Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 26 septembre 2022
Antananarivo | 17h42
 

Société

Gestion des risques et des catastrophes

Madagascar, un modèle !

lundi 17 septembre 2007

« Madagascar est avancé en matière de prévention et de gestion des risques et des catastrophes », a souligné le Premier Ministre Charles Rabemananjara, en recevant la délégation burundaise, dans nos murs depuis mercredi. La Grande ïle s’appuie surtout sur les moyens humains en engageant les fokonolona dans le processus de prévention, a-t-il poursuivi. Le Gal Charles Rabemananjara n’a d’ailleurs pas manqué de faire savoir aux invités le rôle et la place accordés actuellement aux chefs de fokontany dans le développement du pays.

Une visite de courtoisie auprès de la cellule de Prévention et de Gestion des Urgences (CPGU) au sein de la Primature a également eu lieu tout de suite après. La CPGU a pour mission d’assister le Premier Ministre et le BNGRC dans l’accomplissement de leurs tâches en matière de GRC. Auparavant, cette délégation du Burundi s’est rendu auprès du Secrétaire Général du ministère de l’Intérieur pour une visite de courtoisie.

Madagascar, le plus avancé

Madagascar est parmi les pays africains les plus avancés dans le domaine de la GRC. Nous disposons d’une Stratégie Nationale de Gestion des Risques et des Catastrophes (SNGRC), soutenue par les bailleurs de fonds et les organismes nationaux et internationaux. Nous sommes dotés d’un comité de réflexion des intervenants en cas de catastrophe (CRIC). Ce comité regroupe tous les intervenants, partenaires et parties prenantes en matière de GRC. Cité particulièrement lors des réunions internationales en matière de GRC telles en mai 2007 à Nairobi ou encore à Genève en juin 2007, Madagascar est choisi comme modèle par les pays africains. C’est ainsi que des pays africains, tels aujourd’hui le Burundi (et prochainement le Gabon) effectuent des missions d’échanges d’expériences avec le pays sur l’organisation et le fonctionnement de la GRC à Madagascar. Le Burundi vient très récemment de se doter de structures de prévention et de gestion des risques et des catastrophes. Une structure regroupée au sein de la Protection civile. Le Burundi, un pays d’une superficie de 57.834 km2 avec plus de 7 millions d’habitants, est souvent frappé d’inondation et de sécheresse. Le pays fait face à un grave problème de désertification.

Recueilli par Volana R.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS