Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 16 décembre 2019
Antananarivo | 16h32
 

Opinions

Nouvelle donne

vendredi 14 mai 2010 | Miary

« On s’attendait à tout sauf à ça » : cette exclamation d’Emmanuel Rakotovahiny (mouvance Zafy) résume assez bien la surprise créée par la déclaration d’Andry Rajoelina ce mercredi 12 mai.

En effet le contexte était tel que les pronostics allaient dans plusieurs directions. Le plus attendu était la formation d’un nouveau gouvernement. Les esprits se préparaient à une formule militaro-civile mais il semble bien que si des hauts gradés semblaient séduits par la formule, globalement ils ne pouvaient assumer de responsabilité au nom de l’ensemble des corps militaires : ils n’engageaient que leur personne.
Des bruits de couloir surtout du côté des anti-TGV faisaient état d’un retour à Prétoria pour continuer les négociations avec les trois autres mouvances sous l’égide des médiateurs.
D’autres militaient pour une démission de Rajoelina et attendaient cette hypothèse comme probable.
Enfin les partisans de la chose annonçaient que compte tenue de l’impasse où se trouvait Andry Rajoelina, la Conférence Nationale serait la porte de sortie qui serait annoncée ce soir là.

Divers éléments doivent être mis en avant pour bien dessiner le contexte du moment :

  • L’armée semble de plus en plus fragilisée et il est illusoire de la voir être le dernier rempart pour protéger le pouvoir et la population.
  • La grève enclenchée par les administrateurs civils est une pression très forte à tenir compte dans la formation du gouvernement.
  • Une autre grève a déjà pointé son nez, celle des fonctionnaires du Trésor, revendiquant plus de clarté dans l’étendue de leur responsabilité.
  • Le mouvement des religieux devient de plus en plus politique et réclame le départ de Andry Rajoelina.

Ce sont là autant de problèmes à affronter et le public était en droit d’attendre une réponse du pouvoir sur ces chapitres.

La déclaration d’André Rajoelina se résume assez facilement : Calendrier électoral - 12 Août : Référendum constitutionnel - 30 Septembre : Élection législative - 26 Novembre : Élection présidentielle. Préalablement à tout cela : 27, 28, 29 Mai : Dialogue national. Le tout était accompagné d’une déclaration solennelle que lui même Rajoelina ne sera pas candidat à un poste quelconque.

On voit se dessiner à la suite de cette déclaration le processus censé nous sortir de la crise. La première réaction vient du camp des trois mouvances qualifiant le projet vicié par l’unilatéralisme. Il est exact qu’Andry Rajoelina n’a pas demandé l’avis de ses adversaires politiques. Mais il peut rétorquer que son renoncement à la candidature est la garantie que la donne a fondamentalement changé et qu’il laisse libre court au jeu démocratique au sens plein de l’expression. Le dialogue national est en outre ouvert à tous et on pourra dire que les absents auront tort. Des arguments existent et ils sont forts pour dire que des avancées décisives ont été effectuées. Là où les controverses vont s’appuyer c’est sur l’exclusion de la personne de Marc Ravalomanana du processus électoral. Mais il faut laisser du temps au temps. En tous le cas Madagascar a des chances de sortir de sa crise.

4 commentaires

Vos commentaires

  • 14 mai 2010 à 09:47 | Rainivoanjo (#1030)

    "La première réaction vient du camp des trois mouvances qualifiant le projet vicié par l’unilatéralisme" : c’est normal, ils n’ont jamais raté une occasion de se taire !

  • 14 mai 2010 à 11:59 | Jeanmi (#838)

    En effet, "je ne serai pas candidat", c’est une décision unilatérale.

    Mais elle l’est par définition puisqu’il s’agit d’une initiative personnelle.

    M. Rajoelina aurait dû demander l’avis des trois tyranneausaures ?

    Certes les dates et l’ordre des différents scrutins sont fixés (unilatéralement), mais ils respectent les engagements pris pour la fin de la période de transition.
    Et il y a même une Consultation Nationale que certains réclamaient auparavant à cor et à cri !

    La CENI est en place, elle peut facilement muter en CENA si nécessaire.

    Alors, il leur reste quoi pour se plaindre ?

    Sinon la peur des urnes.
    Mais ça, ils ne peuvent bien entendu pas l’avouer.

    Quand à M. Ravalomanana, n’avait-il pas annoncé (promis ?) de ne pas s’impliquer personnellement, dès son arrivée sur son lieu d’exil ?
    C’est sans doute ma mémoire qui flanche...

  • 14 mai 2010 à 14:30 | misaina (#4280)

    Niverina ZERO tsara ny sainy rakotovahiny et cgnie.

    Ho an’ny Tanindrazana.

    • 14 mai 2010 à 19:34 | le diaspora (#1311) répond à misaina

      tena ay misaiana marin’ialahy ry Misaina, mais c’ est une honte pour RAJOELINA de répondre à des questions qui ne se posent pas !!!
      qui a demandé à RAJOELINA de ne pas se présenter aux éléction à PRETORIA ??? il est hors sujet ton RAJOELINA, qui a demandé à RAJOELINA de former un nouveau GVT , même les militaires se trouvent maintenant piégés pour rien c’ est tant mieux pour eux aussi vu qu’ ils sont incapables de renverser RAJOELINA, maintenant l’ armée se trouve dans une situation délicate , MANDROSO MATY RENIBE MIHEMOTRA MATY RENIBE, amin’ny sisa mba misaina ihany rehefa manao zavatra e

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS