Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 12 décembre 2019
Antananarivo | 14h52
 

Politique

Décentralisation

Mini-meeting Cabinet dans l’Amoron’i Mania

lundi 4 juin 2007 | Princia R.

Après la déclaration du président de la République Marc Ravalomanana pour l’exécution des mini conseils de gouvernement au niveau des régions, Vakinankaratra et Amoron’i Mania ont répondu « oui ». Samedi dernier ce fut au tour de la région Amoron’i Mania de l’accueillir. L’objectif de ce mini conseil de gouvernement est l’implication directe des responsables régionaux dans la gestion des affaires de l’Etat central et aussi la politique de la proximité.

« La région doit se développer ; on cherche ensemble tous les moyens et stratégies pour qu’on puisse s’en sortir » : telle est la phrase du premier ministre, chef du gouvernement lors du mini-meetig cabinet qui s’est tenu au Centre professionnel Rural Analabe Ambositra samedi dernier. Cinq ministres ont été présents dont Jean Louis Robinson ministre de la santé et du Planning Familial, Donat Andriamahefamparany ministre des mines, Yvan Randriasandratriniony ministre auprès de la présidence chargé de la décentralisation et de l’aménagement du territoire, Koto Bernard ministre de l’environnement des eaux et forêts et Julien Laporte ministre des transports et du tourisme.

Politique de la décentralisation

L’adaptation de la politique de la décentralisation mentionnée dans la constitution révisée est l’objectif principal de l’Etat Malagasy pour ce mini-conseil de gouvernement interrégional. D’ores et déjà, le pouvoir de décision est transféré au niveau de la région. Les services techniques déconcentrés par ministères au niveau régional seront des ordonnateurs du crédit dont le chef de région est leur premier responsable, mais le ministère central n’est que coordonnateur. Cette décision est prise surtout pour obtenir un résultat efficace et rapide au développement de la région, sans attendre des décisions auprès du ministère.

Tous les ministres présents à ce mini-meeting cabinet à Amoron’i Mania ont tour à tour donné leur explication pour la réalisation de cette politique de la décentralisation au niveau du ministère qu’il dirige. Selon le numéro un du ministère de la santé et du planning Familial et la protection sociale, il a mentionné que c’est eux qui a commencé cette politique par la mise en place des directeurs régionaux sur les 22 régions. Actuellement, il obtient des résultats positifs comme la décroissance du taux de mortalité infantile, la hausse de l’espérance de vie et autres.

Un exemple pour l’Afrique

Madagascar est actuellement un bon exemple pour l’Afrique au point de vue « gestion de la santé, c’est pourquoi nous avons l’honneur de présider de la commission technique de la santé en Afrique ». Quant au ministre des transports et du tourisme, il a précisé que le pouvoir est transféré au directeur régional, ils ont plein pouvoir de décision. Ils sont maintenant des ordonnateurs secondaires. Concernant le volet tourisme, l’agrément préalable de la mise en place des Hôtel et restaurant est désormais entre les mains des directeurs régionaux, et non plus du ministère comme c’était le cas auparavant.

Par ailleurs le chef de région d’Amoron’i Mania René Rasolofomanana a signalé que cette rencontre avec l’exécutif a permis de dégager ensemble des solutions pour les obstacles du développement dans la région d’Amoron’i Mania.

Le pouvoir est ainsi au niveau de la collectivité décentralisée, les moyens sont entre les mains des services Techniques déconcentrés, Vakinankaratra et Amoron’i Mania ont fini leur tour, on n’attend que le démarrage et les résultats.

Après le mini-conseil de gouvernement, les responsables de la région, les chefs district de Manandriana, Fandriana, Ambohimahasoa et Ambositra, les maires, les chefs de services déconcentrés, la société civile, les opérateurs privés ont procédé à la formation en leadership conduite par l’équipe de la présidence.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS