Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 28 février 2021
Antananarivo | 00h48
 

Société

Marcelle Ratsiraka

« Mon mari a des droits, je les revendique »

vendredi 8 juin 2007 | Eugène R.

Marcelle Ratsiraka déplore le sort que connaît actuellement son mari en prison. Elle n’a pas caché sa souffrance, hier devant la presse.

La femme de Roland Ratsiraka a eu du mal à retenir ses larmes.

« Je réclame les droits de mon mari qui sont bafoués actuellement. Mon fils qui n’a qu’un an et demi réclame tous les jours son père. Que la justice soit rendue et que les magistrats fassent preuve de leur indépendance. Comme tout le monde le sait, mon mari n’a rien fait. Il n’a rien à voir avec ce qu’on l’accuse. Je demande sa libération ». Ce sont des propos tenus hier devant la presse à l’hôtel Colbert Marcelle Ratsiraka, l’épouse de l’ancien maire de Toamasina Roland Ratsiraka qui croupit actuellement en prison. Cette mère de famille qui a essayé de retenir hier ses larmes n’a pas caché sa souffrance ainsi que celle de son fils face au sort de son époux. Sur l’état de santé actuel de son mari, Marcelle Ratsiraka n’a rien caché : « Il est en bonne état de santé bien que les conditions de sa détention soient dures. Il a le moral, mais il est triste car ses droits sont bafoués ». Marcelle Ratsiraka a été hier entouré par des hommes politiques de l’opposition, pour ne citer que les Herizo Razafimahaleo, Marson Evariste, Mara Niarisy, Maso José, Saina Michel, Alphonse Randrianambinina...

« Procès politique »

Au député TTS (Toamasina Tonga Saina) Maso José hier de dénoncer des irrégularités et des anomalies qui entache le procès de Roland Ratsiraka. « Les deux avocats de Roland Ratsiraka n’ont été avisé que 30 minutes avant la tenue de l’enquête au fond. Deux avocats qui n’ont pas jusqu’à présent accès au dossier de procèdure. Plus encore, le magistrat en charge du dossier s’est déplacé à la prison d’Ambalatavoangy pour faire l’enquête en question. Chose curieuse, seuls les journalistes de la MBS ont eu accès à la prison durant l’enquête au fond », a-t-il d’abord expliqué. Et lui d’ajouter : « Par ailleurs, les deux motifs du refus de la demande de liberté provisoire ne sont pas convaincants et nous sommes tentés de conclure qu’on assiste à un procès politique. Ces deux motifs sont que, d’une part, la detention de Roland Ratsiraka permet d’éviter les troubles socio-politiques dans la ville de Toamasina, et d’autre part, que le montant du détournement n’est pas encore connu alors que l’Inspection générale de l’Etat a effectué au moins huit inspections sur la gestion de Roland Ratsiraka à la commune urbaine de Toamasina ».

Interrogé sur les demarches jusqu’ici entreprises par les partisans de ce co-président de la plateforme pour le « Non », le député Maso José a révélé que les représentants des pays étrangers à Madagascar sont déjà bien informés sur cette affaire qui met en danger l’avenir d’un jeune opposant malgache.

Bref, les partisans de Roland Ratsiraka et son épouse ne sont pas prêt à baisser les bras face à l’injustice dont ce neveu de l’ancien président Didier Ratsiraka est victime.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS