus attrayants et engrangent ainsi les meilleures qualités sinon qu’ils arnaquent les paysans/exploitants miniers. Un apprentissage ou du moins une forte sensibilisation des paysans/exploitants miniers sur la qualité des pierres et sur la fourchette des prix est impérieuse d’après ces plaignants. Ces exploitants miniers n’ont pas insisté sur leur capacité à dévaster les forêts jusqu’aux espèces endémiques.

Des propositions

En tout cas, ils sont convaincus que le principe du « premier arrivé, premier servi » est meilleur par rapport à d’éventuels autres principes. Cela n’empêche qu’ils soupçonnent des pratiques injustes des responsables auprès du ministère et du Bureau de Cadastre minier (BCMM) dans la délivrance de permis. Ces derniers à leur avis, en apprenant dans la demande qu’à tel endroit ou dans tels carrés miniers, il y a du rubis et autres pierres précieuses de la même qualité, informeraient alors leur parent qui s’empresse de déposer la même demande et obtient ainsi le permis et les carrés miniers. Ce qui laisse croire qu’ils préfèrent ne pas écrire dans le formulaire qu’ils déposent tous les produits miniers que recèlent les carrés miniers demandés.

Afin de contribuer à l’amélioration du secteur des petites mines, les détenteurs de permis pour petites exploitations ont réclamé la mise en place d’un Numéro Vert pour les mines. Il permettra aux acteurs d’informer la Police des Mines et les démembrements du ministère sur la situation sur le terrain en temps réel. Les petits exploitants exigent aussi la mise en place d’un Observatoire des Mines en même temps que la valorisation du Laboratoire des Mines dont les résultats et certifications sont remis en cause au profit des examens de laboratoires étrangers.

Le ministère et la Présidence de la République prévoit la délivrance jusqu’au mois de juin 2020, de 500 permis de recherche, 500 permis pour petits exploitants et 50 permis d’exploitation.

9 commentaires

Vos commentaires

  • 11 septembre à 11:10 | rebey (#9809)

    Depuis la guerre Commerciale entre la Chine et et Les USA, l’OR est devenu la seule valeur refuge.
    C’est un bien national et Public Vital ,
    Considéré ce bien comme une banale Marchandise, en en appliquant la règle, 1er arrivée 1er servi est une aberration sans nom

    c’est au niveau de la douane, et les banques qu’il faut agir, et intensifier les contrôles

  • 11 septembre à 11:32 | ANTICASTE (#10704)

    Croire, comme le pense la caste tananarivienne , que la politique(oui cela est volontaire ), qui mène a la paupérisation de 90 % de la population Malgache n’a aucune incidence dans les relations internationales et notamment au niveau financier est une grave erreur !
    Ce que dit le pape est symptomatique des attentes des hautes finances internationales notamment en matière de gouvernance !
    La guerre économique USA Chine tend fortement les relations inter-état et il va falloir se compter pour ou contre l’un ou l’autre !
    L’idée de donner une concession à la chine pour créer un port militaire dans le canal du Mozambique est presque une déclaration de guerre à l’occident !
    Le bon temps des colonies est terminé depuis longtemps ,mais la fin de la période de "compréhension "des peuples décolonisés se termine aussi !
    Trump a sifflé la fin du temps de l’angélisme occidental ,les grands cerveaux gasy ont-il compris cela ?

    • 11 septembre à 12:50 | nez_gros (#10715) répond à ANTICASTE

      Quoi gros ?Angélisme occidental ? hautes finances en matières de gouvernance ?
      Je comprends mieux maintenant, pourquoi ils nous ont "décolonisé", car la colonisation et l’esclavage sont déjà bien ancrés dans ta tête gros, ils pouvaient nous laisser à l’air "libre".

      Dans cette histoire gros, c’est toi le naïf ANGÉLIQUE dans l’histoire gros.
      ....vient mon petit ange, fais bisous à tonton

    • 11 septembre à 13:14 | Jipo (#4988) répond à ANTICASTE

      Bonjour .Madagascar sur la ligne des BRICS, est est plus proche de ces Pays que des US.
      D’ autre part, les Chinois, comme les autres Pays ont tous une base militaire à Djibouti.
      les Chinois ayant déjà 2 baux emphytéotiques , un au Sud de Ceylan ( Sri lanka), l’ autre au Pyrée ( Grèce) , aussi il n’ ont plus besoin de passeport ni d’ autorisation d’ entrée : étant chez eux ...
      Quant à Vancouver , même punition .
      Il y a deux premières puissances économiques mondiales une fictive et l’ autre réelle, chacune se contentant de son sort ...

    • 11 septembre à 14:11 | nez_gros (#10715) répond à ANTICASTE

      @gros JIPO, c’est quoi ton game gros, t’as vu comment TRUMP a fait twerké la chine gros ?

      La chine est une puissance en carton gros

      La chine ne sait que faire du probleme en HONG-KONG gros !
      On a pas fait ça avec Poutine lors du problème d’ Ukraine.

  • 11 septembre à 11:45 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    "Et puis toujours d’après le ministre, les deux tiers du pays sont aurifères." : Qu’en est-il des deux tiers de la population Malagasy ? Sait-elle séparer les faux du vrai en matière d’or en particulier et des pierres précieuses et semi-précieuses en général ?
    D’où l’importance d’un programme d’éducation valorisant nos richesses comme base voire MOYEN mais pas OBJECTIF et puis le reste sera comme une lettre à la poste.

  • 11 septembre à 19:11 | kartell (#8302)

    Vouloir faire dans l’émergence avec ces scènes de chaos relève de la schizophrénie, certes, on est loin du palais mais cette atmosphère de mort la faim témoigne de l’état exact de cette répoublique de l’illusion et du présomptueux....
    Exploiter les richesses ne devrait pas être l’occasion de faire du chacun fait comme il veut mais dans un système où les plus humbles sont laissés à leurs sorts, la survie devient la dernière valeur à défendre même si le foutoir ainsi créé sera l’héritage à la haïtienne pour les générations futures...
    Dommage tout de même que ce pape tiers-mondiste n’ait pas eu l’occasion de voir la poussière sous le tapis du pouvoir plutôt que d’avoir été guidé et encadré comme pour une visite officielle en Corée du Nord !....
    La pauvreté a été omniprésente dans le discours mais totalement absente dans la réalité, le pouvoir ayant eu grand soin d’expulser les mendigots de la capitale afin de ne pas ajouter au discours papale, le visuel du quotidien qu’il ne fallait pas montrer !....
    Dommage surtout que cette façon de procéder n’ait pas soulevé la réprobation papale d’autant que discourir dans le virtuel n’est guère pédagogique mais plutôt un once démagogique !....
    Autre sujet de scepticisme concernant le nombre d’un million de fidèles sans que l’on sache d’où les autorités tiennent ce chiffre faramineux !..
    D’autant qu’avec une logistique toute relative des transports, on aurait du mal à croire sérieusement au fait que la capitale ait pu double d’habitants en l’espace de si peu, cela tient du miracle et de la propaganda qui satisfait visiblement les deux organisateurs !....
    La fièvre de l’or s’est vue amplifiée avec un taux actuel à 43€ le gramme au cours officiel,mais dans cette anarchie fleurissante de ces extractions sauvages, le grand gagnant reste l’informel et ceux qui rôdent autour, plus ou moins proches du pouvoir..
    Ces situations anarchiques démontrent l’incapacité des pouvoirs publics à encadrer
    toute forme d’incivilité d’autant qu’elle pousse les délaissés vers une forme de révolte face à l’inertie perpétuelle du pouvoir...
    En fait, cette situation de rébellion s’ajoute à celle d’une coterie qui jouit sans entrave des avantages que lui confèrent les manettes du pouvoir mais où chacun à son niveau essaie de tirer profit de la situation qu’il a créée sauf que ces malheureux bougres n’ont pas l’assurance, eux, de pouvoir en tirer un réel profit !..

    • 12 septembre à 11:35 | el che (#344) répond à kartell

      Bonjour Kartel

      Vous semblez affirmer que le pape François n’est as trop informé de la situation socio-économique de Madagascar.
      je pense que vous faîtes erreur, car ce pape prend le soin de s’ informer avant de visiter un pays. Qui plus est, il a eu comme élève le Père Pedro, avec qui il entretient des relations privilégiées. Le pape est le 1er à prôner la proximité avec le peuple, et surtout les plus déshérités. Sa politique lui a valu de nombreux ennemis au Vatican, surtout parce qu’il a eu l’audace de supprimer plus de 4000 comptes bancaires, de titulaires jugés maffieux et pas nets.
      Ensuite, pour m’être rendu personnelement sur le site de Soamandrakizay, je peux vous affirmer que le million de personnes venu à sa rencontre n’est pas fictif, car c’était bondé, et que jamais il n’y eut une telle foule réunie dans un même lieu dans le pays. Des milliers de taxi -brousse ont convergé dans la capitale, sans qu’il eut de graves incidents à déplorer.
      Alors, je dis bravo aux pèlerins, et aux organisateurs de tout bord, car malgré le peu de moyens financiers , les malagasy ont réalisé un exploit. C’est pour dire que tout espoir est permis quand on y met de la bonne volonté,
      et quand on a l’adhésion du peuple.
      Alors sur cet événement, nous avons de quoi être fiers d’être malagasy.

  • 11 septembre à 23:19 | Antony (#9838)

    Je ne suis pas du tout de même avis que le pouvoir actuel. Il faut arrêter tout de suite toute exploitation du sous-terrain. Qu’importe la matière. Ce n’est surtout pas le moment. La solution actuelle n’est pas le sous-sol. J’admets que c’est une solution mais trop facile et manque de réflexion.
    Sommes-nous prêts à faire l’exploitation, avons-nous les moyens ? La réponse est "NON". Il nous faut l’extérieur.
    Quel est le garanti que nos héritiers ne tomberont pas dans la pauvreté plus que nous subissions actuellement ? La réponse est "RIEN".

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS