Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 13 décembre 2018
Antananarivo | 09h14
 

Coopération

Madagascar au centre des travaux de la COI

Un bureau de liaison très prochainement

vendredi 18 janvier 2013
JPEG - 1012 ko
(De g à d) M. Didier Robert, Président du Conseil Régionale de la Réunion, M. Arvin Boolell, ministre des Affaires Etrangères, de l’Intégration Régionale et du Commerce International de la République de Maurice, M. Jean-Paul Adam, Ministre des Affaires Etranges des Seychelles, M. James Michel, Président de la République des Seychelles, M. Mohamed Bakri Ben Abdoulfatah Charif, ministre des Relations Extérieures et de la Coopération, Chargé de la Diaspora, de la Francophonie et du Monde Arabe de l’Union des Comores, M. Joel Morgan, Minsitres des Affaires Internes et le Transport des Seychelles, M. Pierrot J. Rajaonarivelo, ministre des Affaires Etrangères de la République de Madagascar, M. Jean-Claude de l’Estrac, Secrétaire général de la COI.

Au même titre que l’OIF, l’UA ou l’ONU, la COI (Commission de l’Océan Indien) a lors de son 28e Conseil du 17 janvier 2013, salué la décision du président de la Transition de renoncer à se porter candidat aux élections présidentielles de mai 2013. Il faut dire que le dossier malgache a occupé la première place des travaux de ce conseil.

La COI a joué un rôle politique et diplomatique important dans la recherche d’une solution appropriée à la crise politique qui affecte Madagascar depuis 200 ; dont la rencontre Marc Ravalomanana – Andry Rajoelina, sous l’égide de la Troïka de la SADC sur l’Île Desroches aux Seychelles. Et dans le cadre de cet accompagnement pour la sortie de crise, la COI a décidé d’ouvrir très rapidement un bureau de liaison à Madagascar pour assurer une permanence sur place. Les Seychelles ont désigné à la tête de ce bureau, Claude Morel, diplomate actuellement en poste en Afrique du Sud. Le représentant de l’Union européenne (UE) auprès de la COI a informé le Conseil de la COI que l’UE vient de signer le 15 janvier dernier « un accord de financement avec le PNUD d’un montant de 11,9 millions d’euros pour épauler politiquement et financièrement le processus électoral en cours ». Cette aide s’ajoute au million de dollars US que la COI s’apprête à verser, avec le soutien financier de Maurice (O,5 MUS$), de l’Australie (0,3MUS$) et de la France (0,2MUS$). Par ailleurs, pour attirer les investisseurs et accélérer la reprise économique à Madagascar, les membres du conseil ont entériné la décision d’organiser très prochainement à Majunga la table ronde des investisseurs sur le thème de la sécurité alimentaire.

Ce conseil marque aussi une étape importante, par l’importance des nouveaux accords signés : 15 millions d’euros signés avec l’Union européenne pour un programme crucial de préservation de la biodiversité, 500 000 $ de l’Australie pour, à la fois appuyer le processus électoral de sortie de crise à Madagascar et soutenir des actions concrètes d’aménagement du territoire aux Comores et à Madagascar dans le cadre du projet « Risques naturels » de la COI. Et 100 000 dollars de la Chine pour soutenir la construction institutionnelle de la COI et la coopération entre ses États membres.

Recueilli par Valis

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 680