Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 27 juin 2019
Antananarivo | 02h35
 

Point de vue

Lettre ouverte de RAZAFISAMBATRA Louis De Mon Désir à la SADC, au GIC-M, à l’Union africaine et à toute la classe politique malgache

vendredi 20 septembre 2013

De prime abord, je tiens à mettre en exergue qu’au nom de la concorde universelle, je ne peux pas défendre aussi bien les dictateurs dans les pays pauvres que les diktats de la finance internationale. Autant dire, il n’est plus question de fermer les yeux devant les soi-disant « real politik » et leurs complices, responsables de la planétarisation de la misère. En effet, toute forme de « terrorisme intellectuel » ne fait qu’alimenter le terrorisme des extrémistes ; et il faut y penser sérieusement.

Il importe par là même de reconnaître que jusqu’à présent, au niveau de l’organisation mondiale du commerce (OMC) et des nations unies, les représentants des pays en voie de développement n’ont pas droit à consulter les dossiers dits spécialisés. En dépit de la démocratie et des droits de l’homme, ils n’y participent toujours pas aux grandes décisions économiques. Je souligne en passant que le nouvel ordre économique international, le transfert de technologie, tant revendiqués par nos aînés et nos grands-parents sont à la risée des esquives politiques et diplomatiques de grands acteurs sans scrupules de ce monde moderne.

Comme les populations des nations moins avancées économiquement, la majorité de nos compatriotes est encore en train de subir amèrement les retombées négatives de l’ajustement structurel des années 1980-1990. Mais force est de constater qu’aucun économiste expérimenté des pays de l’OCDE ne fait pas de mea culpa pour ce mauvais choix économique imposé, cause de dégâts humains et sociaux dans les pays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique). A l’ère de cette mondialisation, on nous exige à être les bons défenseurs de la bonne gouvernance, mais les donneurs de leçon ne dénoncent pas que derrière les marchés financiers se cachent subtilement de grands groupes qui ne veulent pas la régulation financière au plan international ; cette malhonnêteté explique la recrudescence de l’insécurité, du chômage de masse dans les pays sous-développés. D’ailleurs, on nous impose une bonne gouvernance, qui en fait, n’est exprimée qu’en termes d’objectifs généraux. Autrement dit, la stratégie de « l’anguille sous roche » des années 1960-1970 se manifeste sous des formes nouvelles dont l’habillage échappe bel et bien à nos dirigeants successifs.

Précisément, si on se soucie vraiment de la paix sociale, de la stabilité des intérêts nationaux et étrangers, les émissaires de la communauté internationale devraient faire un inventaire de tous les problèmes de fond, à partir desquels toutes les forces vives du pays élaborent une charte citoyenne à annexer à la constitution, obligeant par conséquent les futurs dirigeants à prendre des décisions sensées à garantir le développement équilibré et harmonieux de Madagascar ; pour réaliser la bonne gouvernance et maitriser l’inflation mondiale, rien ne les empêche aussi de vérifier les véritables chiffres d’affaires et les documents comptables des sociétés multinationales installées dans notre pays ; mais contrairement à la transparence qu’ils nous enseignent depuis des décennies, cela n’est pas le cadet de leurs soucis ; ils sont quasi indifférents à l’égard des « acquis à caution », des « laisser-passer » dont bénéficient de gros bonnets d’affaires internationaux pour échapper au fisc malgache ; il en est de même pour leur immobilisme face aux royalties ou redevances versées par une filiale utilisatrice d’un brevet à une autre filiale située à Madagascar et détentrice du brevet, et aux surfacturations de prestations ou biens échangés entre filiales. Pour que l’on ne soit pas tenté de me faire dire ce que je n’ai pas dit, je précise que ces argumentations sont destinées à pousser la SADC, l’Union africaine, le GIC-M (groupe de contact international pour Madagascar) à dénoncer tous les problèmes de fond de ce monde et donner des solutions adéquates ; en tout cas, en cette période de mondialisation, on est mauvais citoyen du monde quand on ne fait pas preuve de volonté diplomatique pour réformer quelques pratiques fallacieuses du fonds monétaire international ou de la banque mondiale. Dans le même ordre d’idées, la communauté internationale n’est pas tenue d’entretenir dans les nations riches l’impunité des complices des dirigeants corrompus des pays pauvres ; il est également du devoir sacré de la SADC, de l’Union africaine, du GIC-M, de reconnaître que le fonds monétaire international a déjà outrepassé sa mission officielle (dont le contrôle de la stabilité monétaire internationale) en imposant et son emprise sur les finances publiques des Etats pauvres et le dogme du modèle économique du néolibéralisme débridé dans ces pays. Vous ne serez pas de « mauvais » élèves des institutions de Bretton Woods si vous avez de bonne volonté de leur rappeler que la diplomatie économique est mieux placée pour savoir que tout problème de fond appelle une solution de fond pour garantir la paix sociale dans le monde ; et que la réconciliation politique est une chose, mais la réconciliation des cœurs en est une autre. Par conséquent, la sagesse est de convaincre la communauté internationale à se réconcilier avec le peuple malgache en reconnaissant la nécessité de s’acheminer vers des réformes de l’architecture financière internationale et la révision de la politique macro-économique standard pour prendre en considération les priorités nationales et locales, etc. Le moment n’est plus aux valse-hésitations, parce que le constat est éloquent : les populations des pays en voie de développement sombrent dans un cercle vicieux de la pauvreté.

En outre, j’attire votre attention qu’en matière de pédagogie et de méthodes de gouvernance, au moins 383 problèmes de fond méritent un débat démocratique avant l’élection présidentielle ; en d’autres termes, s’aventurer à précipiter cette dernière le 25 octobre incitera certainement le peuple malgache à descendre dans la rue au plus tard six mois après le scrutin présidentiel. L’on n’a pas à justifier l’accélération de ce dernier par l’élasticité de l’actuelle transition politique, parce que la SADC s’égarait dans la revendication acharnée de ministères clés par quelques politiciens. Visiblement, les responsables de cette organisation n’ont pas priorisé les préalables afférents aux négociations en matière de conflits et de crise politiques.

La solution n’est pas alors de forcer l’élection présidentielle pour pouvoir placer son pion politique à la magistrature suprême de l’Etat. N’oubliez pas que les « bons élèves » du fonds monétaire international et de la banque mondiale ont été tous évincés du pouvoir par leur peuple, parce qu’ils n’ont pas pu adapter les conditionnalités aux priorités locales. De même, attiser les fibres nationalistes et provoquer le séisme émotionnel, sont des pires stratégies, car cela risque d’allumer une xénophobie irréfléchie et déraisonnable.

Acceptons donc que nos dirigeants n’ont pas été tous intègres ; la communauté internationale avait également tort d’avoir imposé unilatéralement ses conditionnalités. Concernant la misère d’une bonne frange de la population malgache, il y a alors un partage de responsabilité entre les détenteurs du pouvoir et la communauté internationale.
Pour éviter une crise politique allant mener le pays dans une situation plus chaotique, revenons à la table de négociation avant la tenue de l’élection présidentielle.

Je termine par mes remerciements à son Excellence ex premier ministre français, Michel Rocard, qui avait l’honnêteté intellectuelle de déclarer récemment à la radio France internationale l’inexistence d’espace à la presse pour les sujets complexes.

J’adresse également toute ma reconnaissance au courage politique de certains chefs d’Etat et personnalités européens, dénonçant les effets dévastateurs du capitalisme financier spéculatif aux plans sociaux et pointant du doigt ce dernier comme la cause majeure de la crise financière internationale.

Vive la réconciliation des politiciens entre eux et avec le peuple.

Vive la réconciliation de la communauté internationale avec Madagascar.

Paris le 17 Septembre 2013

RAZAFISAMBATRA Louis De Mon Désir
Spécialiste du droit de l’économie internationale et développement

34 commentaires

Vos commentaires

  • 20 septembre 2013 à 09:00 | Boris BEKAMISY (#4810)

    C’est qu’on appelle une ENRGIQUE MASTURBATION INTELLECTUELLE des pseudo-intellos gasigasy , ils ne SAVENT PAS CE QU’ILS VEULENT vraiment pour leur pays !

    - il n’a meme pas honte de revendiquer un DEBAT DEMOCRATIQUE AVANT TOUTes ELECTIONS , il a oublié que 5ans de transition etait dejà une APRE DEBAT DEMOCRATIQUE ;Aussi , l’ELECTION est la plus manarapenitra du Debat democratique !
    - qu’est qu’il attendu le MON DESIR pou organiser son DEBAT DEMOCRATIQUE pendant ce 5ans !
    - Croire aussi que la CI/SADC/GICM /OMC est là pour jouer le Saint Glinglin est trop NAIF de la part de ce pseudo-intello qui ne sait meme pas ce qu’il DESIRE pour son desir !!

    bref ! de la masturabation pur jus !

    • 20 septembre 2013 à 09:19 | Boris BEKAMISY (#4810) répond à Boris BEKAMISY

      En plus se frotter le meninge ou shiwumgumer les VERITES DEJA CONNUES DE TOUS sur les peripeties de l’Histoire de la relation economico-politique internationnale à laquelle l’OMC/CI/BANQUE MONDIALE /FMI ne jouent pas le l’ABBE PIERRE est plus que RIDICULE de la part de ce pseudo-intello qui ne sait pas ce qu’il desire !

      l’OMC/CI/BANQUE MONDIALE/FMI ne joue pas le Pere PDERO mais cela n’empeche pas à d’autres Pays ici et là en Afrique et en Asie de betonner leur EMERGENCE pendant que le pseudo-intello malgache ne trouve pas encore mieux que PHILOSOPHER SUR UN DEBAT DEMOCRATIQUE qu’ils n’ont pas pu tenir pendant 5 ans .....5 ans de TRANSITION !!!

    • 20 septembre 2013 à 12:17 | RAKOTONIRINA Aubertine (#154) répond à Boris BEKAMISY

      Vous ne pouvez pas être moins vulgaire ? Depuis la colonisation (je ne sais pas quel âge vous avez), la France veut toujours laisser croire que dans ce pays qu’aucun Malgache n’est capable de réfléchir sur les grandes questions et qu’il faut toujours un occidental pour penser à leur place. Au lieu de soutenir ce Monsieur dans son raisonnement, voilà bien les Malgaches et c’est bien là le noeud de ce pays, ils ne soutiennent jamais ceux qui expriment les vérités. La France ne laissera jamais un Malgache conscient des problèmes de son pays s’exprimer librement ou émettre des opinions qui leur sont défavorables. La France a toujours muselé les intellectuels Malgaches et les vrais activistes, alors a-r-r-e-t-e-z d’écrire ces inepties. Vous n’êtes pas plus efficace que lui, que faites-vous sur ce forum ? critiquer les uns et les autres et ça vous avance à quoi ? Vous faites quelque chose pour le pays ? Alors prouvez-le. Lui au moins il a écrit à cet organisme inutile qu’est l’Union Africaine/ONU.

    • 21 septembre 2013 à 00:29 | Radepy (#7163) répond à Boris BEKAMISY

      Bobo est le véritable pseudo-intello du pays parmi tant d’autres qui n’ont rien compris sur l’enjeu de la mondialisation et ses effets pervers ... dont notre pays est victime ! L’écart entre pays riches et pauvres est grandissant ... parce que ces derniers sont gouvernés par des bobos, comme vous boris, opportunistes et égocentriques qui s’opposent à tout moment aux DEBATS DEMOCRATIQUES ! Sachez que dans les pays EMERGENTS que vous citez si bien et allègrement, les DEBATS sont omniprésents et qui ont fait de ces pays plus avancés que le nôtre ... En somme, nos bobos sont une plaie, la gangrène ... un morpion, un parasite qui s’accroche à un régime à l’autre pour ses intérêts.

  • 20 septembre 2013 à 09:51 | Isambilo (#4541)

    Article confus, incohérent, qui va dans tous les sens.
    J’espère que sa diffusion ne dépassera pas ce forum, parce que ce n’est pas très présentable. Pour un spécialiste...

    • 20 septembre 2013 à 12:24 | RAKOTONIRINA Aubertine (#154) répond à Isambilo

      Article incohérent, c’est toi qui n’a rien compris. Je soutiens cet article et son auteur, il a eu le mérite de dire tout haut ce que bien des gens sensés pensent aussi. Tout le monde dégoise sur ce forum et se prennent pour des caïds et ce qui est insensé c’est que dès que quelqu’un écrit quelque chose de valable, tout le monde lui tape dessus. La solidarité malgache pour les bonnes causes du pays, ce n’est pas pour demain. Les occidentaux se mettent ensemble pour faire de mauvaises choses contre les "petits pays" mais les Malgaches "descendent" le compatriote qui élève la voix. C’est triste...

    • 20 septembre 2013 à 17:39 | Tanindrazana (#3224) répond à Isambilo

      Isambilo et Boris sont en dehors de la plaque... ils ne connaissent pas bien sur le dossier. Isambilo et le type Malagasy toujours pret a detruire et a rabaisser tout ce qui emerge et Boris, pourquoi s’attarder a ce mecque qui planne et se contente de critiquer en avancant des controverses a ce forum... en tout cas il peut bien avancer ses idees farfelues mais au fait, il n’a rien de serieux ce mecque... Merci Mr Razafisambatra. Au moins quelqu’un continue a interpeller la communaute internationale des erreurs de strategie et de politique non adaptees a la realite. Madagascar a subi depuis les effets nefastes de ces orientations adoptees par nos dirigeants malintentionnes. Merci encore et bon courage car c’est une lutte a longue haleine car l’economie des mondes modernes est a bout de leurs ressources, Il faut aller ailleurs pour se subvenir quitte a creer des troubles, des crises ou des manigances machiaveliques. C’est ce qu’on a initiees dans notre pays depuis des annees y compris ces 4 ans de galere. Reveillons nous bon sang. Ce ne pas le type d’Isambilo ou de Boris qui va nous aider a sortir de ce mal qu’est la pauvrete.

  • 20 septembre 2013 à 10:31 | Jipo (#4988)

    Monsieur RAZAFISAMBATRA bonjour et merci pour ce superbe article , que les dirigeants de tous bords confondus devraient avoir comme bible de chevet .
    Le diktat de la finance n’ est plus un scoop , pour ne pas dire le cancer du 21ème siècle , devant lequel tous les politichiens se couchent faute de budget , c ’est la loi de l’ argent roi , qui gangrène toutes les sociétes particulièrement développées qui se rabattent sur celles qui ne le sont pas .
    Encore Merci .

    • 20 septembre 2013 à 12:27 | RAKOTONIRINA Aubertine (#154) répond à Jipo

      Jipo j’apprécie également la démarche de cette personne et je le salue tout comme vous venez de le faire. Il faut toujours avancer les pions même si on a des lions en face. Ils ne règneront pas à tout jamais sur le monde. Ils paieront d’une façon ou d’une autre.

  • 20 septembre 2013 à 11:23 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Bonjour et bonne journée à tous.

    Il n’y a rien d’étonnant car :
    - Il veut SAUVER LE SOLDAT RAN.
    - Il défend le droit d’ingérence de la CI dans les affaires internes d’un pays indépendant.
    - Il est contre l’indépendance politique et économique.
    - Il est pour le GOUVERNEMENT MONDIAL même s’il voulait montrer le contraire.
    - Il est CONTRE la liberté donnée à un peuple de prendre en main sa destinée.

    • 20 septembre 2013 à 12:28 | RAKOTONIRINA Aubertine (#154) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Rien compris à ce que vous voulez dire...s’agit-il d’un raisonnement à l’envers ?

    • 20 septembre 2013 à 13:37 | Boris BEKAMISY (#4810) répond à plus qu'hier et moins que demain

      MONDESIR (Lol !), AUBERTINE, JIPO ,PLUSQU’HIER,

      Mais ça sert quoi de disposer un livre de chevet qui vout dit que OMC/OCDE/BANQUE MONDIALE/FMI est tellement MECHANT meme si cette mechanceté est justifiée ! KARL MARX et LENINE ont repeté ce discours avant vous ! Mais le monde entier a fini par admettre que c’est plutot lui KARL MAX , LENINE , KIM JONG IL qui se trompaient et à coté de la plaque !!

      C’est facile de prendre la place de celui qui passe son temps à CRIER que le monde est injuste mais celui qui SUE ,LES MAINS A LA PATE , GERE ou MANAGE pour que le monde soit meilleur demain ne se contente pas de CRIER comme vous !!!

    • 20 septembre 2013 à 13:40 | Boris BEKAMISY (#4810) répond à Boris BEKAMISY

      lire plutot......meme si cette mechanceté est UNE REALITE ....au lieu de justifiée !! Merci

    • 20 septembre 2013 à 15:12 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à RAKOTONIRINA Aubertine

      Bonjour,

      « Ne dis pas peu de choses en beaucoup de mots, mais dis beaucoup de choses en peu de mots » PYTHAGORE

      J’espère que vous comprenez maintenant : j’ai résumé dans l’espace et dans le temps le point de vue de l’auteur.

    • 20 septembre 2013 à 15:29 | Boris BEKAMISY (#4810) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Je ne suis pas sùr qu’Aubertine pourra comprendre !!!

      Puisse-t-elle comprendre autre chose au delà de l’habituelle et RIDICULE boutade :....La France est injuste, mechante !!!

      Un peu comme MONDESIR qui nous bave sur cette INJUSTICE DE LA FINANCE INTERNATIONNALE et qui prefere d’abord perdre son temps à combattre cette injustice du commerce international avant de tenir l’ELECTION à Madagascar !

      je frissonne souvent en me posant des questions pourquoi les pseudo-intellos gasy tombent ainsi bien bas !!

  • 20 septembre 2013 à 12:20 | DIPLOMAT (#846)

    Mr RAZAFISAMBATRA,

    Le monde economique est el qu’il est .
    Impitoyable, sans ordre moral et sans scrupule.
    Rien de nouveau, et chacun en connait les consèquences si vous n’en acceptez pas les règles.
    En accepter au depart, car naturellement, ce n’est pas un chef d’etat Malgache, qui en peut changer les règles, Ratsiraka , et Ravalomanana en ont fait les frais, et certaines sources très informées murmurent qu’un President avait durée 15 jours ... une certaine année de 1975.

    Alors, oui l’objet de votre lettre au moins 2 objectifs.
    Celui d’être relayé par le journal, et ainsi de se faire un nom
    Celui de mettre en garde la CI que vous êtes un homme averti des methodes du grand monde des finances , dont même François Hollande dans sa campagne avait dû ravaler les promesses.

    Ce monde economique, il faut composer avec eux, parcequ’il en est impossible de s’en soustraire dans les premiers temps ... Maurice l’a bien compris, et voyez où ils en sont aujourd’hui ...Ces acteurs economiques visent les richesses, et les exploitent. Mais ils paient ! C’est aussi au gouvernement d’elu de savoir en redistribuer équitablement les dividendes, et ne pas faire comme l’Angola ou la Mauritanie, ou seuls quelques uns s’empifrent au detriment du peuple. N’oublions jamais que ce que recherche aussi, ces intérêts economiques, c’est avant tout la stabilité politique afin que leurs affaires puissent prospérer. Denoncer donc celà est louable, mais composer , celà est encore mieux !

  • 20 septembre 2013 à 12:45 | Raol (#529)

    Isaorana ny mpanoratra nanome ny heviny. Misy zavatra maro voalaza ao, ary asa aloha, raha misy ihany azon’ny mpanoratra atao dia mba manazava ny heviny @ lahatsoratra gasy tsotra mora azo (tsy mila mahay ekônômia na diplaomasia). Ny azoko lazaina dia marina ary rariny ny voalazan’ny mpanoratra. Mety tsy hisy vokany loatra izany izao, satria ny malagasy samy sahirana amin’ny androany ny androany, fa misy ihany ny olona manana feon’ny fieritreretana afaka mandray tsara. Ny zavatra tsindriako foana hatreto dia hoe : voahosihosy ny maha-malagasy antsika, natao toy ny zaza bado ny firenentsika, manana andraikitra amin’izany daholo ireo mpitondra rehetra teto, ny mpanao pôlitika rehetra, ary indrindra ireo "mpanjanaka" amin’ny fomba vaovao manarampenitra. Mila mifoha isika, ary mila mijoro, hoy foana isika hoe an’ny vahoaka ny fahefana. Mbola resabe izany hatreto ! Masina ity tanindrazantsika ity, mila tia azy isika malagasy fa hihomehezan’ny olona fotsiny !

  • 20 septembre 2013 à 13:19 | Enops (#7666)

    Blabli blabla....
    Ce commentaire autant d’impact que ce long discours creux...
    Comme le dit le proverbe quand on à rien à dire on ferme sa G**** !

  • 20 septembre 2013 à 14:21 | Ratsimilaho (#6905)

    Malagasy oil belongs to Malagasy people.

    Everyone knows God‘s commandment
    Everyone has signed 1948’s agreement
    Everyone wonder if they do implement
    Everyone doesn’t ask on its achievement

    Someone will be steadily offending
    Someone will be cruelly demanding
    Someone will strongly stop abiding
    Someone will keep himself riding

    Everybody must learn about globalization
    Everybody should understand colonization
    Everybody ought to refuse some polarization
    Everybody have to claim their liberalization

    Somebody likes taking business on control
    Somebody plans to do some kind of patrol
    Somebody would kill for some block of oil
    Somebody would take out someone’s soul.

    Why don’t we work for all of our smallest ?
    Why don’t we stop taking over their harvest ?
    Why don’t we strive to be human and honest ?
    Why don’t we try to know people’s interest ?

    • 20 septembre 2013 à 15:32 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Ratsimilaho

      "Il faut tout pour faire un monde".
      C’est plus simple de le dire de cette façon au lieu de dépenser du temps et de l’argent comme les malgaches le font généralement : rendre complexe des choses simples est typiquement et historiquement malgache.

  • 20 septembre 2013 à 14:28 | tsimahafotsy (#6734)

    A part réanimer les fibres nationalistes et xénophobes anti SADC, anti-FMI, anti-ONU, anti-finances internationales, anti-démocrates, je ne vois pas ce qui peut alimenter mes réflexions dans cette lettre ouverte.
    A part le bouvier Bara du fin fond du Sud malgache complètement en dehors de la mondialisation et de ses réalités, qui ne connait pas les diktats de la finance internationale et des grandes puissances ?
    C’est faire preuve d’une grande naïveté intellectuelle, et rêveur d’un monde bisounours que de croire que la morale et l’éthique puissent exister dans un monde ou la raison du plus fort est la règle.
    Ceci dit, alors on fait QUOI ? Pour nous, pour le peuple malagasy ?
    On attend une prise de conscience des grands de ce monde sur les injustices flagrantes et sur les dures réalités malgaches pour bouger ? En attendant, on fait quoi ?
    On attend la publication d’une charte sur la bonne gouvernance et la condamnation des pratiques mafieuses par les Instances internationales ?
    On attend que tous les politiciens malgaches soient des grands hommes comme Mandela pour mettre la démocratie chez nous ?
    On attend que les Malgaches soient plus instruits, plus civiques, moins pauvres, moins moutons de Panurge pour leur donner la voix au chapitre ? Alors on fait QUOI ?
    Le monde est ce qu’il est, en crise, en effervescence, sans foi ni loi, impitoyable pour les faibles, et alors ?
    Cette lettre ouverte est valable, intéressant à débattre entre spécialistes de la grande finance internationale, entre géopoliticiens et intellos germano-pratins dans un grand salon parisien autour d’une bouteille de Chivas et de biscuits apéritifs.
    Cette lettre a le mérite d’ouvrir un débat entre ceux qui viennent de découvrir la cruauté du monde mais elle n’est pas d’actualité dans les réalités malgaches d’aujourd’hui !
    Mais un forum est fait pour s’exprimer et c’est le droit absolu de tout un chacun d’exprimer ses opinions. Comme il est de mon droit de dire que les opinions fallacieuses à tendance intello-moralisatrice pour faire douter les Malgaches sur l’opportunité des élections n’est autre chose que leur empêcher d’exercer leur DROIT SOUVERAIN à décider par eux-même de leur avenir !
    Que le peuple malagasy puisse être encore trahi et cocufié c’est tout à fait possible ( et même certain) mais c’est dans les erreurs qu’on apprend et qu’on tire des leçons pour l’avenir ! cent fois tu trébuches, cent fois tu te relèves ! Et si au cent et unième, t’es fatigué de te relever, ne sois pas étonné que les autres pissent et c.hient sur toi !
    Le temps de la politique n’est pas le temps des hommes. Et le temps des hommes n’est pas le temps de la vie d’un peuple ! Et le temps le plus difficile c’est le temps où on apprend à réfléchir ensemble à notre avenir !

    • 20 septembre 2013 à 15:37 | Jipo (#4988) répond à tsimahafotsy

      Il est donc temps d’ y réfléchir , sans plus attendre, moins encore de le repousser , la réponse à votre :
      " on fait koi " ...

    • 20 septembre 2013 à 16:00 | Boris BEKAMISY (#4810) répond à Jipo

      Ben , on fait ce qu’on fait maintenant :

      Tenir CETTE ELECTION qui va mettre Madagascar sur une nouvelle dynamique de son processus politique !!

      On sait pertienement non plus que le Retour demain de Ravalo n’est pas du tout un VACCIN contre une nouvelle crise !!

      Si nouvelle crise y aura apres cette election , ben on repondra à nouveau à cette nouvelle crise , Madagascar est en train de SE CHERCHER Non ? les malgaches finiront par trouver ce qu’ils cherchent, ce qui leur convient....... !!

    • 20 septembre 2013 à 18:15 | Maestro (#7313) répond à Boris BEKAMISY

      Si nouvelle crise y aura apres cette election , ben on repondra à nouveau à cette nouvelle crise , Madagascar est en train de SE CHERCHER Non ? les malgaches finiront par trouver ce qu’ils cherchent, ce qui leur convient....... !!

      Bah oui Gros Naze ! pendant que toi tu es encore à l’Age de Pierre ( suivant ta Logique Pourrie ) les autre seront déjà dans l’Espace. Tu réfléchis avec ton Arrière Train ou quoi ? Commence par arrêter d’aboyer et va dans Ta Niche .....

    • 20 septembre 2013 à 20:51 | Boris BEKAMISY (#4810) répond à Maestro

      Je vois bien que Maestro est dejà dans l’Espace de Saturne, Ravalo toujours à Sandton et le ZanakiDada en debandade et Boris....à l’age de Pierre !! hi hi hi !

    • 20 septembre 2013 à 22:42 | Maestro (#7313) répond à Boris BEKAMISY

      C’est bien comme ça !!!! Tant que ça ne s’arrange pas chez toi " INCLUSIVEMENT PARLANT " moi je touche des Dollars qui devait être pour ton Pays. Et moi ça me Plait Grave car c’est mieux, Mille fois mieux que tes compatriotes en France qui touche le RSA. Allez continue ne t’arrête pas car je veux retourner à Ibiza pour me reposer un peu sauf si je me fait Marabouter par un Mpamosavy d’ici là mais j’ai pas peur j’ai un AK.

  • 20 septembre 2013 à 15:44 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    La voie du Seigneur est impénétrable : Ceux qui aiment le DJ font tout pour qu’il quitte le pouvoir et ceux qui ne l’aiment pas font tout pour qu’il reste au pouvoir.
    C’est le résumé de toutes les idées échangées sur ce forum depuis 2009.
    Qui ose dire le contraire ?
    Apportez vos arguments pour qu’on puisse en débattre dans l’espace et dans le temps car jusqu’à ce jour les opposants au DJ se sont contentés de donner du temps au temps de son pouvoir.

  • 20 septembre 2013 à 16:00 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    La pensée du jour :

    « On a conscience avant, on prend conscience après » OSCAR WILDE.

  • 20 septembre 2013 à 16:57 | Marturia (#5864)

    Citoyens, prenez en mains votre avenir !

    Petit conseils :
    Avant d’analyser des documents, avant de les mettre en relation pour découvrir leur sens et leur portée historique, il faut toujours :

    - identifier leur nature
    - s’interroger sur la situation d’énonciation, c-à-d le cadre dans lequel se situe ce document ou texte.

    De quoi est-il question ?
    Pourquoi ce texte ou cette lettre ? cette caricature ? Quelles sont les intentions de l’auteur ? Qui est-il ? Une personne dont on connaît le nom ? Est-il acteur de l’événement ? Quel rôle y joue-t-il ?
    Que sait-on de son engagement politique ?

    Franchement, est ce que, peut-on encore espérer ou en croire à ce genre de discours du moyen âge, de l’idéologie marxisme !
    Rappelez-vous :
    L’ éclatement du tiers-monde :

    " Car enfin, ce tiers-monde, ignoré, exploité, méprisé, comme le tiers état, veut, lui aussi, être quelque chose !"
    (Trois mondes, une planète, L’Observateur, 1952).

    " A partir du milieu des années soixante-dix,
    ce que l’on appelait alors le " le tiers-monde" a éclaté.
    Au moment même où celui-ci exprimait de façon vigoureuse ses revendications collectives, il n’existait déjà plus entant qu’entité partageant un même destin puisqu’il y avait désormais, d’un côté, les pays richissimes jouissant de la rente pétrolière et, de l’autre,
    les " pays les moins avancés" (P.M.A) s’enfonçant dans leur misère.
    Entre les deux apparaissaient les nouveaux pays industriels (N.P.I). "
    ( Gilbert Rist, Le Développement, Presses de Sciences Po, 1996 ).

    Le monde est un système composé de différents éléments qui dépendent
    tous les uns des autres !
    Dans ce cas, tout changement affectant un ou plusieurs éléments touche le reste du système et conduit à une modification de l’équilibre général. On parle donc d’interdépendance !
    Ainsi, dans le monde, les hommes et les lieux semblent s’être rapprochés.
    Le terme de "mondialisation" traduit cet échange généralisé à l’échelle de la planète. Cela représente un véritable bouleversement du monde !

    Pourquoi l’ Asie du Sud-Est est-elle devenue l’atelier du monde ?

    Depuis 1945, l’Asie du Sud-Est a connu la plus forte croissance industrielle ; elle est devenue l’atelier du monde !
    Plusieurs facteurs expliquent cette réussite.
    Au temps de la guerre froide, les États-Unis ont aidé le Japon, la Corée du Sud,Taïwan et Hong Kong à édifier une " vitrine " anticommuniste.
    Puis, dans les années 1980, la Chine communiste a décidé d’ouvrir des zones économiques spéciales sur son littoral.

    Si d’autres pays l’ont vite imitée, tous n’ont pas atteint le même stade de développement.
    Une hiérarchie régionale s’est mise en place, depuis les régions capables de produire de la haute technologie jusqu’aux ateliers où l’on fabrique les produits (textile,...).
    Le Japon est le chef de file, suivi par les Quatre Dragons, puis par les Nouveaux Tigres et par la Chine.

    Je parle de tout ça, pour que nous puissions aussi trouver de chemin !

    Il faut rétablir la République et la démocratie !
    Il faut un retour à l’ordre constitutionnel !
    Il faut passer par la seule voie acceptable, celle de démocratie !

    Une élection qui donnait aux citoyens l’occasion de prescrire une reforme de notre économie par le biais de notre nouveau élu ! ( quel qu’il soit dans la liste des candidats autorisés par la loi ).

    Peuple Malgache, étant le détenteur de la légitimité nationale et républicaine !

    Non, la République n’abdiquera pas, le peuple Malgache se ressaisira !
    Le Progrès, l’indépendance et la paix l’emporteront avec la liberté !

    Fini le quinquennat de la transition politique !
    Vive le retour à l’ordre Constitutionnel !
    Vive la République !
    Aux urnes citoyens ! Prenez en mains votre avenir !

  • 20 septembre 2013 à 17:24 | eltrigo (#6569)

    à l’auteur, ainsi qu’à DIPLOMAT, tsimahafotsy, Marturia, et autres !

    Faites vos valises, revenez au pays et bossez pour que ce dont vous semblez rêver s’accomplisse. Ce n’est pas en restant le cul dans votre fauteuil à Paris que quelque chose bougera ici ! Et arrêtez de vous bouffer le nez, prenez vous par la main, et au boulot !

    • 20 septembre 2013 à 21:06 | tsimahafotsy (#6734) répond à eltrigo

      Mon cul est dans la gadoue ici à Madagascar. En train de convaincre tout le monde à voter. Dans le réel, mais pas dans les beaux salons parisiens !
      Et si vous voulez savoir ce qu’on fait, venez le dimanche dans les stades de rugby des bas quartiers de Tana, peut-être que vous pourrez nous donner un coup de main eltrigo !

    • 20 septembre 2013 à 22:43 | Maestro (#7313) répond à eltrigo

      Sans façon ! Je te laisse BEKAMISY.

    • 20 septembre 2013 à 22:52 | Radepy (#7163) répond à tsimahafotsy

      Hi hi hi ... votre cul restera dans la gadoue, avant ou après les élections qui ne changeront rien du tout pour la grande majorité de la population de Madagascar, moins encore pour les bas quartiers de Tana et ceux des autres grandes villes du pays. Quel miracle attendez-vous ? (Andraso eo P...) et laissez-moi rire !

    • 21 septembre 2013 à 00:42 | tsimahafotsy (#6734) répond à Radepy

      Mais qui vous dit que j’attends un miracle ?
      Je ne suis pas seul dans la gadoue mais je n’attends rien des autres, ni de la C.I , ni de la SADC ni des politiciens, ni de qui ce soit, comme des milliers des Malgaches pour bouger notre cul et nous battre pour décider de notre devenir ! Je vous laisse rire et laissez nous libres de nos actions !
      A bon entendeur, salut !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS